Avilissement

Financer son autodestruction et le faire avec le sourire. Aussi loin qu’il est possible de remonter dans l’histoire de l’humanité, c’est une situation sans précédent. Le Conseil fédéral a repoussé une nouvelle fois les limites de l’absurdité, de l’avilissement et de l’indignité.

Le 28 mars dernier, le Conseil fédéral a décidé de faire cadeau de 1.1 milliard de francs à l’UE pour soutenir le développement des pays de l’Europe de l’est. A ce montant, il a ajouté 200 millions de francs pour soutenir la politique migratoire européenne. Ainsi, nous offrons 1'300'000'000 francs à l’étranger alors que nos retraités meurent de faim, que les contribuables étouffent sous les impôts et que les ménages sont asphyxiés par les primes maladies. En plus, notre argent sert à développer l’économie de pays concurrents qui nous appauvrit et à encourager une politique migratoire qui fait sombrer notre continent dans l’islamisation.

Face à la bêtise, un seul espoir : le vote du peuple. L’ASIN soutient la motion 18.3247 (https://www.parlament.ch/de/ratsbetrieb/suche-curia-vista/geschaeft?AffairId=20183247) afin que le peuple puisse se déterminer et ainsi offrir une chance aux Suissesses et aux Suisses de sauver leur porte-monnaie en refusant de verser ce « milliard de cohésion » à l’UE.

La Suisse, working poor de l’Europe

Les Suissesses et les Suisses envisagent de plus en plus l’avenir avec pessimisme. C’est un triste constat, mais les faits sont évidents. Les jeunes Suisses – après avoir survécu à une instruction publique de moins en moins efficace – sont confrontés à un marché de l’emploi impitoyable. Au pire, ils tombent rapidement à l’assistanat social, au mieux ils acceptent de devenir des working poors, soit des salariés dont le revenu ne suffit pas à payer les factures courantes car les entreprises délocalisent leur production dans les pays que nous aidons justement en versant 1.1 milliard de francs. Comment demander à la génération montante de se montrer entreprenant et optimiste dans de telles conditions ?

Le Suisse de demain sera Africain

Le sort des 30-50 ans n’est guère plus enviable. Qu’ils soient seuls ou mariés, parents ou sans enfant, les 30-50 ans sont dépouillés par le fisc. Ils sont les vaches sur lesquelles le Conseil fédéral vient prélever l’argent qu’il verse à l’étranger pour soutenir des pays qui nous piquent notre production de la main gauche pour nous refiler leurs denrées alimentaires douteuses de la main droite.

Incapables de pouvoir subvenir à leur propre besoin, les Suisses entre 30 et 50 ans ne font plus d’enfants. Pour compenser un taux de natalité en chute libre, le Conseil fédéral favorise l’immigration de masse. Les Suisses ne font plus de Suisses, les Européens ne font plus assez d’Européens et les Africains font bien trop d’Africains. La Suisse de demain sera-t-elle africaine ?

EXIT à 50 ans

Les plus de 50 ans sont une génération menacée en Suisse. Top chers, cher vieux, trop ringards. Fatalement poussés au chômage, ils sont socialement et professionnellement assassinés au nom d’une mondialisation qui broie l’être humain jusqu’à lui extraire sa derrière goûte de sueur avant de l’abandonner à son sort en le jetant au bord de la route sans pitié, sans égard, sans dignité.

Le destin des plus de 50 ans préfigure celui de nos retraités, pour qui vivre dans notre pays devient trop cher. Pour beaucoup, la retraite ne peut s’envisager qu’à l’étranger. En Europe du sud, en Afrique du nord ou en Asie du sud-est. Devenu inutiles dans un pays livré à la mondialisation par ses propres autorités, les retraités suisses sont déracinés pour être remplacés par des travailleurs étrangers convaincus qu’ils trouveraient l’eldorado dans la riche Suisse et qu’ils deviendraient riche en moins de temps qu’il ne faut pour le dire.

