Fraude électorale US: le barrage se rompt

Stéphane Montabert
Suisse naturalisé, Conseiller communal UDC, Renens

"Biden refuse de concéder." -- Scott Adams

Contre-offensive

Le 19 novembre 2020 restera dans l'histoire comme la date où le Président Trump, qui sera réélu, reprit officiellement l'offensive. Au cours d'une conférence de presse, son équipe juridique donna ainsi un exposé des innombrables fraudes menant aux résultats erronés donnés pour acquis depuis le lendemain de l'élection par des médias biaisés.

Des fraudes massives, préparées depuis longtemps, organisées dans les États-Unis même avec la collaboration de pays étrangers et des complices à tous les niveaux - en d'autres termes, une authentique conspiration dans le but de fomenter un coup d'état.

Bien entendu, les rares médias qui évoquèrent cette conférence s'empressèrent de l'oublier, ou la firent disséquer par des fact-checkers à l'impartialité aussi imaginaire que l'absence de fraudes. La politique médiatique est simplement d'ignorer tout ce qui vient du "côté Trump", comme des enfants tentant de retenir leur respiration jusqu'au 20 janvier 2021.

Ces gens-là croient encore sérieusement en l'intronisation de Joe Biden à la Présidence et pensent que cela les libèrera de tout mal... Une attitude puérile qui démontre une grave méconnaissance des mécanismes juridiques aux États-Unis, de la façon dont le Droit s'y pratique, et donc de ce qui va se passer ces prochaines semaines.

Rudy Giuliani n'eut pas des mots tendres pour les médias lors de cette conférence de presse, avec raison. Il rappela quelques éléments qui semblent échapper à nos journalistes:

  • Un témoignage sous serment est une preuve recevable par un tribunal. Quiconque fait un témoignage mensonger sous serment s'expose à des peines de prison. Un témoignage n'a donc rien d'anodin. Il est impensable pour un juge de le défausser au prétexte qu'il ne s'agirait "que d'un témoignage", par exemple. même si les médias s'adonnent volontiers à ce petit jeu.
  • Si un média n'est pas d'accord avec les informations que présente un témoignage, ce qui est son droit le plus strict, il peut se livrer à un contre-interrogatoire, ou venir avec d'autres témoignages contradictoires, eux aussi sous serment ; les divergences seront alors traitées lors du procès devant une cour de justice. Mais même là, rappelle M. Giuliani, le témoignage original reste un élément de preuve.
  • Les témoignages rassemblés par l'équipe juridique de M. Trump comprennent des témoins directs de fraude, des lanceurs d'alerte, et viennent non seulement des rangs républicains mais aussi des rangs démocrates.
  • Aucun des recours lancés par l'équipe juridique du Président n'a été rejeté. Ils sont toujours pendants ou en appel auprès d'une instance supérieure. Des recours ont bien été rejetés, mais il s'agissait de recours lancés par des citoyens indépendants, sans lien avec la campagne du Président sortant - ce que les médias occultent.

Je rajouterai pour compléter qu'une interview n'est pas un témoignage sous serment. On peut donc mentir effrontément sur un plateau de télévision, sans conséquence. Peu s'en privent.

Énervé par la propension des journalistes à prétendre que les assertions de fraude électorale sont "sans fondement", un Internaute a créé un site entier pour répertorier les preuves: HereIsTheEvidence.com - "VoilaLesPreuves.com". Les documents archivés sont filtrables par état, degré de recevabilité, gravité. On ne peut pas faire plus limpide pour des journalistes. Sont-ils paresseux ou malhonnêtes? En tout cas, ils n'ont plus d'excuse pour être paresseux.

Trey Trainor, le Président de la FEC (Federal Election Commission, Commission Électorale Fédérale, pas grand-chose en somme!) a admis que l'équipe de campagne de M. Trump avait amené devant la justice des "accusations légitimes" de fraude et que le camp adverse "se devait de répondre aux questions". Silence médiatique, comme toujours.

