Brexit : le gros chagrin de la RTS

« Un Brexit sans accord serait pour tous ces europhiles une véritable catastrophe. » C’est par ces mots que se conclut le premier sujet du journal radio de 12h30 à la RTS.

Ils sont totalement inconscients ces pauvres Britanniques, comment feront-il sans l’Union Européenne ?

La RTS pleure, sanglote, pleine de compassion pour les Anglais qui ont été manipulés. Les reportages et interviews des europhiles se succèdent.

Cédric Guigon était en reportage à Birmingham, 2e ville de Grande-Bretagne, où l’ambiance n’était pas à la fête :

Le parti conservateur décroche la majorité absolue: reportage à Birmingham
[…] Aujourd’hui, c’est un désastre pour tout le pays, pour tout le monde. Je ne comprends pas ce qui a pu se passer. Ici, d’habitude les gens votent Labour, libéral-démocrate, les gens sont déçus. Les gens craignent la privatisation du système de santé. Un Brexit sans accord serait pour tous ces europhiles une véritable catastrophe.

Quel mépris pour la capacité de libre arbitre d’un grand peuple !

Et voici l’analyse approfondie de la RTS pour cette prétendue catastrophe :
Les gens ont retenu le slogan très simple de Boris Johnson, « Let’s Brexit done », et c’est pour cela qu’il a gagné ! 

Après le reportage à Birmingham, suit un reportage en Écosse :
Elections britanniques: les europhiles l’emportent en Ecosse et en Irlande du Nord

« Et la déception est grande aussi en Écosse... »

Aucun reportage sur le camp des gagnants pour donner même un semblant de neutralité.

Ci-après, voici comment la RTS a rapporté à la population suisse romande le déroulement des élections – une RTS peut-être plus engagée pour la cause de l’UE que le parti travailliste lui-même:

Le Journal horaire de 12h00 - Radio - Play RTS (13.12.2919)

Au Forum de 18h, le journaliste Renaud Malik pose la question capitale à Catherine Ilic :

– Est-ce que le parti Conservateur ne va pas se repositionner plus au centre ?

Catherine Ilic rassure ses maîtres : Boris Johnson devrait faire un virage à gauche pour ne pas décevoir les travaillistes qui ont voté pour lui.

Au TJ de 19h30, Laurent Burkhalter en remet une couche : en réalité, le parti de Boris Johnson n’a pas eu la majorité, mais c’est le système électoral, qui défavorise les petits partis, qui l’a fait gagner :

Jennifer Covo : Est-ce qu’en choisissant les conservateurs, les Britanniques ont confirmé qu’ils veulent le Brexit ?

Laurent Burkhalter : Eh bien, oui et non. Car si effectivement, les nombreux partisans du Brexit ont été séduits par le message de Boris Johnson, il faut savoir que selon les derniers sondages une majorité des Britanniques, aussi petite soit-elle, mais une majorité des Britanniques, sont contre le Brexit.

Ainsi, selon le nouveau génie Laurent Burkhalter, les sondages seraient plus crédibles et valables que les résultats des urnes !

Le problème provient du fait que leurs voix ont été diluées, se sont dispersées entre quatre ou cinq petits partis. Et ça, dans le système politique britannique, c’est un véritable problème, les petits partis ont de la peine à exister à côté des grands [...] Et puis, il y a l’Écosse, très europhile [...]

La RTS avait déployé le même refus d’admettre la réalité après l'élection de Trump. En effet, ce dernier n’aurait jamais dû accéder à la Présidence, puisque Hillary avait eu plus de voix. Ce serait à cause du système électoral des grands électeurs – considéré par la RTS comme étant une aberration lorsque les Démocrates perdent – que Trump a pu usurper la place de Hillary à la Maison Blanche.

