Le détail essentiel que tout le monde néglige dans l’affaire du petit « transgenre » de 7 ans

Cenator : Le pauvre gosse a trop aimé le film « La Reine des neiges ». Ses parents sont divorcés, le père se bat pour épargner son petit garçon alors que sa mère, folle à lier (et pédiatre !!!), le met sous traitement hormonal.

******

Article de Matt Walsh

Comme je l’ai écrit hier [bref résumé français ici], James Younger est un garçon de 7 ans qui, sous l’empire de sa mère, Ann Georgulas, est en transition vers une identité de fille depuis l’âge de 3 ans. Le père, Jeff Younger, est allé en justice pour obtenir la garde complète de James afin de protéger l’enfant contre d’autres abus. Hier, le jury a rendu un verdict accordant la garde totale à la mère, acceptant apparemment l’idée ridicule et anti-scientifique qu’un garçon biologique puisse avoir une fille invisible magiquement emprisonnée dans son corps. La juge n’a pas encore rendu de décision finale sur tous les aspects connexes de l’affaire. On s’attend à ce que cela se fasse demain [23 octobre]. Pour le moment, cela paraît mal parti pour le père – et surtout pour le fils.

Cette affaire comporte de nombreux éléments horrifiants, rageants et très illustratifs de l’état général de notre civilisation, mais un détail essentiel et peut-être décisif a été largement négligé. En fait, tous les détails ont été négligés par la plupart des médias. Ils savent qu’ils ne peuvent pas raisonnablement défendre ce qui arrive à ce garçon, donc ils font simplement comme si cela n’existait pas. Mais pour ceux d’entre nous qui ne peuvent et ne veulent pas détourner le regard, nous ferions bien de prêter attention à ce détail rapporté par The Texan :

Fait intéressant, Dunlop [l’avocate mandatée par la cour pour représenter les intérêts de l’enfant] a révélé que Georgulas lui avait dit que "Luna" n’était pas le premier prénom féminin que James avait choisi. Le premier était "Starfire", un personnage féminin du dessin animé du super-héros Teen Titans Go ! Mais Georgulas l’a encouragé à choisir un autre prénom.

Donc : la mère soutient que le prénom de sa "fille" est maintenant Luna, mais, ce qui ne surprendra personne, ce n’est pas celui qu’il avait choisi en premier. James voulait être Starfire, comme dans le dessin animé qu’il regardait. Georgulas l’en a dissuadé, et d’une manière ou d’une autre ils (ou plutôt elle) se sont mis d’accord sur son pseudonyme actuel. Pourquoi ce détail est-il si important ? Pour deux raisons :

Première raison

D’abord parce que cela montre dans quel royaume vivait James quand il a affirmé être une fille. Il se trouvait dans le même royaume que tous les enfants normaux de l’enfance à l’adolescence – celui de l’imagination. Il ne s’identifiait pas comme une fille : il s’identifiait à une fille de dessin animé. Il n’y a pas de différence substantielle entre cette "auto-identification" et celle de mon fils de 3 ans, qui prétend régulièrement être un dinosaure, un ours, un chasseur d’ours, un requin, ou parfois tous les quatre (ce qui me donne une super idée de film, d’ailleurs).

Les enfants de cet âge n’ont aucune compréhension de la réalité, en théorie ni en pratique. Ils ne sont pas  cognitivement capables de saisir la distinction entre la vérité et la fiction, l’imaginaire et le réel, les personnages de dessins animés et les personnes réelles. Ce n’est pas sans raison que vous pouvez si facilement les convaincre qu’un type maladivement obèse fait le tour du monde en une seule nuit pour livrer des jouets à des milliards d’enfants. Il ne viendrait pas à l’esprit d’un enfant de 3 ans de douter de cette affirmation. Dans son monde, tout est possible.