Le 25 novembre, M. Giuliani était présent lors d'une audition publique sur les fraudes en Pennsylvanie. Les avocats de Dominion n'eurent pas ce courage. Le live de la conférence a été couvert par de nombreux réseaux, en voici une vidéo:

Le moins que l'on puisse dire est que tous les spectateurs de cette audition, comprenant l'assemblée législative de Pennsylvanie, ont été secoués par les déclarations des témoins. Pour ceux qui préfèrent l'écrit, voici l'une de ces dépositions. Elle mérite d'être lue.

Si on ne devait relever que deux nouveautés parmi les nombreux cas déjà répertoriés par l'équipe Trump, les voici: la participation a allègrement atteint voire dépassé les 100% dans de nombreuses circonscriptions électorales, allant jusqu'à 350% dans l'une d'elle. Et les bureaux de vote de Pennsylvanie ont reçu au total des centaines de milliers de bulletins par correspondance de plus que ceux que l'administration a envoyé aux électeurs. 1,5 millions de bulletins de votes par correspondance envoyés, 2,3 millions revenus et comptabilisés. Cherchez l'erreur.

Il faut avoir l'esprit sérieusement atteint pour oser prétendre qu'il n'y a pas eu de fraude. Et cette malhonnêteté en appelle immédiatement une autre: sur quelle base quiconque peut affirmer que si fraude il y a eu, elle n'affecte pas le résultat final?

Sidney Powell relâche le Kraken

Rudy Giuliani et l'équipe juridique de Donald Trump combattent la fraude électorale - les bulletins arrivés après la fin de l'élection, dépouillés sans observateurs, ou simplement frauduleux. Il y a du travail et les quantités en présence suffisent largement à renverser la prétendue avance de Joe Biden dans les états-charnières.

Sidney Powell, elle, travaille en toute indépendance. Elle a un autre objectif: montrer que le logiciel électoral employé pour compter les bulletins a été trafiqué sciemment, et envoyer les coupables en prison. Le logiciel a non seulement été dès le départ conçu pour changer les élections en favorisant un candidat dans le système, mais aussi manipulé depuis l'extérieur des États-Unis, pendant l'élection, pour changer des paramètres de dépouillement "en temps réel" tant l'avance de Trump sur Biden était importante dans plusieurs états.

Sidney-Powell-EpochTimes_510A8621-700x420.jpg
Sidney Powell

Dominion, SGO Smartmatic, Scytl, Séquoia, Clarity sont autant de sociétés liées les unes aux autres par des flux financiers, des employés, des actionnaires et des brevets. La nébuleuse a pour but de produire des machines et du logiciel conçus pour fausser le résultat des élections. Les machines sont informatiquement vulnérables, et délibérément exposées ainsi. Les informations étaient connues de Wikileaks.

Le complot remonte jusqu'à l'État Vénézuélien. Le gentil dictateur Chávez fut un des premiers clients cherchant à falsifier électroniquement les votes, notamment la modification de la Constitution qui lui permettrait d'être élu un nombre illimité de mandat. Il fut un promoteur essentiel de ce qui devint plus tard Dominion. Grâce aux votes modifiés électroniquement, il ne perdit plus jamais une élection, et son successeur Maduro non plus. Les médias affirment toujours que l'extrême-gauche vénézuélienne est très populaire: les scrutins le prouvent, n'est-ce pas!

Mais le complot implique également la CIA. Normal, des Américains étaient au Venezuela, cela donne des idées...

Comme l'explique la youtubeuse (et juriste) Leight Dundas en citant cette interview:

Le Général Mc Inerny est un lieutenant-général à la retraite de l'Armée de l'air, qui a effectué plus de 400 missions de combat au Vietnam et a ensuite été nommé aux plus hauts postes militaires au sein de Washington DC, répondant directement au Secrétaire à la Défense et aux Vice-Présidents des États-Unis. (..) Il dit que Hammer est un logiciel de surveillance développé par la CIA. Son programmeur était Dennis Montgomery. Il l'a codé en 2003 pour s'attaquer aux islamistes radicaux. Scorecard est un programme développé par la CIA qui manipule les machines de saisie des votes, dans l'isoloir.

