«10 000 terroristes» pouvant user d’armes chimiques : l’ONU redoute un bain de sang à Idlib

post_thumb_default

 

Ce 30 août, l'envoyé spécial en Syrie des Nations unies (ONU), Staffan de Mistura, s'est dit préoccupé par le risque d'une catastrophe humanitaire à Idlib, alors que l'armée syrienne est en passe de reprendre le contrôle de cette région où les groupes rebelles et djihadistes sont encore présents.

Le diplomate onusien a appelé la Russie, l'Iran et la Turquie, qui sont en contact régulier avec l'Etat syrien, à dissuader Damas de se lancer dans un affrontement direct. Selon lui, une telle opération pourrait avoir des répercussions déplorables sur des millions de civils. Il s'inquiète en outre d'un possible usage d'armes chimiques des deux côtés, notamment de chlorine.

Staffan de Mistura estime qu'un nombre très important de combattants étrangers sont présents à Idlib, se préparant au combat contre l'armée syrienne. Parmi eux se trouveraient, selon les estimations de l'envoyé spécial de l'ONU, environ 10 000 terroristes.

En dépit de cela, il conviendrait selon lui de renoncer à un affrontement précipité, qui pourrait se transformer en «véritable tempête» et coûter la vie à de très nombreuses victimes. L'ONU invite donc Damas à mettre en place des corridors humanitaires afin d'évacuer les civils de la région à titre préventif.

Après sept années de guerre, Bachar el-Assad veut reprendre le contrôle de la province d'Idlib, à la frontière avec la Turquie, encore largement dominée par les rebelles et les djihadistes. C'est dans cette optique qu'il a lancé une vaste opération militaire visant à reconquérir ces territoires.

Les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni ont lancé ce 22 août un avertissement au président syrien Bachar el-Assad, lui signifiant qu'ils ne laisseraient pas impunie une éventuelle utilisation d'armes chimiques par le gouvernement syrien. De son côté, Moscou redoute une attaque sous faux drapeau qui serait par la suite attribuée à Damas pour justifier une nouvelle intervention occidentale en Syrie.

Lire aussi : Syrie : l'armée russe affirme que les Casques blancs ont livré des produits chimiques à des rebelles

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Un commentaire

  1. Posté par miranda le

    DECHIRANT. Quand finira le drame syrien? Pour combien d’années encore. Et bien sûr l’occident désigne toujours Bachar El Assad comme responsable d’abord.
    La moindre des choses serait que l’ONU organise un déplacement des populations au lieu de s’étaler en « communications inutiles » et constater l’horreur ensuite.

    ET LAISSER LA SYRIE RETROUVER SON INTEGRITE TERRITORIALE. Mais il faut croire que ce retour à l’intégrité territoriale en gêne beaucoup. La Syrie n’a pas que Daech comme ennemi.
    PAUVRE PEUPLE.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.