Mon fils ment-il quand il me dit qu’il est un reptile de 14 tonnes du Crétacé ? Non, il est psychologiquement incapable de dire un mensonge conscient. Est-ce qu’il plaisante ? Non, il est également incapable de plaisanter à cet âge. Alors pourquoi dit-il cela ? Parce qu’à un certain niveau, il se prend vraiment pour un T-Rex. Et quand il dit qu’il est un ours, ou Peppa Pig, ou Batman, ou une sauterelle, ou un astronaute, il le croit vraiment aussi. Et si lui, ou tout autre enfant de son âge, dit qu’il est une fille, ce sera exactement le même genre d’affirmation, née exactement de la même immaturité psychologique et de la même pensée magique, et cela devrait donc être pris exactement aussi peu au sérieux. Le fait que James ne s’identifie pas à une fille, mais à une fille de dessin animé, devrait ôter tous les doutes

Deuxième raison

Ensuite, réfléchissez aux raisons pour lesquelles la mère de James ne l’a pas laissé s’appeler Starfire. Après tout, il est frappant que ces parents méticuleusement progressistes, soucieux de laisser à leurs enfants la "liberté" de choisir leur sexe, ne les laissent toujours pas choisir leur prénom. Pourquoi les "trans" ont-ils toujours des noms comme Luna, Jazz, Sky, Parker, ou quelque chose d’aussi ambigu et à la mode ? Pensez-vous que des enfants de 3 ou 4 ans sautent sur Google pour savoir quels surnoms unisexes sont à la mode en ce moment ? Non : si vous laissez un jeune enfant décider par lui-même, il se tournera inévitablement vers quelque chose comme Starfire, ou Ninja, ou Pirate PoopButt. Toutes ces options seraient meilleures que Luna, mais elles ne feraient pas très bien sur un CV.

Ce n’est pas pour rien que ces parents progressistes ne se retrouvent jamais avec une fille trans nommée Pirate PoopButt ou Starfire. Même Ann Georgulas sait bien que son fils est trop jeune pour qu’on lui confie le choix de son prénom, car il grandira et n’aimera plus autant le nom qu’il aimait quand il était enfant. Quel genre de parent idiot permettrait à son jeune fils de prendre ce genre de décision, sachant combien il est encore immature et bien conscient qu’il sortira de cette phase ? Non, nous ne laissons pas nos enfants choisir leur prénom, pour la même raison que nous ne les laissons pas se faire tatouer. J’espère que vous voyez où je veux en venir. Si nous ne laissons pas nos enfants choisir leur prénom ni se faire tatouer – si même les parents les plus progressistes ne permettraient jamais cela – alors pourquoi les laisserions-nous choisir leur sexe ? Toutes les raisons qui excluent l’un devraient également exclure l’autre.

Cela dit, ce n’est peut-être même pas au nom du bien-être futur de son enfant que Georgulas s’est opposée à ce qu’il s’appelle Starfire. Ce n’est manifestement pas pour son avenir qu’elle s’inquiète. Je soupçonne que c’est plutôt parce que les autres mères éclairées et progressistes qu’elle fréquente trouveraient ce prénom bizarre. Elles l’applaudiront pour avoir eu un enfant transgenre, mais elles n’applaudiraient pas à un prénom ridicule. C’est là qu’elles tracent la limite. Et donc Georgulas aussi. Parce qu’au final, c’est d’elle qu’il s’agit.

Source en anglais : Daily Wire
Traduction Cenator

*

Mise à jour (24 octobre) :
La juge Kim Cooks a décidé que le père et la mère conserveraient la garde conjointe de James et de son frère jumeau et qu’il faudra l’accord des deux parents pour tout traitement médical, dentaire ou psychiatrique.
Elle a également imposé au père une obligation de silence. Les frais d’avocats sont partagés.
Article entier en anglais : The Texan

5 commentaires

  1. Posté par Tulipe le

    Si le juge a décidé qu’il faudra l’accord DES 2 parents pour tout traitement médical, alors au moins il n’aura pas à se faire imposer par sa mère la prise d’hormones.

  2. Posté par Malou30 le

    Mme est pédiatre ? A la place des parents d’enfants ayant besoin d’un pédiatre j’irais voir ailleurs pour trouver un médecin bien équilibré ! Elle mériterait l’enfermement pour maltraitance !

  3. Posté par EMILE RENARD le

    Tant mieux pour cet enfant dont la garde serait ou est pour le père et la mère, mais est-ce de bonne justice au vu du mental plutôt délabré de la mère ?

  4. Posté par Peter Bishop le

    Les enfants transgenre, c’est comme les chiens vegan, on sait qui a pris la décision…

  5. Posté par Hervé le

    Le pire c’est que ces tarés (la mère et les juges) vont décider pour le gamin jusqu’à ce qu’il puisse légalement décider pour lui-même. Et ça sera peut être trop tard pour lui… Vous avez vu le britannique qui a « transitioné » après la mort de sa femme ? Il parle maintenant contre cette normalisation et manipulation médiatique de personnes en réel besoin d’aide.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.