France. Des Blancs attaqués sur l’île de Saint-Martin: « Ils disent dehors les Blancs. »

Saint-Martin est un territoire français situé dans les Caraïbes, dans la partie nord de l’île de Saint-Martin, dans les Antilles, portant le statut de collectivité d'outre-mer française depuis le 15 juillet 2017. Avant cette date, elle faisait partie intégrante du département d'outre-mer de la Guadeloupe.

**********

Isabelle, Toulousaine de naissance, vit sur l'île antillaise de Saint-Martin depuis 25 ans. Cette médecin, qui séjourne actuellement en vacances à Toulouse, a habituellement, du fait de son métier, les nerfs solides. Mais depuis hier, elle est en panique totale et lance un appel au secours car elle craint pour la vie de son mari et de son fils qui sont, eux, sur l'ïle antillaise ravagée par l'ouragan Irma.

"Mon mari et mon fils sont en danger de mort, comme une grande partie de la population. C'est la guerre civile là-bas. On commence à entendre parler dans les médias des pilleurs qui ont dévalisé les magasins après le passage de l'ouragan, mais on est bien loin de la réalité. Des bandes de voyous ont en effet dévalisé le bâtiment des douanes, qui a été très abimé et ont volé le stock d'armes qui s'y trouvait. Depuis jeudi soir, ils sillonnent l'île masqués et cagoulés et s'attaquent aux maisons encore debout dans lesquelles les habitants se sont réfugiés", raconte-t-elle, au bord des larmes.

depeche

 

 

 

"Je les ai eu hier soir au téléphone, ils sont tétanisés de peur. Ca tire autour de notre maison dans laquelle ils sont barricadés avec six amis qui sont chez nous parce leur villa a été détruite, poursuit-elle. Ils ne peuvent pas sortir. Ils disent que les agresseurs circulent par bande de dix, sont sans foi ni loi et sont prêts à tirer pour récupérer de la nourriture ou de l'argent."

Ses dires sont corroborés par les témoignages d'autres résidents de l'île, qui, sur les réseaux sociaux, racontent que ces gangs défoncent les portes des maisons et disent "dehors les blancs".

"C'est une honte, s'insurge Anne, une ancienne avocate de la région, qui s'est installée à Saint-Martin voici 4 ans et qui y a ouvert deux hôtels. Dans la partie néerlandaise de l'île, l'armée a sécurisée la ville mais côté français, on attend toujours les militaires et les secours. On est rentré en catastrophe en métropole il y a 3 jours parce qu'on a un bébé. Un de nos hôtels a été rasé par l'ouragan. L'autre est encore debout et nos amis qui y ont tout perdu s'y sont réfugiés. On a réussi à les joindre. Ils sont terrorisés. Ils nous ont décrit des scènes de braquages. Il faut absolument que le gouvernement nous envoie l'armée de toute urgence".

"Notre priorité numéro un est toujours de secourir les populations et de rétablir l'ordre parce qu'après le passage du cyclone ont eu lieu un certain nombre de scènes de pillages, d'où la nécessité de projeter un certain nombre de forces de l'ordre sur place pour en éviter d'autres", a déclaré ce midi le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb lors d'un point presse.

Au total, 455 membres des forces de sécurité sont en cours d'acheminement, selon lui, sur l'île de Saint-Martin, "et un nouveau contingent de 187 personnes va arriver dans les heures qui viennent, avant l'arrivée du cyclone José" qui se rapproche de la même zone.

Avec ces déploiements, "les problèmes de maintien de l'ordre devraient être réglés", a estimé M. Collomb. Reste à savoir si les forces de l'ordre vont justement réussir à rejoindre l'île avant le passage de l'ouragan José, qui s'est brutalement renforcé ce vendredi matin, et dont les premiers coups de vent se sont déjà sentir sur Saint-Martin et Saint-Barth, qui devaient être de nouveau touchées demain matin.

Source et article complet

Nos remerciements à Λlex Λ 

21 commentaires

  1. Posté par Leroux morgane le

    Bien fait pour tous ces blancs qui vivent comme des rois sur cette île alors que des familles noires n’ont rien à manger et ont tout perdu ,ces blancs qui touchent des sommes monumentales de leurs assurances et les noirs …rien pas un centime,ces blancs qui secroient encore au temps de l’esclavage et pensent toujours qu’ils sont supérieurs aux noirs en faisant mine d’être pas raciste ,des faux cul de riches qui achètent des biens en France metropolitaine avec l’argent touché des assurances après l’ouragan ..je ne comprend pas pourquoi les noirs se laissent ainsi faire sur leur terre…moi je suis blanche et je vais pas faire chier je reste chez moi.

