Devine qui vient rapper ce soir

Stéphane Montabert
Suisse naturalisé, Conseiller communal UDC, Renens

Répondant au doux nom de Médine, ce rappeur haineux, comme le décrit AgoraVox, "étalant sans vergogne sa haine de la France et de ses valeurs, évoquant le Jihad violent mais attention c'est du second degré", devrait se produire aux Docks de Lausanne le 27 octobre.

islam,propagande,deux poids deux mesures,lausanne
Complètement second degré. Ça se voit tout de suite.

Médine?

On le constate sur l'illustration de cet article, c'est une figure joviale et avenante Médine. Il nous fait le coup de la barbe bien taillée et des petites lunettes d'intellectuel comme Benallah pour nous montrer combien il serait inoffensif, un agneau se désaltérant dans le courant d'une onde pure, un gosse des rues voulant se tirer d'affaire, un autre genre de Gavroche...

D'ailleurs, chacun peut le juger à l'aune des paroles de ses chansons, depuis le titre sobrement intitulé Bataclan où il explique "Tout ce que je voulais faire c'était le Bataclan" (aucun rapport avec les attentats du 13 novembre 2015 qui firent 90 morts dans cette seule salle bien entendu) ou son "chef-d’œuvre" Angle d'Attaque où, se plaçant dans le rôle d'un jeune homme noir indigné par l'assassinat d'un frère de race, il lui fait dire:

Les Blancs sont des démons, des cochons d’aucune moralité
Lui était suffisamment black pour être décapité
Ces incestueux nous ont barricadé
Puis ils nous crèvent dans un tieks qu’ils ont fabriqué
C’était un bon c’cousin, un fan de Black Panther
Les Blancs des consanguins, lui lutte pour ses frères
(Yeah) Ces porcs blancs vont loin
Passe moi une arme de poing
J'vais faire un pédophile de moins (...)

Je hais les blancs depuis Rodney King
J'ai besoin d’une carabine car ils assassinent
Molo bolo
Les blancs sont des démons, tuent des Afros
Molo bolo
On n'a pas la même peau chacun pour sa peau
Molo bolo

Attention! Angle d'attaque est une trilogie! L'acte 1 parle du racisme anti-blancs, l'acte 2 parle du racisme anti-noirs et l'acte 3 de la bêtise des deux! Dont acte: jetons un œil aux paroles de l'acte 2 qui "donne la parole aux blancs":

Les bwana banania n’sont bons qu’à faire des portées
Simple agent de sécu’, pourtant sans histoires
Qui grattait dur pas comme ces bons à rien de Noirs
Qui collectionnait embrouilles et garbars

Et l'acte 3 qui "réalise une synthèse":

Simple agent de sécu'
Un fan de Black Panters
Qui grattait dur
Lui lutte pour ses frères
Qui collectionnait embrouilles et garbars
La rumeur dit qu’il s’était pris la tête avec de gros boucaques
Impossible c’était un bon, un militant
Quelques blancs préméditèrent comme le Kux Klux Klan

Notez comme l'acte 1 insulte les blancs par la voix d'un noir, l'acte 2 insulte encore les blancs par la voir d'un blanc en leur faisant affubler les noirs de surnoms dégradants (ce que le noir de l'acte 1 ne fait pas), et l'acte 3 les associe au Kux Klux Klan (le "récit" se passe en France). La trilogie entière est donc tournée vers la haine du blanc, mais ce n'est pas grave, Médine est un poète... On pourrait aussi parler de sa chanson Don't Laïk:

Je porte la barbe j'suis de mauvais poil
Porte le voile t'es dans de beaux draps
Crucifions les laïcards comme à Golgotha
Le polygame vaut bien mieux que l'ami Strauss-Kahn
Cherche pas de viande Halal dans les lasagnes c'est que du cheval
Au croisement entre le voyou et le révérend
Si j'te flingue dans mes rêves j'te demande pardon en me réveillant
En me référant toujours dans le Saint-Coran
Si j'applique la Charia les voleurs pourront plus faire de main courante
Ils connaissent la loi, on connait la juge
Pas de signes ostentatoires, pas même la croix de Jésus
J'suis une Djellaba à la journée de la jupe
Islamo-caillera, c'est ma prière de rue

L'ASVI, l'Association Suisse Vigilance Islam, remplit sa mission en alertant les autorités locales sur la venue de l'énergumène désireux de cracher sa haine. La liberté d'expression est une chose, mais elle doit s'inscrire dans le respect de la loi ; or l'article 261 bis du Code pénal stipule que "celui qui, publiquement, aura incité à la haine ou à la discrimination envers une personne ou un groupe de personnes en raison de leur appartenance raciale (…)" enfreint la norme antiraciste, encourant une peine privative de liberté de trois ans au plus ou d'une peine pécuniaire.

