La socialiste, Anne Emery-Torracinta, cheffe du Départ. de l’Instruction publique du canton de Genève, a mandaté le compagnon de sa secrétaire générale.

Ndlr. Cette secrétaire générale mise en cause était semble-t-il également la doyenne du Collège de Genève où enseignait Tariq Ramadan pendant les années et où ce dernier est accusé d’avoir eu des comportements inadmissibles et sexuels avec plusieurs collégiennes, comportements qui font enfin l’objet d’une enquête.

La secrétaire générale du Département genevois de l'instruction publique vient d’être suspendue. En cause, l'octroi d'un mandat de 50'000 francs qui relèverait du conflit d'intérêt. C'est la conseillère d'Etat Anne Emery-Torracinta qui a signé ce contrat, a appris la RTS.

La Tribune de Genève a révélé samedi que la secrétaire générale du DIP est suspendue en raison d'un possible conflit d'intérêt. Or, c’est Anne Emery-Torracinta qui a signé ce contrat que la RTS a pu consulter.

Ce mandat porte sur un "enseignement de l'informatique au gymnase dans le canton de Genève" d'un montant de 50'000 francs, qui seront versés en 5 fois entre le 30 avril et le 31 décembre 2018. Il est adressé au professeur de lettres et d'informatique à la retraite, compagnon de la secrétaire générale, et de sa société.

Premier mandat refusé

Identifiant un problème, la tête des finances du DIP aurait refusé une première fois de valider ce contrat, portant la signature de la secrétaire générale.

Si bien qu'une deuxième version a été réalisée, signée cette fois par la cheffe du département elle-même. Une pratique rare dans l'administration genevoise, selon une source bien informée.

Contacté, le Département de l'instruction publique n'a pas répondu pour l’instant.

Laetitia Guinand

Sujet traité dans les journaux horaires de RTS La Première

Publié hier, 17.3.2018 à 20:04 modifié hier à 20:51

Une relation connue

De nombreuses sources au sein de l’administration, a fortiori du Secrétariat général du DIP, confirment avoir été au courant de la relation entre la secrétaire générale et son compagnon. Leur relation n’est pas nouvelle.

Lien vers l'article,ici

17 commentaires

  1. Posté par Antoine le

    Election/votation 2ème tour, le du 6 mai 2018
    Mme Emery-Torracinta a recueilli 42’252 suffrages malgré les casseroles et autres affaires de conflits d’intérêt … cela est a plus rien comprendre !

  2. Posté par Socrate@LasVegas le

    Ce serait marrant qu’ils retrouvent ici ou là quelques feuillets de « l’inexistant » dossier ramadan…
    Le plus croustillant est à venir…

  3. Posté par Maurice le

    Serait-ce le Conseil d’Etat qui a fait pression sur Emery-Torracinta pour qu’elle suspende sa secrétaire générale ?
    Cela fait des mois que le D.I.P. est harcelé à propos des harcèlements de Ramadan. Et, curieusement, dès le moment où il est prouvé qu’il n’y a pas de conflit d’intérêt entre la conseillère et sa secrétaire concernant cette histoire d’abus sexuels dans les collèges, voilà qu’on en trouve un autre : un conflit d’intérêt sur un mandat public, qui n’a pas lieu d’être, car et la secrétaire et la conseillère avaient parfaitement et légalement le droit de faire ce qu’elles ont fait.
    Rappel de qui est constitué le conseil d’Etat à Genève
    Membres du Conseil d’Etat :
    M. François Longchamp
    M. Mauro Poggia
    M. Pierre Maudet
    Mme Anne Emery-Torracinta
    M. Serge Dal Busco
    M. Luc Barthassat
    M. Antonio Hodgers

  4. Posté par UnOurs le

    Non pas servir, mais se servir.
    Une bonne partie de notre classe politique
    mériterait les mines de sel.