Il a ensuite décrit comment Hammer et Scorecard ont été utilisés dans les pays étrangers pour installer les dirigeants que nous voulions, puis comment ce petit pistolet que nous avions créé s'est ensuite retourné et a été pointé directement sur la nuque du peuple américain. Il dit, et je le cite encore une fois, que cette arme a été retournée dans un but plus sinistre. Il fait référence à l'Administration Obama, deux semaines après l'entrée en fonction d'Obama en 2009, le 3 février 2009, pour être exact. L'application Scorecard a été déplacée hors de la CIA au sein d'une unité secrète, qui concerne à la fois des processus sensibles et un centre d'information, à Fort Washington, Maryland. Puis ils ont commencé à l'utiliser contre des citoyens américains, y compris d'éminents Américains et des politiciens.

Sydney Powell, samedi soir [dans une autre interview] sur le scandale, a lié Dominion, qui a été utilisé dans plus de 30 États lors de cette élection pour compter les votes, à Hammer et Scorecard et à la CIA. Elle a dit qu'ils avaient des preuves que la colonne vertébrale du logiciel Dominion dont ils disposaient provenait du code de Hammer et Scorecard, qui venaient directement de notre CIA.

Mme Powell vient de déposer une première salve de plaintes en Georgie et dans le Michigan. (Les liens renvoient à des documents scannés et passés à l'OCR, ce qui implique quelques imperfections). D'autres plaintes suivront. Une perquisition sur un site de la CIA à Francfort a permis de rassembler bien des preuves.

Apparemment, le logiciel employé par Dominion pour le dépouillement avait une "pondération" entre Trump et Biden: un vote pour Trump comptait pour 0.75 voix pour Trump, un vote pour Biden pour 1.25 voix pour Biden. Si chacun avait la moitié des votes au début, cela aurait donné 37.5% pour Trump et 62.5% pour Biden à la fin. Évidemment, le besoin de corriger les chiffres pour coller aux bulletins rentrés obligeait le logiciel à faire des "sauts correctifs" de temps à autre - soit des votes rajoutés pour Biden, soit des votes enlevés à Trump, soit des votes carrément transférés de Trump à Biden. Ce sont des centaines de "sauts" de ce genre que les spectateurs de la soirée électorale purent voir en direct, de leurs propres yeux, sur les fils d'actualité et les émissions des réseaux télévisés.

Dominion aurait aussi rajouté un "fond de base" de 35'000 voix à tous les Démocrates dans certaines circonscriptions, et sans doute partout où il a été installé. Les Démocrates et leurs alliés avaient même prévu de noyauter les sociétés sollicitées pour procéder à des vérifications. Et bien sûr "d'anciens employés" de Dominion travaillaient désormais directement dans l'organisation du scrutin aux États-Unis.

Mais rien de tout cela ne suffit, tant l'avance de Trump était écrasante. Après minuit dans la nuit du 3 au 4 novembre, alors que le dépouillement frauduleux était bien avancé, Trump menait encore largement dans tous les états-charnières. Ce damné Président était trop populaire!

Il fallut donc passer à la vitesse supérieure, quitte à laisser plus de traces. Les Démocrates en panique firent arriver des bulletins de vote pro-Biden fraîchement imprimés par valises entières, au milieu de la nuit et les jours suivants. Ils éloignèrent les observateurs républicains par tous les moyens possibles pour perpétrer leur forfait, jusqu'à prétendre une fausse fuite d'eau. Manque de chance, les caméras de surveillance ont tout enregistré...