Je n'ose imaginer ce qui se passerait si un individu moins recommandable, comme un UDC par exemple, osait qualifier des noirs de "bwana banania" en face d'une assemblée de quelques milliers de personne? Qui osera plaider que la débauche d'hostilité et d'insultes vomie dans les textes de Médine n'enfreint pas la norme antiraciste?

Mais peut-être nos autorités attendent-elles que le crime soit commis pour envoyer Médine en détention préventive à l'issue de son concert, la France n'extradant pas ses ressortissants? Une stratégie intéressante pour le moins...

Dans notre époque trouble où les défenseurs de la loi en Suisse sont fréquemment accusés de faire du deux-poids-deux-mesures selon les opinions défendues par chacun (rappelons que les autorités avaient été assez peu gênées en 2010 pour interdire la tenue d'un congrès de l'UDC sur le territoire vaudois, qu'il s'agisse de l'UNIL ou de Beaulieu...) ils sont désormais au pied du mur pour prouver leur indépendance d'esprit.

Les Romands inquiets de la venue de ce rappeur controversé à Lausanne guettent donc avec impatience la réaction de la Municipalité de Lausanne, du Canton, et bien sûr de Mme Martine Brunchwig Graf de la Commission fédérale contre le racisme.

Stéphane Montabert - Sur le Web et sur LesObservateurs.ch, le 14 octobre 2018

9 commentaires

  1. Posté par Citoyen fatigué le

    Ce genre d’individu est à mettre dans le même sac que les jihadistes. Par chance, Médine est étranger, il sera donc plus facile de l’expulser. Les Docks ne survivent que grâce à la complicité de la Gauche et aux impôts des Lausannois. Il serait grand temps qu’on ferme cette salle qui n’amène que des individus douteux à Lausanne, comme lors des concerts sataniques en 2016 (sponsorisés par l’Etat de Vaud et la commune de Lausanne, alors que les sociétés de musique locales crèvent à petit feu) ou Cantat, le meurtrier de Marie Trintignant. Décidément, gauche et délinquance paraissent bin proches l’une de l’autre.

  2. Posté par Tino le

    Il a raison, pour un qui veut aller à contre courant.. ça va pleurer dans les chaumières…

  3. Posté par carlo le

    Ce qui est surprenant, c’est que le blanc, vous pouvez l’accabler, l’humilié, le tuer, le violer, le haïr, pas de problème c’est dans la tendance du moment, personne ne bronchera, ils essayeront même d’étouffer l’affaire. Essayez juste d’en dire le 10ème de ce que ce fameux chanteur exprime, d’une personne différente du blanc. Ca fera la une des journaux et vous serez poursuivi par diverses associations et vous ferez taxer de « raciiiiste ». Ah j’avais pas compris, c’est du 2ème degré, désolé.

  4. Posté par Peter K le

    Comme tres bien ecrit dans votre article, on attend impatiemment l’absence de reaction de la mere martine et de sa commission contre les horribles racistes, mais suisses et blancs uniquement, desolé, un arabe, noir, juif, vert, martien, etc… ne PEUT etre raciste, apres tout ce qu’ils ont subi…..pleurs, lamentos, etc….Simple question: pourquoi restent ils en Europe??? 😉 a gerber!

  5. Posté par Derek Doppler le

    Il y aura le chanteur féministe Bertrand Cantat en première partie? Non, dommage, Lazône n’est plus ce qu’elle était.

  6. Posté par Bussy le

    Qu’en est-il de ceux qui programment des concerts de ce genre de salopards ?
    La cinquième colonne ?
    Des noirs ou des musulmans bien « intégrés » qui remercient ainsi les blancs ?

  7. Posté par Arnaud Lecoultre le

    Excellent article. Merci Les Observateurs!!!
    Vous faites le nécessaire travail de réinformation que notre presse ne fait plus!
    Petite information: il semblerait que Médine, cet agitateur islamiste, se rendra aussi à la Chaux-de-Fonds… Si c’est vrai, c’est une Neuchâteloiserie de plus… A pleurer !!!
    Excellente continuation.
    Un lecteur assidu

  8. Posté par Hotch le

    Ça donne juste envie de ressortir le titre d’un bon vieux San Antonio de 1981 : « on liquide et on s’en va ».

  9. Posté par Hogch le

    Ça donne juste envie de ressortir le titre d’un bon vieux San Antonio de 1981 : « on liquide et on s’en va ».

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.