Indignons-nous et luttons, maintenant ou jamais

Chaque jour, celui qui s’interroge sur notre société ne peut que voir notre pays nous échapper. La Suisse fout le camp. La Suisse sombre, mais de  nombreux Suisse veulent se battre pour remettre notre pays en ordre. La Suisse n’est pas morte. Indignons-nous ! Ce pays est notre pays, pas celui d’un Conseil fédéral asservi.

Les temps sont devenus durs pour les Suisses, mais nous sommes forts et travailleurs. Il ne reste plus qu’à être également courageux ! Refusons de céder face à l’UE, refusons de payer 1.3 milliard de francs pour finir asservi. Cet argent est celui des Suisses et il restera en Suisse.

Source : ASIN

15 commentaires

  1. Posté par Julie Rochat le

    @Loulou, je n’aurai qu’un mot : BRAVO !! Tout est dit, rien à ajouter. J’ai quitté l’UDC sans regret, parti décevant, sans consistance et qui va perdre ses électeurs. Vraiment dommage. QUI pourra sauver notre chère Suisse si c’est encore temps ?

  2. Posté par Sitting bull le

    En fait c est la même situation dans tous les pays d Europe , ce que les suisses subissent les autres Européens le subissent aussi …et même encore pire

  3. Posté par Pancréas le

    Dans le texte: « nos retraités meurent de faim ». On parle du Burkina Faso ou de la Suisse ?

    Aucun retraité suisse ne meurt de faim. Au contraire, les retraités actuels font partie de la génération la plus pourrie gâtée dans l’Histoire.
    C’est la génération qui n’a connu ni chômage, ni concurrence féroce sur le marché du travail, ni burn out, ni TVA, ni Etat totalitaire et anti Suisse etc.
    C’est la génération qui a connu la plus longue et forte période de prospérité, sécurité et liberté.
    Une génération où la classe moyenne avait accès au logement et à des soins de qualité et pouvait élever une famille avec un seul salaire.
    Une génération qui s’est gavée comme nulle autre, partiellement en endettant les générations futures, tout en déconstruisant/détruisant méthodiquement et inlassablement
    toutes les conditions cadre qui ont permis cette prospérité en premier lieu.

    Et pour parachever le travail de sape, c’est la génération responsable d’une politique aux conséquences cataclysmiques et irréversibles. Une politique qui nous a mis dans la situation actuelle où l’on commence à parler d’ethnocide, suicide civilisationnel, islamisation, guerre civile etc.

    Alors pardonnez-moi si j’ai un peu de peine à plaindre cette génération là.

  4. Posté par SD-Vintage le

    @ Loulou le 10 avril 2018 à 11h21 : vous avez raison et les statistiques sont dans votre sens, mais malheureusement les Suisses ont sacrifié leur natalité au profit d’un peu plus de matérialisme inutile, comme les autres européens d’ailleurs. Pour sauver la Suisse la première mesure comme l’a dit Orban pour la Hongrie, c’est de faire des enfants.

  5. Posté par SD-Vintage le

    « Aussi loin qu’il est possible de remonter dans l’histoire de l’humanité, c’est une situation sans précédent. » : si, c’est la fin du très supérieur Empire Romain détruit par ses élites intellectuelles lâches pour laisser la place à la « diversité » de l’époque et à 1000 ans de retour à l’age de bronze.

  6. Posté par Jacques Beckie le

    @Loulou
    Et c’est pour toutes les raisons que vous évoquez à juste titre dans votre post, que j’ai quitté le congrès et le parti UDC.

  7. Posté par Loulou le

    Et encore un mot aux votants et militants UDC: cessez de servir de réservoir à voix de second tour au PLR: en aucun cas ne votez pour leurs candidats: partez faire une balade en famille, allez pêcher mais ne votez pas pour ce parti de notables Francs Macs: ils sont pires que le PS, le PS n’avance pas masqué, lui. A chaque votation leurs candidats viennent tapiner, nous parler de « nos valeurs communes ». Nous n’avons aucune valeur commune avec ce parti: regardez Cassis, Maudet, regardez comme ceux qui vous ont léché le cul la vieille vous raillent et vous insultent par la suite. En cela l’attitude de l’UDC Vaud, porteur d’eau et larbin du PLR me fait vomir. Ils n’ont aucune dignité.