Il serait injuste de ne faire porter le chapeau qu'aux Démocrates. Dominion plaisait à beaucoup de gens ; le Gouverneur (républicain) de Georgie, Brian Kemp, s'empressa de faire installer le logiciel en 2019 en vue de l'élection générale de 2020, un juteux contrat gouvernemental de 100 millions de dollars dont une partie de sa famille aurait bien profité. On comprend un peu mieux aujourd'hui ses atermoiements quant à la fraude électorale. D'autres essayent de brouiller les pistes.

Le barrage se rompt

Lorsque j'ai pu affirmer sur ce blog que la réussite de l'élection frauduleuse de Joe Biden signifierait la fin de la démocratie non seulement aux États-Unis mais dans le monde entier, je n'exagérais même pas.

Certains à gauche s'en sont tout de même réjouis et se réjouissent encore. Une élection volée ne les dérange pas le moins du monde - sauf s'ils peuvent en accuser un innocent, comme ils l'ont fait contre Trump depuis 2016. Ces gens méprisent la démocratie. La soif du pouvoir dépasse toute autre considération. La souveraineté du peuple est bien le dernier de leur souci.

En attendant, les choses ne se passent pas comme prévu en vue de l'intronisation de M. Biden. Un premier tribunal de Pennsylvanie vient d'annuler le processus de certification des votes, barrant la route à l'attribution des Grands Électeurs à la marionnette sénile. Un tribunal du Nevada approuve une enquête sur les bulletins de vote frauduleux. Une Cour du Michigan recommande un audit complet de l'élection. La machine se met en marche.

Le chemin victorieux de Joe Biden vers la Maison Blanche vient de se compliquer sérieusement. Plus on creusera, plus on trouvera la fange du marais. Comptez sur moi et sur mes fidèles commentateurs pour en rendre compte, face aux médias qui tentent désespérément de vous désinformer.

Tout ceci était prévisible depuis longtemps. Les Démocrates ont fraudé comme jamais. Ils vont se faire prendre comme jamais. Ils ne s'en relèveront pas. Les médias complices et les manipulateurs de Big Tech suivront. Ce n'est que justice.

Depuis quand s'inquiéter de fraudes électorales est devenu "une menace pour la démocratie"? À une époque récente, les médias étaient concernés. C'était avant que la fraude électorale ne soit perçue comme le seul moyen de chasser Donald Trump de la Maison Blanche.

Stéphane Montabert - Sur le Web et sur LesObservateurs.ch, le 26 novembre 2020

40 commentaires

  1. Posté par Vincent Porret le

    Relire cet article aujourd’hui, à la lumière des faits, faits actés par une justice, y compris par ses éléments conservateurs, interroge. Faut- il douter de la bonne foi de son auteur, qui aura compilé là une myriade d’authentiques fake news certifiées ? Le dispositif, accumuler des « faits », des affirmations d’origine non contrôlée, issues pour la plus part de sources conspirationnistes qui s’autoalimentent, qui pour peu qu’une deux recèlent une part de vérité, se voient teinter de ce voile du doute qui permet la contamination, l’effritement du réel, ne parle pas pour sa défense. Mais il ne s’agit pas là de stigmatiser (démarche assurément stérile), chacun étant libre d’émettre une opinion, d’être porté par ses convictions, chacun ayant le droit de se tromper (et chacun inévitablement de le faire).
    Cependant, que cet article soit toujours en ligne interroge. Car bien qu’il soit aujourd’hui acté que son contenu dans son ensemble soit largement et dangereusement infondé, par sa visibilité et l’absence d’éclairage qui pourrait le corriger, il constitue une source d’approvisionnement supplémentaire pour la sphère complotiste. Et par la même un danger pour la société dans son ensemble.
    Tout média conventionnel, y compris ceux alliés aux courants gauchistes, se verrait obliger de faire amende honorable, ne serait-ce pour ne pas perdre tous crédits auprès de son lectorat éclairé. Le problème de ces sources d’ »information alternative » est qu’elles échappent à ce devoir, étant peut être acté qu’elles s’adressent à un public déraisonnable.
    Pour l’auteur et pour chacun, ne serait-il pas temps que cet article soit remisé au placard des erreurs commises par emportement ?
    Vincent Porret

  2. Posté par Stephane Montabert le

    @PIERRE: Fake news, abondamment reprise, mais démentie par un porte-parole du DoJ.