*****

Evénements clés -  votations Brexit 2019 - RTS

13.12.2019 :

15h55 365 sièges pour Johnson

15h40 L'UE prête à négocier

15h30 Poutine pour un dialogue constructif

15h00 L'analyse de Laurent Burkhalter

14h30 Macron: "Le temps de la clarté"

14h15 Retour sur le scrutin

13h45 Feu vert de l'UE aux négociations commerciales

13h15 Victoires europhiles en Ecosse et en Irlande du Nord

12h30 Reportage à Birmingham, incarnation de la débâcle travailliste

12h07 Boris Johnson arrive à Buckingham

11h26 La presse parle d'une victoire "historique"

10h56 Les félicitations d'Angela Merkel

10h49 La Russie doute d'une amélioration des relations avec Londres

09h54 "Boris Johnson a eu les électeurs à l'usure"

09h10 L'UE est "prête à négocier"

08h44 Le Brexit réalisé "à temps", annonce Boris Johnson

08h24 La livre sterling fait un bond en bourse

08h05 Le résultat d'une "fatigue générale"

07h40 Les réactions de Boris Johnson et Jeremy Corbyn

07h32 La cheffe des libéraux-démocrates remplacée

07h16 Donald Trump félicite Boris Johnson

06h49 Le vétéran travailliste du Parlement éjecté

06h09 Les conservateurs remportent la majorité absolue

05h52 La cheffe du Parti libéral-démocrate perd son siège

05h40 Boris Johnson salue un "mandat fort" pour le Brexit

04h57 Jeremy Corbyn sur le départ?

03h27 Les nationalistes écossais cartonnent

00h40 Une gifle pour les travaillistes

00h25 Premières projections en sièges pour tous les partis

00h00 Un Brexit au 31 janvier se rapproche

12.12.2019 :

23h00 Large succès et majorité absolue pour les conservateurs de Boris Johnson

21h05 Le Brexit perturbe les intentions de vote des Britanniques

20h00 Les conservateurs en tête des sondages

19h30 Les résultats il y a deux ans

18h15 Jeremy Corbyn, l'eurosceptique de gauche

18h00 Un pari risqué pour Boris Johnson

17h30 Le Brexit dans l'impasse

 

Image :

Selon les résultats définitifs de ce scrutin, les conservateurs ont obtenu une large majorité à la Chambre des communes avec 365 sièges sur 650. Cela représente 48 sièges de plus, soit une victoire historique.
L'opposition travailliste a perdu 59 sièges, avec 203 députés. Le taux de participation a été de 67,3%.
Le détail en nombre de sièges:
Conservateurs 365 (+48)
Parti travailliste 203 (-59)
Parti national écossais SNP 48 (+13)
[…]

8 commentaires

  1. Posté par Skunk le

    J’avais entendu ce fake-commentaire atterrant de Laurent Burkhalter de la RTSocialiste. Prend-il un anti-vomitif le matin au réveil avant de se regarder dans le miroir de la salle de bains ? La question fondamentale est : pour quelle raison TOUTES les TV d’Etats occidentales (sans même parler de la quasi-totalité des TV mainstreams ainsi que les journaux mainstreams d’ailleurs) sont unanimement socialo-vertpastèques ? Cela ne peut en aucun cas être un hasard. Il y a bien une raison rationnelle. Qui peut répondre à cette question ?

  2. Posté par antoine le

     »Laurent Burkhalter en remet une couche : en réalité, le parti de Boris Johnson n’a pas eu la majorité, mais c’est le système électoral, qui défavorise les petits partis, qui l’a fait gagner »
    Et dire qu’on paie une redevance obligatoire pour entendre ce  »génie » de la propagande !!
    Si ce journaleux ne sait pas lire les résultats provenant des urnes (vote démocratique) il faudra qu’il s’achète des lunettes à double focales !
    – Le triomphe est total pour Boris Johnson. Le premier ministre sortant a remporté une écrasante victoire aux élections législatives de ce jeudi. Il a obtenu 363 sièges sur 650.
    – Le Labour obtient son plus mauvais score depuis 1935 !!
    A force de mentir et de tordre le cou à la réalité, l’addition à la fin est très salée !!