  8. Posté par Loulou le

    Je partage le pessimisme ambiant: chef de petite entreprise je vois l’avenir assez sombre, je regarde mes enfants avec beaucoup d’angoisse. C’est en eux que nous investissons le plus, en santé, en formation, en temps. Mon fils, né de deux parents Suisses est minoritaire dans sa classe d’âge dans le canton de Vaud. Ma fille minoritaire dans la sienne au niveau fédéral!
    Ce pays est devenu une SA, se comportant avec ses citoyens comme une multinationale avec ses employés: elle les broie, les tonds, jette l’inutile. D’un autre côté elle laisse entrer une cohorte de parasites improductifs qu’elle entretient sur notre dos. Ces gens vont changer à jamais le visage de notre pays, y amènent rancœurs et conflits. Ils vont détruire notre système social. Je ne donne plus aux associations caritatives, je ne fais plus de bénévolat, je ne donne plus rien à ce pays, car il prend, se sert, sans dire merci, menaçant si cela ne vient pas assez vite. Je ne crois plus en les institutions de ce pays, je ne crois plus à la démocratie depuis une certaine votation. Ils suivent un agenda. Nous ne sommes au bilan de cet agenda que du bétails. J’ai sincèrement cru en ce pays, je l’ai aimé. Je regrette de ne pas l’avoir quitté plus tôt, avant les enfants, d’avoir refusé une opportunité aux USA. Ce pays je le ressens comme une cage trop petite, qui se remplit d’entités hostiles prenant de plus en plus de place, faisant du bruit et rongeant les barreaux. Et pourtant je fais partie de cette classe moyenne dite haute, je vis plutôt bien. Mais à quel prix?
    L’UDC fait partie des problèmes: 2 conseillers fédéraux issus de ce parti font partie du problème: ils trahissent autant que les autres. Parmelin a toujours été un modéré, un mou mais J’avoue que Maurer est une immense déception.
    Non, je regarde mes enfants et forme ces derniers à partir. Là où la cage est plus grande. Et nous, avec mon épouse, ne finrons pas notre vie ici: trop cher, rapport qualité/prix merdique, d’ici là le pays sera totalement envahi et invivable. On m’a proposé une belle affaire plus au sud, dans un coin de cocagne, pas envahi, je me tâte.

  9. Posté par Jack Palance le

    Quant on voit le résultat de la votation du 4 mars……je ne me fait plus aucunes illusions quant au bon sens du peuple !…toujours en train de pleurer sur la baisse du « pouvoir d’achat, les salaires n’augmentent pas » et ragnagni et ragnagna etc…etc….La principale cause de la perte du pouvoir d’achat, c’est l’ETAT !!!…et nos dirigeants se tapent sur les cuisses de rire devant un peuple aussi cons et stupide !…les moutons avaient une occasion unique d’augmenter substantiellement leur pouvoir d’achat le 4 mars et 80% l’on refusé !!!!…..c’est HALLUCINAT !….tant que l’imbécile pourra se payer la dernière Audi noire, le dernier Smartphone, ces petites vacances à Tenerife et ces petits voyages à la con 5x par année en Easyjet, nos racketeurs auraient tord de se gêner !…..peuple d’imbéciles heureux !

  10. Posté par Socrtate@LasVegas le

    Je me demande sincèrement jusqu’où les Suisses vont accepter les décisions anti-constitutionnelles de ces 7 pitres. Je partage l’avis d’Antoine.
    L’UDC est en train de perdre ses soutiens par sa mollesse…Elle doit devenir LE parti de résistance à la dictature de l’ue: l’accord cadre doit être combattu avec la dernière énergie, c’est LE vote capital à venir.

    Comment peut-on trahir son pays comme Cassis qui a osé dire que cet accord cadre n’est qu’une « QUESTION PROCEDURALE » à régler au plus vite (p.6, 24H du vend. 23 mars 2018) alors que c’est, ni plus ni moins, la dernière chance de conserver nos Constitution et démocratie directe donc l’auto-détermination des citoyens qui a toujours fait la Suisse et qui nous a été transmise précieusement par nos Pères!!