  2. Posté par mermoz72 le

    Normal et parfaitement prévisible. Il y a quelques années un gendarme blanc percuté par une moto en infraction avait été insulté pendant qu’il agonisait sur la route par une vingtaine d’autochtones , qui avaient continué à l’hôpital ou sa femme et sa petite fille les avait entendus dire que c’était bien fait pour ce sale blanc. Bien sur à l’époque ce n’était pas du racisme (Sarkosy ministre de l’intérieur) et aucune sanction ni protestation des associations. Donc prévisible car la peur de provoquer des soulèvements encourage ces comportements.

  3. Posté par Patrick Scheffer le

    Hey maximus … quand la France metropolitaine sera en majorite noire … tu iras ou ? Sur cette ile les blancs sont arrives avant les noirs… Fais-moi savoir si sur cette planete il y a un lieu ou les blancs peuvent se sentir en securite !

  4. Posté par trafapa le

    1° tour des législatives : Patrick OUVRARD F.N. : 279 voix 1,10% des inscrits et 4,72% des exprimés . St. Martin s »est prononcée pour le statu-quo , » alea jecta est  » comme dans Astérix

  5. Posté par Maximus le

    La France doit abandonner ces colonies , ces îles nous importe peu
    les français devraient revenir en France
    de toute façon la majorité de la population est noire, les blancs sont une minorité et visiblement en danger, il y aura d’autre ouragan et se sera alors la loi de la jungle
    c’est la preuve que le bien vivre ensemble n’est que du blabla baratin de bobos et de gauchos

  6. Posté par Charles Alexis le

    @Anne Lauwaert
    Vous savez certainement, autant que moi, que d’avoir voyagé et/ou d’avoir résidé quelques années à l’étranger, nous a permis justement d’acquérir un Vécu qui nous permette de savoir à peu près (restons modestes) de quoi nous parlons en matière de migrations, notamment des particularités cultuelles et culturelles des peuples avec lesquels nous avons partagé quelques pages de nos vies.
    Chacune ou chacun de nous à une raison de se retrouver, à un moment donné de son existence, à l’étranger sans que cela soit considéré systématiquement de la part des autres (y compris famille et amis) comme un non-amour, un abandon des plus lâches ou d’une haute trahison.
    À l’époque où je ne voyageais pas encore et ne comprenais pas pourquoi un de mes amis allait sans cesse trouver le bonheur ailleurs qu’en Suisse, ce dernier m’avait dit : « Tu sais, ton pays, c’est un peu comme pour tes parents. Ce n’est pas parce que tu les quittes que tu ne les aimes pas ! ». Il avait raison.
    Sans la richesse de votre parcours, en particulier, vous ne nous auriez pas transporté par votre récit « Des raisins trop verts ou les déconvenues des migrants », publié il y a deux ans sur ce site.
    http://lesobservateurs.ch/?s=%C2%AB+Des+raisins+trop+verts+ou+les+d%C3%A9convenues+des+migrants+%C2%BB

  7. Posté par Claire le

    Lors d’un séjour en Guadeloupe, il y a une vingtaine d’années, j’avais été frappée par le fait que tout ce qui fonctionnait et était présentable relevait de la métropole: routes, poste, EDF, hôpitaux, etc. ou du tourisme (hôtels). Les autochtones vivaient pour la plupart dans des cahutes délabrées, même pas ornées d’un pot de fleurs alors que ces dernières poussent à foison là-bas, sans un coup de peinture, avec l’occupant mâle affalé sur le pas de la porte, à ne rien faire. Bref, si on laissait tous ces gens livrés à eux-mêmes, ces DOM-TOM seraient comme Haïti.
    Le dernier cyclone, suivi du prochain vont nous coûter une fortune (1,2 milliards estimés pour l’instant, sûrement beaucoup plus), pour des gens qui attendent les « allocs braguette » et les subsides de la métropole. Bien entendu, ce sont toujours les salauds de blancs racistes qui paient.
    Et si on leur donnait leur indépendance?

  8. Posté par Charles Alexis le

    Je ne comprend pas, dans ce sujet qui révèle un cas de racisme anti-blanc primaire que, vis-à-vis des victimes discriminées, certains intervenants s’en réjouissent (voire, s’en battent les c…)
    Pour rappel, un français blanc (ou non) résidant à Saint-Martin vit dans une collectivité d’outre-mer française = dans un territoire français = en France.
    L’ignorer, c’est connaitre les territoires français aussi bien que Macron, Ce dernier ayant déclaré que la Guyane était une île.

  9. Posté par Anne Lauwaert le

    Mais qu’est ce que les Français font là-bas? Qu’ils rentrent dans leur France et qu’on remigre les allochtones dans leurs pays d’origine. Les Pieds Noirs ont vécu ça, les Belges ont vécu ça, Français, revenez en France reconstruire la France ! et renvoyer chacun chez soi !!! Il n’y a pas d’autre solution !!!