  3. Posté par Mandon Jack le

    En qualité de réfugié politique Français depuis 20 ans je constate avec colère que les Suisses de mon enfance sont relativement muets. Quand j’ai la chance de rencontrer un interlocuteur et que nous abordons un thème philosophique, historique, artistique ou autre, celui-ci s’exclame très vite : Mais vous faites de la politique !
    Ainsi donc, en Suisse, lorsque l’on s’efforce de raisonner sur un thème, on devient suspect?
    De Gaulle, homme politique de ma jeunesse, pensait que les français étaient des veaux, c’est à dire des êtres vivants inachevés voués à l’abattage. L’image était forte et prémonitoire. C’est hélas le sort réservé globalement maintenant à tous les humains asservis. La démocratie aboutie nous dévoile ses mensonges et son imposture. La Suisse ne déroge pas à cette dichotomie.
    Cette digression un peu longue, pour vous confier de toutes mes forces qu’il faut bouter hors de vos frontières les journaleux irresponsables qui répandent des informations idéologiques à peine dignes de la doxa. L’information est l’excrément du capital, ce n’est pas une gauloiserie, c’est purement physiologique. Le média se situe à l’extrémité de la chaîne. Tout le monde sait aussi que le journaliste est un chômeur ou une pute. Si l’on remonte la chaîne de la traitrise et du mensonge, on trouve les magistrats et les hommes politiques esclaves du pouvoir mondial de la finance, instance de plus en plus abstraite et redoutable. Il faut être vieux et en colère comme moi, pour dénoncer cette classe de la racaille d’en haut, qui depuis toujours s’insinue dans l’ombre de la mort. Ainsi dans l’impunité totale, des joueurs d’échec décident du sort du monde. L’ordre mondial, par son bras armé du moment « l’empire américain », organise la violence et la misère, finance le terrorisme, provoque les guerres et jette sur les routes des malheureux humains qui viennent ajouter au chaos européen. En toute logique, c’est dans les états qui jadis leurs causèrent quelques désagréments qu’ils échouent.
    Les secondes victimes, dans cette chaine diabolique ressemblent étrangement aux anglais du Brexit, aux électeurs de Trump et aux gilets jaunes de l’imposteur macron élu par les bobos, la racaille d’en haut et les paumés analphabètes, une partie de la racaille d’en bas…les protégés des classes de gauche dégénérées. Ceux qui invoquent volontiers Jaurès ou Marx, confondant du même coup le sectaire Calvin de la bourse de Genève avec Jésus l’universel prophète de l’amour. Nous avons à faire aux dernières offensives d’un capitalisme malade et moribond. Il prend maintenant la forme d’un fauve blessé à mort…il devient particulièrement dangereux.

  4. Posté par Sergio le

    Ils sont quand même émouvants ces militants-journalistes de RTSocialiste. Oui et non, le camp de bien a tout de même gagné, même s’il a perdu les élections. Quant aux fascistes, comme Boris Johnson, ils vont immanquablement virer à gauche, car leur situation est insoutenable. La Grande-Bretagne va connaître les affres de la non-appartenance à l’Europe, c’est-à-dire la misère, l’incertitude, la peur, et pourquoi pas ? La guerre.

  5. Posté par antoine le

     »La RTS pleure, sanglote, pleine de compassion pour les Anglais qui ont été manipulés »
    Cela me rappelle les émissions concernant les élections aux USA entre  »Elle-a-rit » et M. Trump !
    Même erreur d’appréciation, même résultat, à l’opposé de ce qui a été convenu et attendu et surtout des commentaires outrés des merdias mainstream ….

  6. Posté par Laurent W le

    « Quousque tandem abutere, Catilina, patientia nostra »? Jusqu’à quand la RTS continuera-t-elle sa propagande indécente. Y a-t-il un moyen d’avoir enfin une information équilibrée? C’est quand même frustrant de penser que c’est nous qui payons pour ces inepties. Nous sommes libres d’écouter ou de ne pas écouter, mais nous ne sommes plus libres de payer ou de ne pas payer. Comment remettre ce service public à sa place et faire baisser ses coûts de moitié?

  7. Posté par G. Vuilliomenet le

    J’attends le 1er février 2020 que le désarrimage de la GB d’avec l’ue soit fait. D’ici-là, on pourrait bien assister à d’autres turpitudes. La politique n’est pas un long fleuve tranquille.
    Si l’antisémite corbyn avait gagné, je suis certain que ce matin tous les guignols anti-brexit des blogs de la TdG auraient manifesté leur contentement.
    En tous cas, si la GB réussit son Brexit, alors il serait bien que nos vils, nos laquais de l’ue qui nous administrent se rendent compte que l’ue n’est pas une fin en soi.

  8. Posté par Nicolas le

    Puisque la Suisse est trop petite pour ces cadors de la désinformation, qu’ils dégagent!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.