  5. Posté par Antoine le

    Pour rappel :  »La secrétaire générale du Département de l’instruction publique (DIP), Marie-Claude Sawerschel, est suspendue.  »
    C’est bizarre qu’elle ne soit pas nommée dans cet article ! Il y a forcément une relation cause à effet !
    L’affaire Ramadan et cette affaire d’attribution de marché sont indépendant !
    Pour quelles raisons faudrait-il se focaliser sur cette dernière affaire ? Pour  »oublier Ramadan et ses relations …

  6. Posté par Le Taz le

    Pratique bolchevique habituelle. C’est ça la gauche une caste de crétins incultes et idéalistes qui magouillent entre eux dès qu’ils ont du pouvoir.

  7. Posté par Maurice le

    Le professeur mandaté, qui vient de prendre sa retraite, et qui reste une référence en matière informatique, est hautement qualifié pour ce mandat ponctuel et très précis.
    De plus, ces 50´000 francs sont bien en dessous de ce qui est autorisé : « Le règlement sur la passation des marchés publics, autorise pour les marchés de services une procédure de gré à gré jusqu’à 150’000 francs. Pas besoin d’un appel d’offre, selon nos informations. Il suffit que l’Etat demande trois offres à différents prestataires pour la même prestation. Cela a-t-il été le cas ? Difficile de le savoir à ce stade. »
    https://m.24heures.ch/articles/5aad4d1dab5c37200b000001
    Il y a une volonté de nuire à la conseillère d’Etat en se servant de sa secrétaire générale comme fusible. Je ne suis pas sûr que la suspension de cette secrétaire, dont les grandes compétences ont probablement fait peur à certains ronds-de-cuir obligés de se bouger le cul pour justifier leur paye, serve réellement la cause de la conseillère d’Etat… Ne lui aurait-on pas forcé la main, pour faire diversion par rapport à l’affaire Ramadan ?

  8. Posté par Antoine D le

    A persévérer dans cette voie, le parti socialiste suisse finira sans doute comme le parti socialiste français…

  9. Posté par Derek Doppler le

    Si ça continue, les 50 dernières personnes qui paient encore des impôts en RDA-GRTA (république des assistés – genève région gna gna gna…) vont finir par faire le mur.

  10. Posté par Bussy le

    En parallèle au conflit d’intérêt, il serait peut-être judicieux d’examiner l’utilité de ce cours, et si, en matière informatique très évolutive, une personne retraitée était la plus apte à donner ce cours.

  11. Posté par G. Vuilliomenet le

    « Il n’y a encore rien d’illégal, juste un conflit d’intérêt (entre copains) ! »

    Exact, les petites combines des copains-coquins! Dire que nous rigolons des républiques bananières d’Afrique et d’Amérique, il est triste de constater qu’en Suisse même, nous avons des cantons qui n’ont vraiment rien à leur apprendre. Et que vont faire les Genevois aux prochaines cantonales? Revoter pour Anne Emery-Torracinta juste parce qu’elle est socialiste et que ce parti pratique aussi le populisme, ne me dites pas que promettre des jours meilleurs pour les pauvres et les déshérités n’est pas faire preuve de populisme, ce qui ne peut qu’attirer ceux qui veulent croire en leurs mensonges.

  12. Posté par Thomas le

    Chers politiciens!!!!
    La population est fatiguée de vos crises de pouvoir et de vos petits privilèges qui datent d’un autre temps…je m’adresse également à tout nos fonctionnaires qui bénéficient trop souvent de petits privilèges qui n’ont absolument pas lieu d’être….
    Savez-vous combien paye un employé des TL(transports lausannois) pour un Abonnement Général???????
    La réponse et 10.- pour l’année en cours…..ceci est juste scandaleux!!!!!!

  13. Posté par Nicolas le

    Ne leur parlez pas de concurrence ni de mise au concours; en compensation du vide abyssal qui occupe leur tête, les socialistes ont le népotisme chevillé au corps.

  14. Posté par JeanDa le

    Le parti socialiste est une MAFIA,

  15. Posté par Marie le

    Genève république bananière ….

  16. Posté par Antoine le

    Il n’y a encore rien d’illégal, juste un conflit d’intérêt (entre copains) !
    Je cite :  »c’est Anne Emery-Torracinta qui a signé ce contrat »
    et
     »De nombreuses sources au sein de l’administration, a fortiori du Secrétariat général du DIP, confirment avoir été au courant de la relation entre la secrétaire générale et son compagnon. Leur relation n’est pas nouvelle »

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.