Fabrice Moscheni, conseiller communal UDC: Lausanne doit déclarer l’urgence financière!

Cenator : Le 27.11.2019, nous avons appris par le courrier des lecteurs de 24 heures, dans une lettre de Fabrice Moscheni, conseiller communal UDC, que la Ville de Lausanne cumule actuellement 4 milliards de francs de dettes pour 139'720 habitants. Le billet de Fabrice Moscheni est une exception totalement inattendue, car il est presque inconcevable qu’un accident médiatique pareil ait pu arriver dans les rouages si bien huilés de la désinformation.

À Lausanne, depuis des décennies, les fêtes de ceci et de cela se succèdent tout au long de l’année, les chantiers sont nombreux pour le développement de la ville, Lausanne densifie à tout va, elle a été pionnière pour ouvrir le local d’injection, elle est exemplaire en générosité par ses infrastructures au service des touristes de tout genre. La myriade d’associations subventionnées défendant les causes de la gauche augmente sans cesse, Lausanne finance un service hospitalier et ambulatoire multidisciplinaire pour les clandestins, le taux d’assistés est un record national, le nombre des personnes qui paient encore des impôts ne cesse de diminuer, c’était 25% en 2012.

En plus, victoire des Verts oblige, Lausanne a décidé, coûte que coûte, de se donner dix ans pour atteindre la neutralité carbone.

Bien que l’argent coule à flots de la main des gauchistes au pouvoir, malgré la dette abyssale, les médias restent toujours rassurants  et positifs concernant les finances, rien ne laisse penser que la ville ait des dettes hors de contrôle. Périodiquement, nous apprenons que la caisse de pension a été « redressée », mais tout passe comme une lettre à la poste. 

Le jour même de la publication de cette lettre de M. Moscheni, nous apprenons que la Ville va dépenser 4,48 millions pour une ville de Lausanne moins bruyante, en l’occurrence la mise en place du 30 km/h la nuit. 

Les jours précédents, nous apprenions que Lausanne Lumières, le point culminant du Bô Noël (dont le budget total est de 1,32 million pour cette 8e édition), est déficitaire en 2019. Néanmoins, le reste de la nouvelle est présenté d’une manière qui ne donne pas lieu de penser à une mauvaise gestion. Le communiqué explique que la Ville a vertueusement diminué son budget de 200'000 francs pour le ramener à 500'000 francs, ce qui correspond au budget initial en 2015.

Non seulement la ville continue à dépenser sans limites, mais elle étend sans arrêt son emprise, transformant le centre ville en un énorme pôle bureaucratique, ce qui n’améliore pas vraiment les recettes municipales. Et bien que Lausanne naturalise à la pelle (1245 personnes en 2018), la ville a tellement abaissé les taxes pour la naturalisation que cela ne ramène plus grand-chose. Il n’y a pratiquement plus un immeuble en centre ville ou qui n’ait été « exproprié » par une  ou plusieurs officines de l’État ou d’associations paraétatiques.

C’est bien la première fois – et grâce à un conseiller municipal UDC – que nous disposons enfin d’un chiffre clair sur le niveau d’endettement.

En ce qui concerne la dette abyssale, la population est constamment désinformée par les journalistes, dont les messages sur la santé financière de la ville sont brouillés et alambiqués. Parfois, des voix du PLR s’élèvent pour plus de maîtrise des dépenses, mais ce que la population reçoit comme message est de l’enfumage, avec des chiffres « pondérés » et toutes sortes de tours de magie comptables pour faire ressortir que malgré une légère hausse des dépenses par rapport du budget, le déficit est moins grave que prévu, et que si les chiffres sont dans le rouge, l’ensemble du budget est équilibré, justifié par des investissements ou autres bobards soporifiques.

******

24 heures, L'invité: Fabrice Moscheni plaide en faveur d'un plan d'assainissement des finances de la capitale vaudoise

–32, –44, –31, –20, 0, –39, –30, –42, -48… non, ce n’est pas le tirage du loto, mais les déficits, en millions de francs, des neuf derniers budgets de la Ville de Lausanne. Tenant compte des engagements envers la caisse de pensions de la Ville, on obtient ainsi une dette monumentale de 4 milliards. Cela fait 30000 francs de dette par Lausannois, alors que, rappelons-le, Paris ne fait peser qu’une dette de 3000 francs sur les épaules de chacun de ses habitants.

