Grande-Bretagne : des policières en burqa pour favoriser la diversité

La Police des Midlands de l’Ouest prévoit de laisser les policières musulmanes porter la burqa intégrale afin d’attirer davantage de « policières issues de minorités ethniques et encourager la diversité. »

L’une des forces de police les plus importantes du Royaume-Uni envisage de laisser les policières musulmanes porter la burqa dans le but d’encourager la diversité. La Police des Midlands de l’Ouest a annoncé qu’elle envisageait de laisser le vêtement traditionnel islamique, qui couvre la totalité du corps et du visage d’une femme, être intégré à l’uniforme des policières musulmanes.

Dans une conférence récente, le Chef de la Police (Chief Constable) David Thompson a annoncé qu’il envisageait d’employer des agentes portant la burqa, dans une action visant à augmenter le nombre de policiers noirs et issus de minorités ethniques (Black and Minority Ethnic, BME) dans la région de 30%.

La Police de la région avait déjà approuvé le port du hijab pour les femmes, et autorise les sikhs à porter un turban à la place de leur casque. Le hijab, un foulard couvrant la tête et le cou mais laissant apparaître le visage, avait été approuvé après avoir été sollicité par un certain nombre de femmes musulmanes. La Metropolitan Police l’avait mis en place il y a une décennie, et le hijab est aujourd’hui parfaitement intégré dans plusieurs unités de police dans tout le Royaume-Uni, tout récemment en Écosse.

À l’heure actuelle, aucun policier en service ne porte la burqa, qui ne laisse que les yeux à peine visibles, mais on espère que le geste encouragera les recrutements parmi les minorités ethniques.

S’exprimant après une conférence jeudi dernier, le Chief Constable Thompson a déclaré : « Il nous faudrait reconsidérer nos propres règles et notre sensibilité culturelle. Il est clair que nous n’avons aucun obstacle relatif à la burqa. À l’heure actuelle, nous n’avons eu aucune demande de la part de recrues potentielles de porter la burqa, mais si un telle demande nous était faite, nous devrions l’envisager. »

La Police des Midlands de l’Ouest tente actuellement d’augmenter le chiffre de son personnel issu des minorités ethniques de seulement 9% à 30%. Elle a annoncé sa nouvelle campagne de recrutement la semaine dernière, et jusqu’ici plus de 6000 personnes se sont portées volontaires pour seulement 1100 postes.

Neil Dixon, directeur des ventes de 34 ans, qui vit à Edgbaston, Birmingham, estime que l’initiative serait du « politiquement correct parti trop loin. » Il a déclaré : « L’idée que des policières se promènent en burqa est si aberrante, c’est vraiment du politiquement correct parti trop loin. Ce qui rend une police efficace, c’est de bâtir une confiance, et les expressions faciales jouent un rôle important là-dedans. »

En 2015, des voleurs habillés en burqa, ayant commis un braquage de 1,5 millions de livres ainsi que cinq autres attaques très médiatisées, ont été emprisonnés pour un total de 64 ans. Ce groupe était responsable d’un total de 10 attaques, y compris un braquage très médiatisé dans le célèbre magasin Oxford Street en juin 2013. Ils étaient entrés en force dans le magasin vêtus de burqas, et avaient menacé le personnel et les clients terrifiés pendant qu’ils détruisaient les cabines d’essayage. Le groupe était dirigé par le neveu de la star de Birds of A Feather Linda Robson. Reece Dunford, 31 ans, dont la tante est célèbre pour avoir joué Tracey Stubbs dans une sitcom à succès, avait manigancé d’audacieux braquages dans des boutiques londoniennes de luxe pour un total de 3 millions de livres.

En 2010, le Gouvernement a divulgué des documents fournissant un aperçu quant aux consignes données quant à la manière dont les femmes se présentant à la frontière le visage dissimulé par un vêtement devaient être traitées. Le Gouvernement a estimé que c’était une « nécessité que les agents de la Police aux Frontières » britannique établissent la nationalité de tous les passagers entrant au Royaume-Uni. Il a ajouté que les policiers sont tenus de demander aux passagers de retirer les voiles et autres dispositifs de dissimulation du visage de manière à ce qu’ils puissent être identifiés comme « détenteurs légitimes de leur passeport ou document de voyage. » Les passagères éprouvant une répugnance à retirer leur voile en public ou en présence d’hommes peuvent être examinées en privé par un agent féminin.

L’Administration pénitentiaire britannique a rédigé des consignes écrites à ce sujet, déclarant : « Certaines visiteuses, particulièrement celles de confession musulmane, porteront un voile ou autres dispositif de dissimulation du visage pour des raisons religieuses. Elles ne doivent pas être contraintes de se découvrir le visage ou les cheveux en public ou devant des hommes, car cela serait source de troubles graves et de fort choc psychologique. Lorsque des buts de sécurité ou d’identification l’exigent, le retrait du voile doit être effectué en privé, en présence de personnel féminin uniquement. Une fois le voile retiré, la personne concernée doit se voir offrir l’usage d’un miroir, et de temps ainsi que de disponibilité pour le remettre. »

(Proposition originale d’article par Strelitz)

Daily Mail via fdesouche.com

3 commentaires

  1. Posté par Alek le

    Par chance l’Angleterre ne fait plus partie de l’UE! Qu’ils gardent ce simulacre de connerie chez eux…

  2. Posté par pierre frankenhauser le

    Avec 30% de momos, l’ambiance, la camaraderie et l’esprit de corps au sein de la police britannique s’en trouveront à coup sûr décuplés. A quand un « Shariah Police Department », financé par le bon contribuable ?

  3. Posté par Bussy le

    Moi je suis même favorable à la burka pour les hommes, quand j’ai pas envie d’aller au boulot et que le voisin retraité s’ennuie, je l’envoie à ma place, trop super !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.