  3. Posté par Alexis Patoir le

    Effectivement, je rejoins ce que tout le monde a déjà dit, c’est un très bon résumé synthétique alors que chaque jour rajoute de nouveaux éléments à cet imbroglio fantastique qui menace directement, si le collège électoral voire la cour suprême venaient à confirmer l’élection du « démocrate », le principe démocratique dans son ensemble, aux USA et ailleurs.
    Le point positif de ce triste moment, c’est qu’on se rend bien compte de la connivence tentaculaire de cette incroyable machinerie frauduleux auprès de politiques imminents (sans doute Obama, plusieurs gouverneurs et chambres basses de certains États) mais aussi d’organes fédéraux (DOJ, CISA, CIA, FBI…). Sans parler des media mainstream dont on connaît la médiocrité et le partisianisme décomplexé (cf. Project Veritas concernant CNN). Les ennemis du peuple sont maintenant démasqués ou plutôt se sont-ils démasqués tous seuls.
    Cela sera utile lors de l’exercice de Grand Nettoyage inévitable lors que la victoire de Trump sera confirmée.
    On peut aussi espérer que le collège ou la cour Suprême fédérale, en dernier recours, propose un arbitrage cohérent au regard de la situation et ne veuillent pas voir leurs noms associés au plus grand hold-up démocratique de l’Histoire récente.
    Encore bravo.
    Alexis, un des très nombreux français qui ne se font d’illusion sur les messages subliminaux distillés par nos médias nationaux. Je ne suis plus surpris que le bon sens et la clairvoyance viennent une fois encore de nos chers voisins suisses 🙂

  4. Posté par PIERRE le

    <<A ce jour, nous n'avons pas constaté de fraude à une échelle qui aurait pu changer le cours de l'élection», a déclaré le ministre de la justice américain B BARR mardi

  5. Posté par Jean Durand le

    Très intéressant tout ça, je me pose seulement la question si d’ici la date d’investiture, il reste encore suffisamment de temps pour obtenir gain de cause devant la justice, connaissant sa légendaire lenteur? J’espère vivement que Trump l’emportera, rien que parce qu’il est un obstacle majeur à la mise en place du Grand Reset.

  6. Posté par aldo le

    @Sentinelle le 28 novembre 2020 à 19h43 j’ai déjà commenté sur ce fait. Si je me rappelle bien, c’est le logiciel que voulait nous refiler LA POSTE SUISSE. Après les magouilles de Car Postal tout est possible avec la poste crypto-communiste de longue date.

    UNE CHOSE EST CERTAINE IL FAUT QUE TOUT LE MONDE SE METTE A COPIER LES COMBINES LOUCHES DU VOYOU BINDEN POUR AVOIR VOLE L’ÉLECTION. Comme c’est le cas que nos logiciels sont infectés par des produits sortant du même puits mais sous d’autre dénominations la connaissance de méthodes permettra de plus facilement démontrer les fraudes lors de votations sur la Suisse.

