L’Allemagne veut combattre les violences faites aux femmes – avec une brochure informative !

Claude Haenggli
rédacteur/traducteur, Berne, Suisse

L’Allemagne veut combattre les violences faites aux femmes - avec une brochure informative !

 

Décidément, les décisions du gouvernement chrétien-démocrate-socialiste de Madame Merkel deviennent de plus en plus ubuesques. Après que la ministre (socialiste) de la justice a supprimé l’interdiction prévue de la polygamie pour les étrangers naturalisés, c’est maintenant par une brochure informative que la responsable de l’intégration (chrétienne-démocrate) veut combattre les violences faites aux femmes, dont on sait qu’elles sont en majorité commises par des "immigrés". Quarante « experts » sont convoqués à la chancellerie, où Madame Widmann-Mauz (c’est le nom de cette  « visionnaire ») présentera, avec un professeur de psychologie expert en traumatismes, un nouveau bréviaire destiné aux hommes nouvellement arrivés en Allemagne. Cette mauvaise plaisanterie coûtera 6,5 millions d’euros au contribuable allemand. On ne peut qu'espérer une lecture approfondie de cet ouvrage par les immigrés musulmans, qui pourront comparer les règles valables en Europe avec les préceptes de la charia.

 

https://www.journalistenwatch.com/2019/05/06/integrationsbeauftragte-widmann-mauz/

 

Traduction (Claude Haenggli) : Depuis longtemps, ceux qui vivent depuis plus longtemps ici étaient confrontés à une énigme. Ils se demandaient comment il était possible que c’étaient surtout des femmes de culture étrangère qui étaient au choix battues à mort, traînées derrière une auto, attaquées avec de l’acide ou même directement brûlées vives par des hommes venant eux-aussi d'autres cultures, lorsqu’elles ne s’en sortaient pas seulement avec un œil au beurre noir. Grâce à Madame Annette Widmann-Mauz, cette énigme est maintenant résolue : les criminels ne savaient tout simplement pas que c'était interdit en Allemagne. S’ils l’avaient su, ils ne l’auraient pas fait. Pour qu’à l’avenir ils le sachent, il y aura une nouvelle brochure, dans laquelle il est écrit qu’ils n’ont pas le droit de battre des femmes, de les violer ou de les brûler vives - même pas les leurs.

 

Cordialement

 

Claude Haenggli, 7.5.2019

 

5 commentaires

  1. Posté par MEIERS le

    L’absurdité de la brochure apparaît lorsque l’on compare le traitement des populations autochtones à celle des migrants clandestins. Pour information les autochtones sont informés depuis des siècles que des actes comme viols, violence, pédophilie, tortures, mutilations sont criminels. Néanmoins pour faire respecter ces normes civilisationnelles et pénales on ne se cantonne pas à des appels aux bons sentiments. Il existe une justice pénale et des moyens de contrainte comme police et prison. Même au début du XXème siècle existaient des peines sanglantes, peine de mort, pénitencier, bagne en France. Cette violence légale a finalement permise d’imposer notre civilisation actuelle. Croire en face d’immigrés qui vivent intellectuellement et religieusement au Moyen-Âge qu’on puisse les discipliner, moraliser et finalement intégrer en faisant l’économie de l’apprentissage à la dure que nos populations ont connues dans le passé est non seulement absurde, mais criminel; celà entraîne des victimes innocentes! Si déjà il est impossible de renvoyer chez eux ces migrants inadaptés à nos société, la seule alternative serait l’instauration d’une justice et de moyens répressifs spéciaux et adaptés à la mentalité des immigrants, la volonté d’une application impitoyable et un système répressif à base de peine de mort, bagne, pénitencier, calqué sur ce qui a déjà existé dans le passé européen. On a cru à partir des années 1960 pouvoir en faire l’économie, mais seulement parce que la population européenne avait globalement atteinte un niveau de civilisation suffisant. Ce n’est pas le cas de ces migrants!

  2. Posté par Vautrin le

    Wesh-wesh, qu’est-qu’y racontent, là ? Faudrait pas toucher les meufs ? N’addin waldek ! Mais par le courant de la mouette, les meufs c’est nous qu’on est leurs maîtres, hamdoullah !
    Voilà l’effet prévisible des « brochures informatives ». C’est encore moins efficace qu’une danse de la pluie. Bastonnade (préventive) et expulsion (punitive) feraient mieux l’affaire.

  3. Posté par Orage le

    Après, cela viendra nous faire des grands discours féministes!
    Autant le dire tout de suite: ces gens n’ont aucune intention de faire quoi que ce soit.

  4. Posté par Bussy le

    Encore un point : l’Allemagne renonce-t-elle à l’égalité devant les lois (théorique certes !) de ses citoyens ?
    Si elle conserve ce principe, elle doit donc autoriser la polygamie pour tous, donc y compris aux Allemands « de souche »….. ça coince là ?

  5. Posté par Bussy le

    Comme pour la polygamie, ça n’est qu’une question de temps… les bien-pensants leur donneront dans quelques mois le droit de battre leurs femmes, ou les violer, ou les brûler vives… et ensuite ça sera au tour de la pédophilie d’être acceptée pour les immigrés (si ça n’est pas déjà le cas !), puis de la lapidation des femmes adultères, du lancé d’homos depuis le haut d’une tour….
    Par contre, se balader les cheveux aux vents et en jupe pour les femmes, d’arborer un joli petit décolleté, alors ça c’est bientôt interdit et sera très fermement réprimé, n’est-ce pas les grands progressistes ?

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.