Israël-Gaza : le monde bascule !

Mireille Vallette
journaliste

Dans un grand brasier, Israël brûle, les nazis assassinent, les institutions censées guider le monde l’incendient, des élites occidentales carbonisent le bon sens, un syndicat de magistrats français jette son statut aux flammes, l’islam crépite et la démocratie se consume.

 Sectarisme et violence se joignent pour assassiner notre civilisation.

Je reprends ici quelques extraits des articles que j’ai écrits entre 2011 et 2014 et consacre la deuxième partie à des exemples du basculement qui se produit.

    1. Extraits d’articles

En 2011, je commence mon activité de journaliste-blogueuse dans la Tribune de Genève. Le danger islamique me taraudait et le sort d’Israël m’inquiétait. J’ai dû renoncer à traiter les deux sujets faute de temps, sauf quelques articles entre 2011 et 2014. Je les ai relus et me suis rendue à l’évidence: ce qui se passe aujourd’hui correspond parfaitement à ce qui se tramait hier, hors le déchaînement antisémite insensé auquel nous assistons. Les ingrédients de la «résistance» sont déjà évidents et l’appui des Occidentaux est présent, quoique encore minoritaire.

Un rappel d’abord. Après l’occupation ottomane, la Grande-Bretagne offre aux Arabes 77% du Mandat britannique pour créer la Jordanie. L’ONU propose deux petits États sur le territoire restant, l’un arabe et l’autre juif. Les Arabes refusent, les juifs acceptent. Israël nait, haï par les adeptes d’Allah qui l’attaquent constamment. Depuis 1948, aucun Israélien né et mort dans ce pays n’aura vécu en paix. 

A chaque attaque de ses adversaires, la riposte d’Israël est qualifiée de «disproportionnée». En octobre 2011, Gilad Shalit, un Israélien détenu depuis cinq ans par le Hamas, est échangé contre un millier de prisonniers palestiniens. Politiques et médias ne trouvent pas l’attitude d’Israël disproportionnée.

Blog 19.10. 2011 «Par ailleurs, l’équivalence si souvent faite entre l’émotion sociale et familiale relative à Shalit et celle des familles de militants du Hamas m’a paru un peu légère, pour ne pas dire indécente. Ces derniers sont en prison pour des crimes. Certains n’ont pas seulement du sang sur les mains, mais les mains qui dégoulinent de sang. Des centaines d’entre eux ont assassiné, voire participé à des carnages d’Israéliens.»

Yahya Sinwar, l’organisateur du 7 octobre, fait partie de l’échange. Il avait été condamné en 1989 par Israël pour l’assassinat d’une douzaine de personnes. Dans ce qui est généralement décrit comme l’enfer des prisons, les médecins israéliens l’opèrent avec succès d’une tumeur au cerveau. Yahya Sinwar apprend l’hébreu et traduit des autobiographies de responsables des services secrets israéliens. Il met un focus sur l’utilité des otages pour faire libérer des prisonniers palestiniens. Son étude des mœurs juives lui apprend que les restes d’un mort sont pour eux presque aussi précieux que l’otage vivant.

Dans la bande de Gaza, Sinwar travaillera à un but unique: amasser des armes pour tuer des juifs jusqu’à la disparition d’Israël. L’UNWRA, dont les réfugiés sont beaucoup plus gâtés que ceux du reste du monde, s’occupe de la population.

Déjà, d’innombrables démocrates occidentaux apportent leur aide à la forge d’une acmé islamique. Ces activistes aux solides œillères se prennent pour des amoureux de la justice et du progrès. C’est déjà pour moi un grand mystère.

 Le 29 février 2008, Fathi Hamad, qui deviendra ministre de l’Intérieur du Hamas de 2009 à 2014, décrit la stratégie du mouvement à la télévision Al-Aqsa:

25.12.2012 «Pour le peuple palestinien, la mort est devenue une industrie dans laquelle les femmes jouent un rôle majeur, ainsi que chaque personne vivant sur cette terre. Les personnes âgées, les moudjahidines et les enfants se distinguent particulièrement eux aussi dans ce domaine. C’est dans l’optique de rendre plus complexes les attaques sionistes que des femmes, des enfants, des personnes âgées, et des moudjahidines sont utilisés comme boucliers humains. C’est comme s’ils disaient à l’ennemi sioniste: Nous désirons la mort comme vous désirez la vie.»