  10. Posté par elsaesser le

    Ce qui se passe dans cette île n’est que du pipi de chat à côté de ce que connaîtront les fransaouis, dont 80% d’islamo-gauchos, lorsque les hordes mahométanes des cités choutées au captagon se répandront dans nos villes et villages, puis dans chaque maison et appartement, armées de AK-47 et de couteaux de bouchers. Ce sera le début du plus grand génocide de l’histoire planifié par les infâmes criminels islamo-bolchéviques à la tête de l’ue.

  11. Posté par Charles Alexis le

    @Dupond
    Réaction surprenante qui pourrait cautionner indirectement le comportement raciste anti-blanc.
    En plus, Isabelle est installée depuis 25 ans, à l’époque ou Saint-Martin faisait partie intégrante du département d’outre-mer de la Guadeloupe. Époque, aussi, durant laquelle les vieux des régions que vous citez (à juste titre!) n’avaient pas encore trop de difficulté à trouver un généraliste.
    Ensuite, de là à s’en battre les c*******, ceci vous appartient. Je vous mettrai simplement en garde qu’un battage trop brutal de ces dernières pourrait vous amener aux urgences et que le médecin urgentiste qui vous prendra en charge pourrait être un Saint-Martinois qui trouvait son île pas si paradisiaque que ça.

  12. Posté par colt seavers le

    aujourd hui sur cette ile et demain dans toute la France , c est arrivé dans un pays d Afrique noir il y a plusieurs années , les noirs ont chassé les fermiers blancs et après l économie c est effondré , pourquoi parce que les blancs sont une race travailleuse et courageuse et lorsque les blancs sont chassés les pays reviennent au tiers monde et a la préhistoire , c est en cours actuellement en Afrique du sud ou les blancs vivent dans des bidonvilles et sont exterminés par les noirs

  13. Posté par JeanDa le

    @Dupond : Même position ! Je me bat aussi les c…lles des soucis des envahisseurs de St Martin !.
    Ils sont autant méprisables que les jeunes c…ns qui fuient l’Afrique en abandonnant lâchement leurs pays et leurs parents !

  14. Posté par meulien le

    nous avons deja connu ces scenes de pillage dans les derniers mois des departements francais d’algerie,sous l’oeil ,amuse des gars du contingent. Les gendarmes etant trop occupe a pourchasser les partisans de l’algerie francaise

  15. Posté par Dupond le

    Isabelle est medecin a st martin !!! elle devrait savoir que dans le cantal ,la haute loire ou l’ardeche nos pauvres vieux s’éteignent sans beaucoup de soins . Isabelle a préféré les palmiers , les vedettes de croisieres ,une clientele de milliardaires …..Je m’en bat les c….lles d’isabelle

  16. Posté par Goupil mains rouges le

    Si tous les blancs s’en vont, et ils devraient le faire, les indigènes se retrouveraient soudain face à leur réalité. Ils viennent quémander de l’aide, mais attendent, bouche ouverte, que les secours tombent du ciel, sans compter qu’ils ne se gênent pas, comme des chiens affamés, de mordre la main qui les nourrit. Lamentable !

  17. Posté par SD-Vintage le

    « Des bandes de voyous ont en effet dévalisé le bâtiment des douanes, qui a été très abimé et ont volé le stock d’armes qui s’y trouvait. » : ils n’ont même pas été capables de sécuriser leurs armes !
    Bush avait été très critiqué par la presse française suite à Katrina en Louisiane, on verra ce qu’elle dira à propos de Macron l’incompétent et de son pitoyable ministre de l’intérieur.

  18. Posté par Nicolas le

    Dieu et tous les saints, envoyez-nous vite un petit cyclone qu’on appellera Charles, AVANT que les européens de souche ne soient tous désarmés par les traîtres à leur race.

  19. Posté par Wouly le

    Un cyclone est une cause naturelle, après son passage on est  »déjà » en pleine guerre civile. Que se passera-t-il lorsque les muzz armés en grand nombre attaqueront les autochtones en France métropolitaine ? On est déjà au niveau d’alerte Vigipirate x,y,z. Les gouvernements successifs ont proclamé qu’on est en GUERRE !!

  20. Posté par Maurice le

    Ignoble ! À quoi joue-t-elle donc la France ? La France, qui s’accroche à ses colonies et n’en défend même pas ses ressortissants. Ce ne sera pas la première fois…
    Prions pour que la deuxième tempête élimine ces pilleurs sanguinaires, puisque la France ne le fait pas, bien que ce soit possible, vu que les Pays-Bas, eux, le font…

  21. Posté par Mauron le

    Cela donne une petite idée de ce qui se passera quand, en Métropole, les  » territoires perdus de la République » exploseront.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.