Viktor Orban : « Nous pouvons vous offrir tout le soutien nécessaire pour la réémigration. L’Islam ne fera jamais partie de l’identité des pays européens »

À l’occasion du premier anniversaire de la mort d’Helmut Kohl, le Premier ministre hongrois Victor Orbán a délivré le 16 juin dernier un discours crucial. Avec Shahin Vallée, nous croyons qu’il marquera le débat de la prochaine année électorale européenne. Orbán revendique pour son mouvement une place centrale dans la conception du néo-nationalisme européen, et sa position doit être comprise.

(…) Nous souhaitons donc traduire en exclusivité ce texte important qui inaugure la bataille politique et culturelle des élections européennes de 2019.

« (…) Abordons désormais la question de la frontière et de la clôture. Nous devons défendre la frontière extérieure. C’est la condition préalable à la libre circulation au sein des frontières. La défense de la frontière fait partie des “devoirs-obligatoires”. (…) Nous avons constaté que la position de la Hongrie, jadis condamnée, est désormais de plus en plus acceptée. Nous n’attendons pas de remerciements auxquels nous ne sommes pas habitués. Nous ne jubilerons pas non plus. Il n’est pas agréable de constater que la valeur de la monnaie de certains a baissé après trois années de crise, tandis que la nôtre l’a fait immédiatement. »

« Peut-on atteindre un compromis dans le débat sur les migrants ? Non – et ce n’est pas nécessaire. Il y a ceux qui s’imaginent que chaque partie adverse devrait faire des concessions, qu’ils devraient discuter puis se serrer la main. C’est une mauvaise approche. Certaines questions ne pourront pas aboutir à un consensus. Cela n’arrivera pas, et ce n’est pas nécessaire. L’immigration est l’une de ces questions. Aucun document ne stipule que l’entrée d’un pays dans l’Union européenne implique que ce dernier devienne une terre d’immigration. Lorsque nous sommes entrés, nous n’avons pris aucun engagement de ce genre. Il est également vrai que les documents fondateurs de l’Union européenne ne déclarent pas qu’un État-membre ne puisse pas chercher à se transformer en pays d’immigration. C’est pourquoi il y a des pays d’immigration dans l’UE, où les migrants sont les bienvenus, où les populations locales veulent bien les intégrer et se mélanger avec eux. Il y a aussi des pays qui ne veulent pas de migrants, qui ne veulent pas se mélanger avec eux, et où leur intégration est donc hors de question.»

« Dans de telles situations, il n’y a pas besoin de compromis, mais de tolérance. Nous tolérons que certains États-membres de l’espace Schengen admettent des migrants. Cela a et aura des conséquences – y compris pour nous. De même, ils devraient tolérer le fait que nous ne voulons pas le faire. Ils ne devraient pas nous sermonner, ils ne devraient pas nous faire chanter, ils ne devraient pas nous forcer, mais ils devraient simplement nous donner le respect propre aux États-membres ; puis il y aura la paix sur le Mont des Oliviers. »

« (…) L’avenir de l’Union européenne dépend de sa capacité à défendre ses frontières extérieures. C’est la prochaine question qui se pose pour l’avenir de l’UE. Si nous défendons nos frontières, le débat sur la répartition des migrants n’a plus de sens, car ils ne pourront plus entrer. S’ils ne peuvent pas entrer, il n’y a personne à répartir. C’est simplement du bon sens. Et si nous suivons cette ligne de conduite, la seule question est de savoir ce que nous devons faire de ceux qui sont déjà entrés. Notre réponse à cette question est qu’ils ne devraient pas être répartis, mais qu’ils devraient être ramenés chez eux. »

« (…) Nous pouvons vous offrir tout le soutien nécessaire pour la réémigration. Depuis longtemps, nous disons qu’il faut exporter de l’aide et non pas importer des problèmes. Nous pouvons également donner des conseils à toute personne qui en fait la demande. Il y a un conseil que nous pouvons également donner qui provient de l’expérience historique de la Hongrie : chacun doit se rendre compte que l’Islam ne fera jamais partie de l’identité des pays européens. »