25.12.2012 »Le Hamas l’affirme, il travaille pour Allah. Ce qu’il fait est demandé par son Dieu et accompli en Son Nom. Les bébés sont des martyrs comme les autres, car mourir pour Lui est le plus grand plaisir d’Allah.»

Le mouvement rappelle que pas un pouce de la terre «musulmane» ne sera cédé aux juifs.

25.12.2012 »Lorsque le Hamas aura réussi avec l’aide de ses alliés occidentaux, à supprimer Israël et les juifs, il pourra compléter le puzzle: plus une femme libre, interdits sexuels, persécution des minorités religieuses -s’il en reste-, interdiction de quitter l’islam et plus largement absence totale de liberté de conscience, sanction des déviants selon les prescriptions de la loi divine…»

La barrière de sécurité 

25.11.2012 »Les attentats terroristes ont endeuillé plus de mille familles israéliennes, enfants compris, jusqu’en 2000. Lorsque des civils sautent en Israël, on saute de joie au Hamastan. Voir celui tout récent de Tel-Aviv. Mais c’est Israël qu’on appelle «assassin d’enfants».

 25.11.2012 »Les Israéliens ont décidé d’ériger une barrière de sécurité pour empêcher ces massacres. Mais pour les amis du Hamas, le scandale, l’inacceptable, ce ne sont pas les innocents assassinés, c’est la barrière. La barrière ne suffira pas. Récemment, des dirigeants du Hamas ont annoncé que le mouvement continuera à faire entrer des armes à Gaza «par tous les moyens possibles». Elles seront toujours plus puissantes, les habitants d’Israël seront menacés en permanence, la haine les poursuivra sans trêve.

01.04.2014 »Des centaines de «camps de vacances» entraînent des enfants au maniement des armes et leur enseignent l’incomparable joie de Dieu à voir couler le sang juif, on forme au génocide. On torture et on liquide sans procès. Des autorités religieuses appellent à l’exécution des homosexuels à la télévision.

01.04.2014 »Allah est omniprésent. Un ministre des cultes rappelle que les préceptes coraniques interdisent tout accord de paix. En mai 2012 sur Al-Rahma, télévision de l’Autorité palestinienne, un «enfant prédicateur» annonce que la nouvelle couleur de sa cause sera «la couleur du sang, avec la détermination de celui qui marche vers le Paradis pour libérer Jérusalem des «frères des singes et des porcs». Une approche répétée avec des lumières dans les yeux par une petite fille de 3 ans. (…) Tout juste nés, les enfants sont étiquetés «réfugiés de 1948» et à peine sevrés réclament leur «droit au retour».

01.04.2014 »La libération de prisonniers par Israël est l’occasion pour l’Autorité palestinienne d’accueillir triomphalement des hommes aux mains couvertes de sang. Elle remet des certificats aux tueurs et dédie des squares à la mémoire des plus méritants, responsables du meurtre de civils, dont des enfants.

L’Autorité paie depuis des années des rentes à vie aux familles des assassins.

01.04.2014  »…le «peuple palestinien» est-il le souci premier de ces militants? Victor Dumitrescu, blogueur de la Tribune de Genève, observe que c’est «la seule cause à travers le temps et l’espace où l’on épouse plus la haine de l’adversaire que l’empathie pour la victime».

01.04.2014 »Cette vision fait invariablement penser à tous ces peuples dont la gauche a farouchement soutenu la «libération» et qui aussitôt libérés sont tombés sous le joug de régimes tyranniques. De l’URSS au Cambodge en passant par la Chine et l’Érythrée, la liste est longue. Hier, on pouvait encore croire aux lendemains qui chantent des mouvements marxistes. Aujourd’hui, ni le Hamas, ni l’Autorité palestinienne ne font mystère de lendemains qui prient et châtient.»

Fidèles parmi les fidèles des mouvements palestiniens radicaux, Carlo Sommaruga. Ici en visite auprès du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP).