  7. Posté par Moos le

    Très intéressant, enfin du vrai journalisme! Après la réélection de Trump il faudra réclamer des comptes à notre très chère Conf. : 1) implication de Poste Suisse ? 2) RTS le grand ménage 3) quid de l’utilisation de ce type de logiciels en Suisse, voir résultat de l’initiative du 27 sept. ? Va y avoir du sport!😁🇨🇭

  8. Posté par Tinella B le

    Pour information, voici certains des clients de Scytl Online voting system (Smartmedic, Sequoia, Dominion):

    Élections américaines, États-Unis, La Haute Autorité des Primaires, France, Commission électorale de l’Australie-Occidentale (WAEC), Australie, Canton de Bâle-Ville, SUISSE, Parti social-démocrate (SPD) d’Allemagne, Allemagne, Parlement européen, Europe, Commission électorale de Nouvelle-Galles du Sud, Australie, Commission électorale du Queensland, Australie, Ministère des Affaires étrangères, France, Parti Vert Européen, Europe, Ministère de l’Intérieur, France, Canton de Fribourg, SUISSE, État de l’Alaska, Etats-Unis, Ministère de l’Intérieur, Espagne, Conseil Fédéral d’Administration, Brasil, Commission Électorale de Mexico, Mexique, Commission Électorale du Bangladesh, Bangladesh, TNL, Jeunesse Libérale Nationale, Romania, Commission Électorale du Territoire de la Capitale Australienne, Australie, Tribunal Suprême Électoral, Honduras, Commission électorale du Costa Rica, Costa Rica, Parti Progressiste-Conservateur de l’Alberta, Canada, Haute commission nationale électorale (HCNE), Lybie, Municipalités de l’Ontario, Canada, Ville de Toronto, Canada, Commission électorale de Caroline du Sud, Etats-Unis, Bureau national des processus électoraux, Pérou, État du Gujara, India, Personnel électoral au Royaume-Uni, Royaume-Uni, Ministère des Affaires du Conseil national federal, Emirats Arabes Unis, Ville d’Auckland, New Zealand, Nouveau parti démocratique du Canada, Canada, Commission électorale de l’Équateur, Ecuador, Institut électoral de la ville de Mexico, México, OSCE/CEC de l’Ukraine – Commission électorale ukrainienne, Ukraine, Commission électorale/OSCE, Bosnia Herzegovina, Département de la Défense, USA, Union européenne, Ministère de la Science et de la recherche, Austria, Conseil national des provinces, South Africa, Élections des collectivités locales et des commissaires de police criminelle (CPC), UK, Parlement de Catalogne,Spain, Gouvernement de Catalogne, Spain, Commission de l’Union africaine, Ville de Madrid, Spain, État de Victoria, Australia, Ministère de l’Éducation, Spain, Ministère de la Justice, UK, Ministère de la Justice, Finland, Ville de Barcelone, Spain, Gouvernement de Mendoza, Argentina, État de la Virginie-Occidentale, West Virginia, Commission électorale (COMELEC), Philippines, État de New York, USA, Ministère de l’Éducation, France, Canton de Neuchâtel, SUISSE.

    On aimerait bien avoir des explications aujourd’hui, sachant que des fraudes électorales ont eu lieu dans le passé au Venezuela, en Italie, au Brésil, en Catalogne, aux Philippines, et ailleurs…. En Suisse ?

  9. Posté par Christian le

    Jusqu’à ce jour, toutes les plaintes de Trump ont été rejetées, aucune preuve n’a pu être retenue par les tribunaux et tous les recompages exigés par Trump ont été favorables à Biden. Il convient à nes yeux d’attendre la fin des procédures engagées avant de conclure à une éventuelle victoire de Trump et de prendre le risque de tourner en bourrique lors de la proclamation officielle des résultats.

  10. Posté par Buclin le

    La crise du Corona Virus et les fraudes massives des démocrates sont intimement liées. Regardez les dates de confinements/déconfinements en Europe ! Elles sont calée stricto sensus sur les dates protocolaires de la présidentielle us.

  11. Posté par Sentinelle le

    Sur PI, je suis tombé sur un document absolument explosif: la Poste suisse serait propriétaire d’un système informatique connu appelé Scytl et qui aurait été utilisé en combinaison avec les fraudes dues à Dominion…!!

