La Lituanie a-t-elle allumé la mèche de la troisième guerre mondiale ?

Par Larry Johnson

Dans un geste d'une stupidité et d'une hubris stupéfiantes, la Lituanie a interdit le transit de marchandises russes vers Kaliningrad à partir de 18 juin 2022.
Kaliningrad, qui est coincée entre la Pologne à l'ouest et la Lituanie à l'est, abrite près d'un demi-million de Russes et constitue le quartier général de la force de la marine russe en mer Baltique.

Poland to build watchtowers at Kaliningrad enclave border - EURACTIV.com

La Lituanie affirme qu'elle ne fait que se conformer aux sanctions imposées par l'Union européenne. Après tout, la Lituanie est membre de l'Union européenne et de l'OTAN. Mais c'est bien là le problème. Il s'agit d'une provocation délibérée. Elle assiège économiquement un intérêt vital de la Russie.
Bien qu'il n'y ait pas de danger immédiat pour la population russe de Kaliningrad, il s'agit d'un point chaud qui pourrait conduire à une véritable guerre, par opposition à une opération militaire spéciale.

Quelle est la différence entre une opération militaire spéciale et une guerre ? Dans le cadre d'une opération militaire spéciale, les communications, l'infrastructure électrique, l'infrastructure de transport et les dépôts de carburant restent largement intacts. Dans une opération militaire spéciale, vous essayez de minimiser les pertes civiles et militaires.

La guerre, en revanche, est terrifiante. Si la Russie opte pour la guerre, la retenue qui caractérisait ses activités en Ukraine sera remplacée par une attaque en règle contre les installations et les moyens militaires clés de la région, ainsi que par la destruction des ressources de l'adversaire en matière de communications, d'électricité, de transport et de carburant.
Cela inclut probablement la mise hors service de systèmes critiques de communication par satellite et de collecte de renseignements des États-Unis et de l'Europe.

Kaliningrad, l'ancienne Königsberg, a été placée sous le contrôle de l'Union soviétique en 1945, aux termes de l'accord de Potsdam, qui était soutenu par les États-Unis et la Grande-Bretagne. Le peuple russe a payé de son sang cette terre en 1945 et ne va pas l'abandonner face aux brimades ou aux menaces de l'Occident. Si vous voulez donner un coup de bâton à un ours en colère, il vaut mieux être sûr que cet ours est enfermé dans une cage solide. La Russie n'est certainement pas enfermée dans une cage.

Source : Gateway Pundit

Traduction Cenator

5 commentaires

  1. Posté par Jambon-beurre le

    La méche de la 3eme guerre mondiale c´est Poutine qui l´a allumée en agressant l´Ukraine. Macron et les européens de l´Ouest plient devant Poutine. Les pays qui ont vecus sous le joug russe et soviétique ne sont pas des laches. Ils veulent défendre leur liberté, leur identité et leur mode de vie. Ce sont des peuples courageux contrairement a d´autres en Europe Occidentale qui ne font que se mettre a genoux devant leurs envahisseurs.

  2. Posté par Vladimir Michaud le

    Où est le problème? Ce transit peut très bien être réalisé par la mer. La Russie a fait un choix, finalement il y a des conséquences et c’est normal. Les avions, les citoyens, les marchandises russes sont désormais malvenus en Europe. C’est ainsi.

  3. Posté par maury le

    Biden doit être derrière ce choix,bien à l’abri ,à Washington (pour le moment) .C’est sûr qu’ en Lithuanie certains sbires des states doivent manœuvrer comme ils le fond partout afin de faire monter la tension et employer « le miroir aux alouettes » « Que notre Continent est plein d’idiots utiles!!! »

  4. Posté par Joufflu le

    Il est certain que Poutine ne se laissera pas faire !

  5. Posté par antoine le

    Partout dans le monde se trouvent des apprentis sorcier …
    On verra la réaction de la Russie. ça risque de barder !!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.