En 2014, une manif est organisée à Genève pour protester contre l’entrée à Gaza de l’armée israélienne en représailles des centaines de roquettes envoyées depuis Gaza et du meurtre de trois adolescents.

 28.07.2014 «Dans ces manifs, les amis occidentaux n’ont aucune gêne à appuyer toutes les tyrannies musulmanes du globe, et d’œuvrer à en créer une nouvelle. Les féministes, elles, paraissent ravies de communier avec ces obsédées du Miséricordieux, celles qui couvrent leurs corps et portent foulard, symbole chaque jour plus indécent vu ce que subissent leurs «sœurs» de là-bas.»

Les manifestants réclament les «droits humains des Palestiniens».«Y en a-t-il un seul que le Hamas respecte? Et si Israël disparaît, y en a-t-il un seul existant encore et qu’il ne supprimera pas? En attendant, l’État islamiste, raciste, sexiste et totalitaire a déjà avancé bien des pions.»

28.07.2014 « (…) De nombreux tunnels ont été creusés, l’armée en a détruits. «C’est qu’Israël avait cédé aux exigences «humanitaires» permettant l’entrée du ciment (…) les tunnels seront sans peine reconstruits grâce aux nombreux amis mécréants. Les prêcheurs de la manif l’ont fermement exigé: Israël doit laisser passer les «matériaux de construction». Et ouvrir ses portes, ce qui évitera le creusement de quelques tunnels pour faire passer plus agréablement de sinistres bouchers.

28.07.2014 (…) le Hamas plante ses missiles dans les mosquées ou les écoles et détourne l’aide occidentale pour ses tunnels et ses armes. On ne va pas en plus lui demander de se préoccuper de ses concitoyens. Surtout que plus il y a de destructions et de martyrs, de préférence des enfants, plus sa cause progresse.»

2014, Wikipédia: «Amnesty International accuse le Hamas d’exécutions, d’enlèvements, d’arrêts extrajudiciaires et de l’utilisation de l’hôpital al-Shifa pour détenir, interroger et torturer des suspects. Selon le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, 861 membres du Fatah sont tués lors du conflit, dont plus de 120 par le Hamas.»

2. International: les forges de la détestation d’Israël

Image empruntée à la CICAD

Le 8 octobre malgré l’épouvante de l’assaut du Hamas, personne ne propose de neutraliser ce mouvement, de juger ses assassins. Personne (UNRWA, ONU, ONG) n’a vu le creusement de centaines de kilomètres de galeries. La Croix-Rouge semble ignorer que des otages vivent l’enfer.

Depuis le 7 octobre , le Hamas fait à plusieurs reprises un plaidoyer pour le génocide. Il promet de récidiver jusqu’à l’éradication d’Israël.

Les atrocités du 7 octobre ont donné une impulsion majeure à l’islam le plus radical.

Aujourd’hui c’est chaque jour que progressent les revendications des mouvements islamistes et les démissions des démocraties. Des manifs européennes réclament le califat et la charia.

On retrouve les poissons-pilotes de la haine anti israélienne, de l’antisémitisme et de la célébration des immigrés, surtout musulmans, dans toutes les institutions internationales dont l’ONU. Dans ces lieux, le ressentiment anti-occidental ne cesse de croître.

Les institutions internationales sont composées de plus en plus de tyrannies. A l’ONU, 130 votes sur 193 appartiennent à des régimes autoritaires ou dictatoriaux.

Depuis des années, le Conseil des droits de l’homme passe beaucoup de temps en accusations, résolutions, rapports à sens unique qui calomnient l’Etat juif. En 2022 par exemple, seules 12 résolutions ciblent des pays du monde pour leurs graves atteintes aux droits de l’homme alors qu’Israël à lui seul en reçoit 15.

Qui approuve, couvre ces manœuvres ? Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres.

Il vocifère contre Israël dans la guerre actuelle et les médias reprennent sans scrupule ses propos. Avi Pazner, ex-ambassadeur israélien en France, s’exclame: « Qu’avons-nous fait de mal pour que le Ciel nous ait puni en nous envoyant Guterres comme secrétaire général de l’ONU? C’est un antisémite notoire.»