Pour assainir la situation de Lausanne, il y a deux pistes que tout bon père ou toute bonne mère de famille envisagerait si son budget était dans l’état de celui de la capitale vaudoise.

La première piste est d’augmenter les revenus, c’est-à-dire la fiscalité et les taxes. À Lausanne, cette piste est impossible à suivre au vu de la charge fiscale déjà très lourde. Rappelons, à titre d’exemple, que pour une famille de la classe moyenne, avec deux enfants et un revenu de 100000 francs, l’impôt est de 9000 francs à Lausanne alors qu’il n’est que de 2700 francs à Genève.

«Renoncer à vivre au-dessus de ses moyens quand le budget devient serré»

La deuxième piste à envisager est de diminuer les investissements et les dépenses courantes. Certes la Ville a mis en place le PSAF («Programme structurel d’amélioration financière»), mais son ampleur homéopathique correspond à donner de l’aspirine à une personne atteinte d’une pneumonie. Aujourd’hui, avec courage, il faut définir les missions prioritaires de la Ville dans lesquelles investir et, à l’opposé, désinvestir des missions non prioritaires. Comme tout bon père de famille, Lausanne doit renoncer à vivre au-dessus de ses moyens quand le budget devient serré.

Mais la logique politique de la majorité de gauche à Lausanne n’est pas la logique du bon père ou de la bonne mère de famille. Cahin-caha, cette majorité continue à naviguer à vue face aux problèmes financiers, mais est très adroite à maintenir son socle électoral avec des actions très généreuses, qui sont malheureusement trop généreuses face à la situation.

Est-ce grave?… ça dépend! En effet, il y a une troisième piste pour que la Ville de Lausanne résolve son incurie financière. C’est de se faire sponsoriser en réévaluant à son avantage la péréquation intercommunale. Cela lui permettra de toucher plus de subventions venant des autres communes. Lausanne continuera ainsi à dépenser et les autres villes et villages financeront. On sera toutes et tous d’accord pour dire que ce type de financement n’est pas très moral et que cette piste ne doit pas être suivie!

Pour le bien de la planète, Lausanne a récemment déclaré l’urgence climatique et, ambitieuse, veut atteindre la neutralité carbone en 2030.

Mais une société durable, c’est aussi de ne pas laisser des montagnes de dettes aux générations futures, ni de faire peser le poids de son incurie sur les autres. Pour une société durable et pour le bien des Lausannois·e·s et des Vaudois·e·s, la Ville de Lausanne doit maintenant déclarer l’urgence financière, avec un plan ambitieux d’assainissement à l’horizon 2030!

Source: 24 heures

******

Voir aussi:

Lausanne se retient de trop baisser les impôts - 24 heures, 1er octobre 2019
Budget 2020: La capitale prévoit un déficit de 47,6 millions. Le coefficient d’impôt communal ne baissera que d’un demi-point.

******

Autres exemples d’enfumages :

Lausanne devra briller avec moins de Lumières

19.11.2019

Amputée de plus d'un quart de son budget, la manifestation présente moins d'œuvres originales jusqu'au 31 décembre […]

https://www.24heures.ch/vaud-regions/lausanne-region/lausanne-devra-briller-lumieres/story/24917814

***

A Lausanne, la dette se creuse, et alors?

7.10.2017

[…] Pas facile de tenir le budget d’une ville centre. Les charges sont importantes, la moyenne des contribuables n’est pas riche, les besoins en investissements sont récurrents. [...] Le budget 2018 présenté jeudi par la conseillère municipale Florence Germond, en charge des Finances de la Ville, traduit cette réalité. […]

https://www.24heures.ch/signatures/editorial/lausanne-dette-creuse/story/13870900

***

Lausanne voit son magot fondre à cause du Canton

Comptes 2018 L’exercice se solde par un déficit de 27,7 millions malgré une politique stricte de maîtrise des charges. Le ton monte contre l’Etat.