    Ce type me dégoute…c’est un anti-suisse qui a retourné sa veste, comme le font si bien les opportunistes!

  11. Posté par Peter K le

    Ceci est valable pour tous les pays occidentaux, nous y compris: depuis plus de 40 ans les gouvernants et admins ont trahis leurs nations, la gauche a trahi le peuple, seul des actions violentes a tout les niveaux permettront de changer le cours de l’histoire, il est trop tard pour les bla-bla, il faut des actes!

  12. Posté par miranda le

    Ce qui se passe en Suisse nous émeut, mais cela se passe partout en Europe. Certains essaient de nommer, de cibler « ce mal qui s’empare de toute l’Europe » et de le nommer : « le marxisme culturel ».
    Certain se demandent : ne serait-ce pas parce que le capitalisme malsain (car il peut y avoir un capitalisme acceptable et social) ne sait plus comment faire pour DURER et qu’il utilise les stratégies des totalitarismes d’antan de manière plus perverse, plus subtile.

    En tout cas, ce mal contribue à FAIRE PERDRE LES REPERES AUX CITOYENS D’ORIGINE et s’apparente dans ses méthodes à ce qu’ont fait tous les totalitarismes que nous avons pu observer, la violence physique en moins. Mais les dégâts que fait leur violence SUBTILE est et sera tout aussi importante sur les esprits. Déposséder les gens de manière brutale comme ce fut le cas par le passé, est devenu « déposséder lentement mais sûrement pour affaiblir.
    Cela commence par notre histoire, notre socle culturel que l’on démembre un peu plus chaque année, chaque jour. Qui est vraiment le signe avant coureur de la volonté de remplacer un peuple. Ouvrons les livre de géo et d’histoire de nos enfants et nous comprendrons.

    Et la suite, s’attaque au social, au travail, à l’affaiblissement des lois protectrices etc.Mr MACRON nous a prouvé ses hautes compétences en ce domaine et surtout son efficacité, sa rapidité d’exécution.
    .
    Le gâteau sur la cerise est « notre logement » que n’importe qui peut squatter, alors qu’il ne nous .est donné que 48 heures pour avertir la police. (Un monsieur a rendu visite à son père malade, a vu sa maison occupée à son retour. A lui de se débrouiller avec la justice ensuite – alors que les décrets disent qu’il s’agit d’un flagrant délit d’intrusion et que l’expulsion du squatteur peut se faire – mais chose curieuse les commissariats ne chassent pas les squatteurs). Qui demande de ne pas agir, alors que la loi le dit ???

    LA MAISON NATION aussi est devenue un SQUAT perpétuel, puisque le délit de clandestinité n’existe plus.
    Nous voyons donc à l’oeuvre les génies du mal et leurs petits génies serviteurs QUE SONT NOS ELUS.

  13. Posté par Aude le

    Sur le dessin de fonds, il y a un Pinocchio qui pédale allègrement, comme ça tombe bien!
    Je serais curieuse de savoir ce que les Suisses pensent de leur Gouvernement!

  14. Posté par Michel Vasionchi le

    Comme quoi en politique immature , le bisounoursisme démagogue et n’a pas de limite dans la fuite en avant ! …mais pourquoi ? la Suisse veut ‘elle participer à la reconstruction d’une version technocratique de l’ex-URSS en Europe , 29 ans après la chute du mur de Berlin ..? le Conseil fédéral … serait-il sous influence des technocrates poisseux de l’UE, et de la 5ème colonne des nostalgiques du marxo/socialisme..?

  15. Posté par Antoine le

    Je cite :  »Indignons-nous et luttons, maintenant ou jamais »
    Indignons-nous n’est pas suffisant, il faut AGIR et destituer le CF au complet !
    Il faut voter pour un parti qui défend nos intérêts ou en créer un nouveau !
    Il faudrait stopper de payer les impôts en rétorsion des actions irresponsables du CF. (PAS d’argent PAS de Suisses !)

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.