    L’article de PI: http://www.pi-news.net/2020/11/das-schicksal-der-us-wahl-ist-auch-unseres/

    Voici l’interview en question : https://www.youtube.com/watch?v=WzMweIiEU9I&feature=emb_logo

    Je suis incapable de vérifier les informations concernant la software ni le sérieux des recherches du monsieur interrogé, mais si cela est vrai, la Suisse (Mme Sommaruga) aura également un énorme problème…

  12. Posté par Chris le

    Pour Répondre à Christian Hofer, Trump n’a pas été inactif. Il savait qu’il allait y avoir de la fraude. Il en avait parlé et avait mis en garde les électeurs pour qu’ils aillent voter en personne et non par correspondance. Et c’est pour parer la fraude aux faux bulletins, qu’une sécurité avec un filigrane QFS a été mis en place sur tous les bulletins imprimés par le département de la sécurité. Il ne s’agissait pas d’éviter la fraude, mais de pouvoir la prouver une fois qu’elle se serait produite et d’arrêter tous ceux qui y ont participé. Nous ne sommes que 25 jours après l’élection. Et comme la fraude est massive avec des millions de bulletins frauduleux, il faut du temps pour prouver tout cela.

  13. Posté par kandel le

    « Posté par François le 27 novembre 2020 à 06h59 Ah aha ! Incroyable ce ramassis de bêtises repris ici! ça en est pathétique ! »

    @François, mille MERCI pour votre mise en garde.
    Maintenant, nous attendons impatiemment vos démolitions rigoureuses, les unes après les autres, de chacune de ces « bêtises ».

  14. Posté par Nicolas le

    Les mots clés échappent aux logiciels de censure. Proposition à tous les lecteurs: Diffuser les mots clés pour accéder à cet article dans tous les « gratuits » et sous n’importe quelle rubrique, afin d’ouvrir les yeux au plus grand nombre.

  15. Posté par Nass le

    C’est ce même type de machine à truquer les votes qui a court en France…(de même que dans nombres de pays européens, et pas que…).

  16. Posté par Romailler le

    Merci pour le sérieux de votre article. Je prie que toute vérité soit révélée.

  17. Posté par Christian Hofer le

    Mais pour quelle raison Donald Trump, avec l’engouement public qui est le sien, ne possède-t-il pas des alliés au sein de la CIA qui auraient pu l’avertir ?

    Et comment se fait-il que durant toutes ces années, Trump n’ai rien su ni anticipé ce projet?

  18. Posté par vollaire Isabelle le

    Enfin du vrai journalisme !! Merci pour cet article qui j’espère va réveiller un maximum de gens sur ce qui se passe. Debout « les endormis » !! Il est temps d’éclairer votre conscience et d’ôter vos oeillères !!

  19. Posté par Steve le

    Bravo et merci pour votre article ! C’est un réel plaisir de lire un article qui relate les fais réel des évènements électorales aux Etats Unis.

  20. Posté par Hubsch le

    le nombre de votes frauduleux est difficile à donner ,mais la fraude est évidente.
    Les grands médias sont donc complices car ils nient cette fraude et ne rapportent pas ce qui se passe actuellement aux USA à ce sujet ,pourtant c’est explosif.
    Enfin voire toute la gauche soutenir Biden est renversant ,Ils se disqualifient complètement et perdent toute crédibilité.

  21. Posté par Silk le

    RTS et consorts sont définitivement discrédités aux vues de leur incapacité à rapporter les faits et commenter une actualité de manière réaliste lorsqu’elle ne leur plaît pas. Aujourd’hui encore on nous sert du « Donald Trump fait un pas de plus vers l’acceptation de sa défaite »… c’est exactement le contraire qui est entrain de se passer. Malgré le fait que tous les médias soient contre lui et les fraudes massives mises en place, Trump est déjà le présidents républicain le mieux réélu de l’histoire des USA avec plus de 70’000’000 de votes… et on devrait croire que M.Biden a fait mieux que Obama en 2012 sans faire réellement campagne…

  22. Posté par miranda le

    QUEL BEAU TRAVAIL DE VOTRE PART. Tellement éclairant, précis. On n’aura jamais été autant suspendu au résultat d’une élection. Car si Trump ne gagnait pas, les peuples seraient seuls face au gouvernement de l’ombre, qui fait tant de ravages sur cette terre.
    Le première épreuve qu’ils souhaitent tendre aux peuples, c’est ce grand reset, qui risquerait de nous plonger dans la misère. Et tant d’autres épreuves encore. Peu de gens en ont conscience.