19.04.2019

Les comptes 2018 de la Ville de Lausanne illustrent cette année un phénomène qui touche bon nombre de communes. Malgré une forte maîtrise des charges (+1% seulement), le déficit de la capitale augmente par rapport à l’an dernier pour descendre à – 27,7 millions, sur un montant global des charges de 1,764 milliard. Jeudi, la municipale des Finances, Florence Germond, et le syndic, Grégoire Junod, ont rompu une lance en faveur des Communes. [...]

https://www.24heures.ch/vaud-regions/lausanne-region/lausanne-voit-magot-fondre-cause-canton/story/11304079

***

Lausanne présente un budget de funambule

Finances La Ville prévoit une année 2018 déficitaire à hauteur de 29,7 millions. Mais continue d’investir.

05.10.2017

[…] «On essaie de concilier ce qui peut potentiellement paraître inconciliable à première vue. C’est-à-dire d’améliorer la situation financière de la Ville mais de continuer à répondre aux demandes prioritaires de la population.» Florence Germond, municipale des Finances lausannoises, se livrait mardi à l’exercice traditionnel de présentation de son budget pour l’an prochain.

[...]

https://www.24heures.ch/vaud-regions/lausanne-region/budget-funambule-lausanne-2018/story/21461050

***

Les comptes 2017 de Lausanne ont meilleure mine que prévu

Finances L’exercice 2017 presque à l’équilibre alors que 40 millions de déficit étaient annoncés. La dette nette passe sous les 2 milliards.

09.04.2018

https://www.24heures.ch/vaud-regions/lausanne-region/comptes-2017-lausanne-meilleure-mine-prevu/story/10018586

***

Lausanne présente des comptes tirés au cordeau

Lausanne: L’exercice 2016 se conclut avec un léger excédent de 200'000 francs. Le budget de plus de 1,8 milliard prévoyait, lui, un petit déficit de 800'000 francs.

10.04.2017

Le syndic est «satisfait» de l’exercice. La patronne des finances de la Ville est «satisfaite». Et le vice-président PLR de la Commission des finances est lui aussi «satisfait». Bref, les comptes 2016 de Lausanne, présentés hier, ne devraient pas affronter une trop violente contestation lors de leur approbation par le Conseil communal, en juin prochain.[...]

https://www.24heures.ch/vaud-regions/lausanne-region/lausanne-presente-comptes-tires-cordeau/story/21939393

***

Lausanne va replonger dans les chiffres rouges en 2017

Finances Un déficit de 39 millions est prévu. En vue: gros investissements dans le sport, recettes fiscales en berne et plan de rigueur.

03.10.2016

[...]

Interview : Le point avec Florence Germond, municipale socialiste en charge des Finances de Lausanne

https://www.24heures.ch/vaud-regions/lausanne-region/lausanne-replongera-chiffres-rouges-2017/story/31311056

***

Léger bénéfice et craintes pour l’avenir à Lausanne

Comptes: En présentant des comptes équilibrés pour 2015, la Municipalité a souligné leur fragilité. Recettes fiscales à la baisse.

13.04.2016

Un bénéfice de 4,6 millions de francs a été enregistré pour 2015 dans les comptes de la Ville de Lausanne, pour des revenus se montant à 1,89 milliard. [...]

https://www.24heures.ch/vaud-regions/lausanne-region/leger-benefice-et-craintes-pour-l-avenir-a-lausanne/story/15686218

3 commentaires

  1. Posté par Antoine le

    C’est basic et évident :
     »Lausanne doit renoncer à vivre au-dessus de ses moyens quand le budget devient serré. »
    Est-ce que cette réflexion à effleuré l’esprit de Mme Germond ?
    Je suis sûr que NON !
    Il faut augmenter les taxes et les parkings pour ne pas décevoir ses chers protégés …

  2. Posté par Antoine le

    Lausanne : 4 milliards de francs de dettes pour 139’720 habitants
    C’est bien la première fois – et grâce à un conseiller municipal UDC – que nous disposons enfin d’un chiffre clair sur le niveau d’endettement. Merci M. F. Moscheni de l’information.
    Normalement ce genre d’information devrait être diffusée par la responsable des finances Mme F. Germond (PS). A-t-elle peur des réactions des citoyens lausannois devant cette gestion catastrophique ?
    https://ps-lausanne.ch/florence-germond/
    Cette ville devrait être mise sous tutelle !
    La péréquation financière saigne à blanc toutes les communes vaudoises !
    On en a MARRE de payer pour une municipalité imbue d’elle-même et dépensière à ce point !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.