L’UDC exige des mesures pour la sécurité des habitants des régions frontalières et une CEP

post_thumb_default

 

L’UDC est consternée par la décision du Conseil national d’approuver la contribution suisse de plus d’un milliard de francs au fonds de cohésion de l’UE. Comme de coutume, la majorité du Parlement s’agenouille devant Bruxelles. Le versement de ce montant a certes été soumis à la condition que l’UE cesse de discriminer la Suisse, mais il s’agit là d’un pur exercice alibi. La majorité du Conseil national ne prend en effet en compte que le refus de l’UE d’accorder l’équivalence boursière à la Suisse. Or, Bruxelles discrimine la Suisse dans bien d’autres domaines, par exemple concernant les importations d’acier, l’imposition des frontaliers et bientôt l’importation de produits médicaux. De plus, l’UE refuse d’ouvrir des négociations sur l’accord de libre circulation des personnes alors que le texte de ce traité l’y contraint. Le groupe UDC suivra attentivement cette affaire et vérifiera si les partisans de la contribution à l’UE tiennent leur engagement et ne versent ce montant à l’UE que si celle-ci lève toutes les discriminations qu’elle pratique à l’égard à la Suisse.

Plus de sécurité pour les habitants des régions frontalières
Femmes agressées dans la rue, attaques à main armée contre des transports de fonds, cambriolages en série: les habitants des régions frontalières du Tessin, de la Suisse orientale, du Jura, d’un canton de Vaud et d’autres régions souffrent de la criminalité provenant de l’étranger et les autorités locales tirent la sonnette d’alarme. C’est une évidence aux yeux de l’UDC: le Conseil fédéral doit enfin assumer sa tâche centrale, qui consiste à garantir la sécurité des habitants du pays, et prendre des mesures pour protéger la population contre la criminalité transfrontalière. Sur proposition de la conseillère nationale Céline Amaudruz, le groupe UDC a formulé une interpellation urgente qu’elle déposera durant cette session d’hiver.

Les parlementaires UDC se sont aussi prononcés pour une prolongation du délai de traitement des initiatives cantonales du Valais et des Grisons qui réclament un renforcement de l’effectif du Corps des gardes-frontière. Le Conseil fédéral et la commission préparatoire du Conseil des Etats demandent le classement des initiatives.

Le groupe UDC exige en outre la constitution d’une commission d’enquête parlementaire (CEP) pour tirer au clair l’affaire des garanties de plusieurs centaines de millions de francs accordées à des navires de haute mer battant pavillon suisse. L’initiative parlementaire proposée par le conseiller national Pirmin Schwander pour réclamer une CEP sera déposée durant cette session d’hiver. De surcroît, le groupe a décidé de s’opposer à un crédit supplémentaire au budget 2020 pour des navires de haute mer.

Le groupe UDC s’est clairement prononcé contre l’entrée en matière sur le projet de prestation transitoire en faveur des chômeurs âgés. C’est principalement par crainte de voir le peuple accepter l’initiative de limitation de l’immigration que le Conseil fédéral veut introduire cette nouvelle rente pour les travailleurs âgés qui perdent leur emploi. Ainsi, ces personnes toucheront cette rente pont au lieu de devoir recourir à l’aide sociale. Le gouvernement envisage donc de créer une nouvelle assurance sociale alors que le financement des principales institutions sociales de Suisse, l’AVS et l’AI, n’est pas garanti à long terme et que les charges sociales explosent partout.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Un commentaire

  1. Posté par bonardo le

    Le mieux est déjà de régler nos problèmes en Suisse ,et après si il nous reste de l`argent d`aider les autres non ?
    Car facile de distribuer ,de donner ,de payer aux autres avec notre argent ,à la fin c`est nous qui allons déguster ,et on le constate déjà maintenant .

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.