La fondation de George Soros quitte Budapest

post_thumb_default

 

Hongrie – Selon le grand journal autrichien Die Presse, Patrick Gaspard, le président de l’Open Society Foundations (OSF) créée et pilotée par George Soros, a déclaré que l’OSF allait quitter Budapest pour s’installer à Berlin.

L’OSF s’était implanté à Budapest en 1984, et emploie une centaine de personnes actuellement. Jeudi 19 avril 2018, Patrick Gaspard a annoncé à Die Presse que l’OSF allait fermer ses portes à Budapest pour déménager à Berlin.

Depuis 1984, l’organisation non-gouvernementale du spéculateur financier George Soros a pourvu un vaste réseau d’activistes et d’associations de la “société civile” avec près de 400 millions de dollars américains.

Au cœur des débats en Hongrie depuis un peu plus d’un an, l’action de George Soros à travers son réseau organisé a été dénoncée maintes fois par le gouvernement hongrois et Viktor Orbán en particulier, qui en a fait l’ennemi politique principal de la Hongrie. L’OSF a en particulier participé à encadrer et favoriser l’afflux migratoire auquel la Hongrie notamment s’est opposée dès 2015.

Les réseaux de George Soros font l’objet de très nombreux scandales et accusations d’ingérence, de manipulations de l’opinion, voire même de troubles à l’ordre civil et de déstabilisations des gouvernements légitimes dans de nombreux pays, en particulier en Europe centrale. Le but affiché de l’OSF et de George Soros est d’accompagner partout l’avènement de la “société ouverte”, un concept libéral-libertaire de déconstruction des nations, des souverainetés démocratiques mais aussi des religions et de la famille traditionnelle.

L’annonce du retrait de l’OSF de Budapest, deux semaines après la réélection de Viktor Orbán, ne semble pas anodine. Le 15 mars, l’homme fort de Budapest annonçait qu’après les élections, il comptait “demander réparation moralement, politiquement et légalement” à l’ensemble des partisans déclarés – ou assimilés comme tels – de George Soros et de ses réseaux libéraux-libertaires. La semaine dernière, un média proche du gouvernement, Figyelő, publiait une liste des hommes d’influence de Soros en Hongrie.

S’agit-il pour l’OSF d’une retraite stratégique pour se mettre à l’abri de la loi hongroise et continuer les opérations, de l’extérieur ? Une des raisons de ce départ semble être la taxe de 25% des revenus étrangers des ONG pro-immigration, conséquence de la loi dite “Stop Soros” voulue par Viktor Orbán. Quoiqu’il en soit, Viktor Orbán remporte, deux semaines après les élections gagnées haut la main, une nouvelle victoire sur ses ennemis déclarés, et en particulier, le milliardaire et homme d’influence George Soros.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

6 commentaires

  1. Posté par Roland Marquis le

    Partez et qu’on ne vous revoie plus!

  2. Posté par Jean-Francois Morf le

    Bon débarras, mais volez lui ses XY milliards…

  3. Posté par Fleeps le

    C’est quand qu’elle quitte la Suisse ?

  4. Posté par SD-Vintage le

    Un plan Soros : le rattachement du Kosovo à l’Albanie :
     » 18-04-2018 le Premier ministre albanais, Edi Rama, a évoqué l’éventualité qu’il y ait « un seul président » pour les deux pays

    Invité à Pristina pour le 10e anniversaire de la proclamation d’indépendance du Kosovo, en février dernier, le Premier ministre albanais, Edi Rama, a évoqué l’éventualité qu’il y ait « un seul président » pour les deux pays.
    « Le Kosovo et l’Albanie vont avoir une seule politique étrangère et non seulement des ambassades et des représentations diplomatiques conjointes. […] Mais pourquoi pas un seul président, en tant que symbole de l’unité nationale, avec une politique de sécurité nationale? », a en effet déclaré M. Rama.
    De quoi mettre un peu plus d’huile sur le feu dans des Balkans occidentaux déjà minés par les tensions, les rivalités confessionnelles et les luttes d’influence entre pro-occidentaux et pro-russes. Car, ce type de déclaration n’est évidemment pas fait pour rassurer Belgrade, qui accuse, non sans raison d’ailleurs, Tirana d’avoir le projet de bâtir une « grande Albanie » [voir carte]. (…) »
    http://www.opex360.com/2018/04/18/lalbanie-souhaite-presence-militaire-americaine-territoire/

  5. Posté par Maurice le

    Bon débarras !
    Cependant, il va probablement continuer ses nuisances de l’extérieur en Hongrie et dans tous les pays de l’Est, Russie y comprise, et les amplifier en Allemagne…

  6. Posté par miranda le

    Un conflit chez vous ? C’est une porte ouverte pour OPEN SOCIETY.
    Les peuples ont tout intérêt aujourd’hui à PRATIQUER LE DIALOGUE plutôt que le conflit, CAR IL Y AURA TOUJOURS UN PREDATEUR pour s’infiltrer dès que le conflit « naîtra ».
    Mais il est évident que la plus grande vigilance doit se focaliser sur « les collabos ou idiots utiles ». Ils sont tout aussi dangereux que le prédateur. Il faudrait, presque dès qu’ils sont démasqués, leur « offrir le statut d’apatride ».
    BRAVO à MR ORBAN qui a su affronter le prédateur et les collabos, mais aussi ne l’oublions pas grâce au soutien de son peuple

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.