Pour l’avocate Noëlle Lenoir«Il semble que l’ONU et bon nombre de ses filiales, y compris la Cour internationale de Justice, ne soient plus des organisations internationales, mais plutôt des machines de guerre contre les démocraties.»

L’Iran peut ainsi présider le Conseil des droits de l’homme et l’Arabie saoudite le Comité des droits de la femme.

L’ONU concocte des listes de méfaits accablants contre Israël. Elle exerce une pression continue pour l’empêcher de supprimer la menace majeure de sa disparition. Les acteurs de ces manœuvres font comme si ce n’était pas le Hamas que cible Israël, mais les Gazaouis.

Francesca Albanese, rapporteur spécial de l’ONU sur les territoires palestiniens, hait Israël. Elle l’a comparé au nazisme et a accusé les États-Unis d’être «subjugués par le lobby juif».

Elle a rédigé à propos du conflit actuel un rapport intitulé «Anatomie d’un génocide» où elle affirme entre autres qu’Israël a l’«intention de détruire physiquement les Palestiniens en tant que groupe». Elle réclame aussi un embargo sur les armes à destination d’Israël.
Son mari a été conseiller économique auprès de l’Autorité palestinienne.

Le président de la Cour pénale internationale, Karim Asad Ahmad Khan, demande des mandats d’arrêt contre Netanyahou et deux autres responsables et quelques chefs du Hamas. Khan fait une équivalence entre les dirigeants démocratiquement élus d’Israël et les terroristes. Il liste notamment en guise de crimes de guerre présumés de l’Etat juif «affamer délibérément des civils», «homicide intentionnel» et «extermination et/ou meurtre».

Dans son rapport annuel 2022, Karim Khan termine son message par «je m’engage à toujours leur dire la vérité pure et simple, inch Allah». Islam quand tu nous tiens…

Nawaf Salam, président de la Cour internationale de Justice (CIJ), organe judiciaire principal de l’ONU a lui aussi décrété qu’Israël est sur la voie d’un génocide.

Salam est Libanais, comme sa femme Shahar Bassari, ambassadrice du Liban à l’Unesco. Le Liban attaque sans relâche Israël. Il envoie tous les jours des missiles et des drones incendiaires qui causent d’immenses incendies. Le Cour de Salam l’ignore.

Un de ses tweets de 2015 montre sa duplicité:

Après un atroce massacre et de multiples attentats en Cisjordanie, l’idée d’une «solution à deux États» ne cesse de retentir dans la communauté internationale. Les leaders du Hamas affirment leur éternel refus et s’appuient sur les amis européens pour le justifier: «Libération, du fleuve à la mer».

L’Occident s’assoupit, l’Occident a peur de ses musulmans. Eux se croient pour beaucoup modérés, mais sont immédiatement emportés lorsqu’un vent souffle en faveur de l’islam. Les modérés comme les autres étaient en nombre dans les occupations des unis.

Les mouvements radicaux n’ont cure des Palestiniens comme de toutes les victimes, bien plus nombreuses, d’autres conflits. Ils n’ont qu’Israël en point de mire.

«Une fois pour toutes, les intellectuels d’Occident ont posé qu’il y avait les «bons» camps et les mauvais, les camps que transfigure la sainteté de la cause et d’autres qui ne sont que ce qu’ils sont. La plupart des intellectuels, en Occident, commettent à un degré ou à un autre cette faute, toujours enclins à découvrir des raisons pour excuser ou excommunier. Les intellectuels qui se disent de gauche la commettent avec plus d’éclat, à la mesure même du goulag qu’ils ont nié le plus longtemps possible, le plus énorme de tous, dissimulé dans l’ombre du régime qui se déclare le plus humain de tous.»
-Raymond Aaron, Le Figaro, 18 avril 1975

19.10.2011 Shalit et terroristes une même émotion

25.11.2012 Les democrates du Hamas au pays des paradoxes

10.11.2013 Si jétais-invitée à Ramallah

1.04.2014 Les boycotteurs d’Israël cheminent sur le sentier d’Allah

28.07.2014 Rassemblement de soutien à Israël

5.08.2014 Hamas Israël retour à quelques réalités

Un commentaire

  1. Posté par monde_tombe_sur_la_tete le

    Bravo Madame – tout est dit et bien dit !! Merci!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.