«Ils se battent juste pour le pétrole» : quand une figure du djihadisme français renie Daesh

post_thumb_default

 

C’était l’un des djihadistes français les plus recherchés, appartenant à la filière du Sud-Ouest dite d'Artigat. Thomas Barnouin a fini par tomber aux mains des YPG (les Unités de protection du peuple kurde), en Syrie le 17 décembre, en compagnie de deux autres djihadistes français, Romain Garnier et Thomas Collange. Dans une vidéo de neuf minutes diffusée le 10 janvier par les YPG, le djihadiste s’exprime dans un anglais approximatif, la plupart des temps les yeux baissés. Il y renie l’Etat islamique, selon lui avide de pétrole, et prétend avoir tenté de le quitter en décembre.

«J’ai fait partie de Daesh pendant quatre ans, mais j’ai compris qu’il s’agissait de criminels, alors j’ai essayé de les quitter mais je me suis fait arrêter par les forces démocratiques syriennes» (les FDS, coalition de groupes rebelles incluant des combattants des YPG), explique-t-il au début de l'interrogatoire mené par les Kurdes.

Thomas Barnouin y relate son itinéraire, déclarant être passé plusieurs fois par la Turquie pour rejoindre le califat, sans jamais être inquiété. Il explique que pour sa deuxième tentative de gagner la Syrie en 2014, avec ses deux enfants et son épouse, il passe d’Espagne en Turquie. «Aucune difficulté, j’étais étonné. Comme j’avais fait de la prison en France pour un motif terroriste, je pensais qu’en Turquie on me renverrait dans mon pays, mais en fait non. C’était très facile», avoue-t-il. 

Thomas Barnouin, au cours de son interrogatoire, tente de faire valoir qu’il a fini par douter de l’Etat islamique. «J’ai été arrêté par les forces de sécurité de Daesh en août 2017, parce que l’on s’est opposé à sa méthodologie. Je suis resté 105 jours dans les geôles de Daesh. Quand Daesh vous arrête, il n’y a pas de procès équitable, d’accusation. Ils vous arrêtent et vous jettent en prison», explique-t-il.

Il est difficile de savoir si ces aveux, favorables aux intérêts des combattants kurdes puisqu'ils dénoncent une supposée complaisance de la Turquie envers les djihadistes, ont été extorqués ou au moins téléguidés.

Un reniement de Daesh bien tardif

«J’ai décidé de quitter Daesh, alors j’ai parlé à mes amis français qui sont en ce moment avec nous en prison [chez les YPG]. On a trouvé un passeur, on a donné beaucoup d’argent et on s’est échappé début décembre», détaille également Thomas Barnouin. «Vous vous êtes rendus aux YPG ?», lui demande l’homme qui l’interroge. «Non, on a été arrêté. Le passeur nous a dit de ne pas nous rendre mais d’aller en Turquie, parce que c’est facile. On lui a donné beaucoup d’argent et voilà», répond le djihadiste français.

Ils ont juste fait une organisation pour piéger les musulmans

Lorsqu’il est questionné sur l'Etat islamique, Thomas Barnouin bat sa coulpe, mais semble réciter. «Je pense honnêtement que ce n’est qu'une création du renseignement baasiste [du parti Baas, ce mouvement nationaliste laïque au pouvoir à Bagdad de 1963 à la mort de Saddam Hussein en 2003 et en Syrie encore actuellement]. Ce n’est pas une organisation islamique sincère», juge le captif. «Elle a été montée par d’anciens baasistes, et des services secrets pour servir leur agenda en Syrie et au Moyen-Orient. Ce que je vois d’eux, c’est qu’ils ne sont pas honnêtes, ce sont des criminels. Ils veulent juste que les combattants meurent pour eux, ils ne se battent que pour le pétrole. J’ai commencé à comprendre que ces hommes irakiens, ces émirs saoudiens et ces Syriens, en ce qui concerne ces derniers, pas tous mais une petite partie d’entre eux, n’étaient pas sincères. Ils ont juste fait une organisation pour piéger les musulmans. Ils les ont fait venir et beaucoup d’entre eux sont morts dans les combats pour le pétrole. J’ai été trahi», conclut-il. 