  23. Posté par alticor le

    Trump a cité à plusieurs reprises l’art de la guerre Sun Tzu dont il semble s’inspirer. Il serait donc un fin stratège qui sait amener ses ennemis exactement là où il veut pour les frapper le moment venu ? Je trouve que cette vidéo du Coroner pourrait bien illustrer un tel scénario.
    https:/www.youtubecom/watch? v=Ywi84 nz1 XiM&t=441 s

  24. Posté par Eros le

    Merci
    Oui c’est tout à fait ça…. Et les 600 000 votes pour biden en pensylvanie !!!! Woaw, la tête du public quand cette information est confirmée… Oui Trump a été élu avec une formidable majorité, ouf pour nous – je suis en France hélas sous macron.

  25. Posté par Medjaldi le

    Heureusement ont peut voir que certains journaliste font leur travail avec la réalité sens prendre partis merci aux vraix journiste les observateurs ca donne envie de vous suivres🤗

  26. Posté par claire dubois le

    Ayant tout suivi en temps reel directement, je confirme que c’est un excellent résumé

  27. Posté par Preda le

    Grand merci, cela rend la dignite a la Suisse, de lire de telle contributions par les temps qui courrent.

  28. Posté par richard le

    tous vereux esperons que trump sera le messis dans cette histoire.et qu’il chassera les voyous de l’etat profont a jamais.

  29. Posté par Judith Amorim le

    Merci de tout cœur. Si seulement les prétendus « journalistes » faisaient leur travail en en serait pas là. Je suis écœuré de ces jeux d’intérêts, ces fausses informations….ça fait du bien de lire quelque chose d’OBJECTIF.

  30. Posté par Bruno Ramain le

    Enfin, merci pour votre travail de JOURNALISTE .

  31. Posté par antoine le

    Combien de temps faudra-t-il à la RTSocialiste et à ses commentateurs (M. Revaz entre autre) pour qu’ils diffusent la Vérité concernant les fraudes constatées ?
    Cela doit leur écorcher la bouche … !!
    Lorsqu’il y aura les procès et l’élection de M. Trump ce qui ne fait aucun doute, M. Revaz parlera d’un  »vol d’élection » (inversion des valeurs) !! Pour cela lire  »1984 » de G. Orwell.
    Pris qui croyait prendre !! Il faut être super intelligent pour frauder.
    Les démon-rats ne sont PAS intelligents et se sont fait prendre la main dans le pot de confiture.
    Enfin un feuilleton politique intéressant; bien mieux que la série  »Dallas ».

  32. Posté par François le

    Ah aha ! Incroyable ce ramassis de bêtises repris ici! ça en est pathétique !

  33. Posté par Grabli le

    Bravo! Enfin un journaliste qui dit la vérité 👌🏻🌺

  34. Posté par M. SyLvain le

    Cet article francophone est LE seul a avoir fait un travail journalistique sérieux. Merci de votre éthique de travail et de jours prospères pour votre site.

  35. Posté par pierre frankenhauser le

    Dans son livre édifiant « Après Trump ? », Guy Millière avait vu juste en décrivant les innombrables méthodes mafieuses utilisées par les Démocrates depuis 2015, année où Trump s’est lancé dans la course à la présidence.

  36. Posté par Ramiro Gomes le

    Merci pour ce magnifique résumé je commençais à perdre espoir de lire un article pertinent et éclairé.
    Encore merci
    Ramiro Gomes

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.