Suisse : la Turquie demande le retrait d’une photo mettant en cause Erdogan

post_thumb_default

 

Cette exposition, soutenue notamment par la ville de Genève et Reporters sans frontières, se tient déjà depuis une semaine sur la Place des Nations, devant l'ONU à Genève, où viennent presque quotidiennement manifester des citoyens du monde entier.

Elle regroupe 58 photos prises ces dernières années sur cette même place par le journaliste photographe suisse d'origine kurdo-arménienne Demir Sönmez, qui explique vouloir montrer «les multiples luttes des peuples».

Interrogé par l'AFP, le photographe de 56 ans a expliqué avoir été contacté par les autorités genevoises qui l'ont informé que les représentants turcs à Genève «demandent le retrait» de la photo.

Cette photo, prise le 14 mars 2014, montre un groupe de manifestants avec une grande banderole sur laquelle figure l'image d'un jeune adolescent souriant aux côtés d'un texte écrit en français : Je m'appelle Berkin Elvan, la police m'a tué sur l'ordre du Premier Ministre turc. Il s’agissait de Recep Tayyip Erdogan, qui est devenu le président du pays en août 2014. La photo est légendée : Hommage à Berkin Elvan, blessé par la police turque et décédé à Instanbul après 269 jours de coma.

Lire aussi : Un photographe grec du journal allemand Bild refoulé à l’aéroport d’Istanbul

Un porte-parole de Genève, Philippe d'Espine, a expliqué à l'AFP qu'il y a eu «une manifestation de la part de la Turquie concernant cette image» et que les autorités de la ville allaient prendre une décision le 26 avril, lors de leur réunion hebdomadaire.

Berkin Elvan avait été grièvement blessé à la tête en juin 2013 par un tir de grenade lacrymogène alors qu'il sortait chercher du pain pendant une intervention de la police dans son quartier, lors de la fronde qui a fait tanguer le régime de Recep Tayyip Erdogan.

Sa mort le 11 mars 2014, après un coma de 269 jours, avait déclenché des manifestations dans toutes les grandes villes du pays où des centaines de milliers de personnes avaient dénoncé le gouvernement du Premier ministre Erdogan, aujourd'hui chef de l'Etat.

Demir Sönmez, né en 1960 à Erzurum, en Turquie, vit à Genève depuis 1990 et a été naturalisé suisse. Il a débuté dans le journalisme et la photographe dans les années 1980 en Turquie avant de demander l'asile politique en Suisse.

Lire aussi : Libre de ne pas quitter le pays : l’éditorialiste néerlandaise arrêtée, toujours retenue en Turquie

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Un commentaire

  1. Posté par Zendog le

    Espérons que la Ville de Genève saura résister ce qu’elle n’a pas fait quand, il y a quelques années, elle a cédé aux pressions de qui l’on devine et a empêché que l’on joue la pièce de Voltaire, Mahomet.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.