Il faudrait savoir quelle est la réponse de l’Islam. Nous, les Hongrois, nous savons de quoi il s’agit. Pour les musulmans, si l’Islam fait partie de l’Allemagne, alors, l’Allemagne fait partie de l’Islam. Cela mérite réflexion (Nd Christian Hofer: C'est une réponse adressée à Angela Merkel qui avait déclaré, dans son premier discours au Bundestag, après sa réélection : « L'islam fait désormais partie de l'Allemagne. »). En plus d’offrir un exemple, une assistance et des conseils, nous devons également souligner – de façon bienveillante mais ferme – que nous n’abandonnerons jamais notre avenir et que nous ne permettrons jamais à personne de nous imposer quoi que ce soit contre notre volonté. Si nous ne sommes pas en mesure de parvenir à un résultat satisfaisant dans les négociations à venir, si nous ne sommes pas en mesure d’accepter – ou même de tolérer – les points de vue des uns et des autres sur les questions de migration et de budget, alors nous attendrons. Attendons que le peuple européen exprime sa volonté lors des élections de 2019. Alors ce qui doit arriver arrivera.

 

Legrandcontinent.eu

Source2 : Le Point

10 commentaires

  1. Posté par Sarrailh le

    Entièrement d’accord avec ses propos. Il y a longtemps que nous aurions dû fermer nos frontières. Nous n’en serions pas là , mais on fait toujours les mijores dans les décisions… rien dans les frocs

  2. Posté par Jacques le

    Je suis tout a fait d’accord avec Mr Orban !!!

  3. Posté par dan le

    voila un homme qui prend SON pays en main ! bravo M. Orban

  4. Posté par combattant le

    Monsieur ORBAN fait partie des plus GRANDS PRESIDENTS de l’histoire avec son rival Monsieur TRUMP ils ont compris que l’immigration voulue et incontrôlée est la disparition de nos valeurs,nos religions,nos libertés,nos vies,nos coutumes,nos lois,nos entreprises.C’est la disparition totale de nos VALEURS et de la PAIX entre pays de l’EUROPE !

  5. Posté par LA le

    Entendu hier dans l’émission TV « C’est dans l’air »: Bruxelles ne dispose d’aucune loi et d’aucun moyen pour faire accepter des migrants par un état-membre qui les refuse. Donc, la menace d’amende financière invraisemblable est un nouveau et honteux mensonge.

  6. Posté par Antoine le

    @JeanDa : C’est navrant de constater l’inefficacité de nos 7 nains au CF et surtout ils veulent nous lier à l’UE par un accord-cadre qu’il NE FAUT SURTOUT PAS signer !
    Notre liberté avant tout !
    La Hongrie sait de quoi elle parle ! Elle a vécut sous le joug de Moscou (1956).
    Pas d’accord-cadre !
    Dénonçons les accords de Schengen !
    NB: Désirez-vous vous joindre à nous pour la prochaine discussion avec Socrate ?

  7. Posté par Alain le

    Voilà un homme lucide qui a tout compris !

  8. Posté par Bertrand L le

    L’Islam fait-elle aussi partie du monde musulman ?
    L’étude sur l’antique cité de CHARMUTHA démontre que la Mecque ne peut pas être le lieu saint des musulmans… Selon les mahometains, Agar la servante d’Abraham y a été abandonnée avec son fils Ismaël dans le désert de Paran… Sauf qu’un puissant fleuve le Becius passait à 15 km au nord… Du temps des pharaons, la région était tout sauf un désert ! Bref la Mecque est le délire d’un psychopathe… Voici le lien pour cette preuve anti-Mahomet :
    https://nantt44.wordpress.com/2018/04/06/chapitre-vi-charmutha-becius-becius-ce-fleuve-disparu/

  9. Posté par JeanDa le

    Pourquoi nos sept n’ont-ils pas compris cela ?
    Pourquoi avons-nous élu des gauchistes qui ne croyent qu’en leurs dogmes décalés sans voir la réalité ?
    Pauvres de nous !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.