Un salafiste convaincu par le djihadisme depuis 2005

Converti à l’islam en 1999, ce fils d'enseignants a d’abord été étudiant en histoire et langue arabe, avant de gagner l’Arabie saoudite en 2003 où il se familiarise avec les filières djihadistes en 2005, «convaincu par des imams d'Arabie saoudite» selon ses termes. En 2006, désireux de combattre les Américains en Irak, il est arrêté par les Syriens avant de franchir la frontière. Renvoyé en France, il sera condamné à trois ans de prison ferme en 2009. Après avoir purgé sa peine, il est contacté par «des musulmans qui [lui] disent qu’un Etat islamique s’organisait en Syrie». Ces hommes le convainquent de faire de djihad à leurs côtés. Sorti de prison, Thomas Barnouin quitte la France et parvient à rejoindre la Syrie en février 2014.

Une dizaine d'autres islamistes radicaux de la région Midi-Pyrénées avaient également fui pour rejoindre les rangs de Daesh : les frères Clain, considérés comme des «gourous» de Daesh et soupçonnés de figurer parmi les cerveaux des attentats de Paris de novembre 2015, mais aussi Sabri Essid, Imad Djelabi (condamné en octobre dernier à Paris à 15 ans de prison) ou encore Mohamed Megherbi, également arrêté par les YPG.

Lire aussi : «Des bonbons, des chocolats» : détenue en Syrie, la djihadiste Emilie König assure être bien traitée

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

3 commentaires

  1. Posté par pepiou le

    Soit son discours est téléguidé par les Kurdes (c’est de bonne guerre), soit certains passages sont véridiques et la Turquie est complice objective des terroristes et par ailleurs Bush Junior nous fait encore payer la facture de la destruction de Sadam Hussein. Beau panier de crabes.

  2. Posté par Bussy le

    Maintenant que ça a mal tourné, ce pauvre petit égorgeur veut rentrer chez papa et maman et pomper des allocs à ces sales mécréants !
    Ou alors, a-t-il renié l’islam ?

  3. Posté par Michel le

    Ils ont, égorgé, noyé, découpé en morceaux, brûlé ou enterré vif des êtres humains, appris à des petits enfants comment égorger, tirer une balle dans la tête d’un homme, ou réconforté sexuellement les vaillants combattants islamiques et allégé leurs fardeaux en arrière ligne… Mais, tout bien réfléchi, ils auraient fait cela à l’insu de leur plein gré, car trompés par d’immondes financiers !
    Des collaborateurs(trices), des bourreaux, des assassins qui tuent en toute innocence quoi !
    Les rats quittent le navire ! Chacun pour soi donc. Avec quelques accents de « sincérité », quelques larmes de crocodile, cela devrait marcher. Les masses droguées aux droits-de-l’homme, du politiquement correct, les hommes politiques et les juges européens sont si crédules ! Ceux qui ont survécu, les survivants qui leur ont échappé ne peuvent pas être crédibles car trop impliqués sans doute et dommage qu’on ne puisse pas demander aux morts ce qu’ils en pensent.
    Miracle journalistique
    ! « On » nous parle du « petit français » Thomas Barnouin (oublié, son nom de conversion à l’islam- ABDELHAKIM -« serviteur du sage ») , et quand cet instructeur, vétéran du djihad se fait capturer par les Kurdes, il aimerait nous faire croire qu’il  » était en train de s’échapper de l’emprise de l’E.I .
    Comme sa co-religionnaire Ummu Tawwab-« mère de celui qui pardonne »( Emilie König la  » petitebretonne ») qui pour prouver sa bonne « foi », annonce qu’elle a renoncé au tchador et se maquille à nouveau comme toute bonne petite dhimmie !
    Ils ont donc fait tout cela , suivi le chemin du djihad à l’insu de leur bonne foi, car trompés . En en tout honnêteté, innocemment donc .
    Les pôvres musulmans seraient donc, eux les vraies victimes ! Taqiya ,Taqiya, quel bon et beau concept !
    Que les kurdes et autres les gardent bien et les jugent , que nous puissions renvoyer d’Europe tous ces ramassis de faux « réfugiés » afin qu’il travaillent (enfin) à la reconstruction de leurs pays.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.