Abattage rituel en France : les animaux pourront être abattus sans étourdissement préalable

La requête de l’association Oeuvre d’assistance aux bêtes d’abattoirs (OABA) du 18 septembre 2019, voulant imposer l’étourdissement lors de l’abattage rituel en France, a été rejetée par le Conseil d’Etat au début du mois d’octobre (Lien vers la décision). L’institution publique a débouté l’OABA en estimant que « la réglementation nationale sur l’abattage rituel qui n’impose pas l’étourdissement préalable des animaux ne méconnaît ni le droit européen ni l’interdiction d’exercer des mauvais traitements envers les animaux domestiques ». La requête de l’association Oeuvre d’assistance aux bêtes d’abattoirs a donc été rejetée.

 

 

L’association demandait que soit imposé l’étourdissement des bovins, “soit un étourdissement immédiatement après la jugulation, soit un étourdissement réversible préalable à la jugulation, sous réserve dans ce dernier cas d’une validation préalable des techniques”, et que le ministre de l’Agriculture soit contraint d’appliquer la décision une fois prise par le Conseil d’Etat. Source :  Oumma Dalloz actualité.

Pour rappel : L’abattage rituel des animaux en France fait l’objet d’une série de dérogations prévues par le droit de l’Union européenne, autorisant l’abattage des animaux de boucherie conformément aux rites religieux (islam et judaïsme). La principale dérogation consiste en la possibilité d’égorger l’animal encore conscient quand  le droit commun exige un étourdissement préalable, pour autant que l’abattage soit effectué dans un abattoir.


A revoir, notre Zoom avec Alain de Peretti, président de l’association Vigilance Halal présente l’actualité de son association et notamment les combats judiciaires menés contre l’abattage rituel islamique.

 

 

Tvlibertes.com

11 commentaires

  1. Posté par G. Guichard le

    « Quand donc nos voisins français cesseront ils d’utiliser cette tribune »
    Disons que certains Français trouvent chez vous un meilleur média d’expression que ce qu’on peut trouver chez nous 🙂 Le tout, je pense, est de ne pas abuser

  2. Posté par Rictus le

    De nouveau un débat hystérique franco-français ! Rappelons qu’en Suisse l’abattage rituel est interdit depuis 1894. Quand donc nos voisins français cesseront ils d’utiliser cette tribune pour vider leurs querelles intestines ?

  3. Posté par poulbot le

    pendant ce temps l’association vegan L machin chose pénètre clandestinement dans les élevages, les abattoirs pour y tourner des films soit disant de maltraitance animal…chercher l’erreur.

  4. Posté par Gérard Guichard le

    Oops! en fait ce doit être la loi Grammont (Second Empire)!

  5. Posté par Gérard Guichard le

    Surtout que la loi Gouvion-St Cyr sur la maltraitance à animaux date de loin

  6. Posté par Sergio le

    Voilà une excellente occasion pour les spécistes de tout acabit de manifester et de faire savoir leur désapprobation en usant du mode habituel, saccage, déprédations et lynchage médiatique. Mais non, on n’ose pas se frotter à l’islam, ce serait bassement raciste et stigmatisant pour toute cette richesse qui nous vient de la gauche.

  7. Posté par Bussy le

    La classe dominante des bien-pensants, les bobos donneurs de leçons des villes, souvent véganes, montrent par-là qu’elle n’en a rien à fiche des animaux, de la souffrance des animaux.
    C’est vrai que cette classe est habituée à passer tous leurs caprices aux musulmans, malgré qu’une partie de ceux-ci tuent et égorgent régulièrement des innocents.
    Comme quoi, on vit dans une période très trouble, dans laquelle les bien-pensants donneurs de leçons font grandement partie du problème, et ne s’en rendent même pas compte !

  8. Posté par leherisson le

    Aucune dérogation, concernant ces pratiques « cultuelles » barbares. Et les « défenseurs des animaux » sont d’un silence assourdissant sur ce sujet

  9. Posté par miranda le

    Vous vous y reconnaissez dans ce langage de FOURBES?
    On a l’impression de lire un discours de Mr Macron, ou comme à son habitude il dit tout et son contraire.

    Ici c’est à peu près semblable.
    Le Conseil d’État valide l’abattage rituel halal et casher.

    1) Mais pour la haute juridiction, cette méthode d’égorgement sans étourdissement préalable de l’animal…….
    2) » ne peut être regardée …….. comme autorisant……. des mauvais traitements envers les animaux » (CE, 4/120/2019, n°423647) :

    Comme c’est un rituel et qu’il y a un lien……….. avec le sacré,………….. la souffrance animale est censée ne pas exister .
    Le sacré n’est pas une autorisation à la souffrance animale. Il s’agit juste d’une vidange en douceur de l’animal. C’est dit ….Le sacré embellit tout.

    Dans la réalité, c’est un consentement à la souffrance animale. Mais que ne ferait-on pas pour éviter de la souffrance à ceux qui ont des « habitudes CULTU-CRUELLES »..

    Ailleurs, sur un autre continent, Le sens du sacré, permet aussi aux petites filles afro musulmanes américaines , grâce aux gouverneurs de 23 états des USA, de « BENEFICIER » de l’EXCISION qui s’accompagne toujours de l’INFIBULATION. (couture des lèvres du bas). La bataille des afro-musulmanes féministes américaines qui luttent pour que cesse « cette charcuterie »,……..est renvoyée à l’an 3000 peut-être.

    IL A BON DOS LE SENS DU SACRE vous trouvez pas?

    Ca ne nous exonère pas nous non plus de nous battre pour améliorer la condition animale dans nos élevages industriels partout dans nos pays européens.

  10. Posté par japart Michel le

    scandaleusement honteux ! pauvres animaux ! pour refuser l’étourdissement préalalable ya du y en avoir beaucoup qui ont mangés a la gamelle muslim
    !

  11. Posté par Nicolas le

    Répugnante lâcheté du Conseil d’Etat qui officialise la maltraitance au nom d’une idéologie barbare.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.