Amsterdam : une soixantaine d’immigrants illégaux, aidés par l’extrême gauche, éjectent la population locale de ses maisons

Cenator : En Suisse, dans des villes comme Lausanne, si l’immigration continue, la même chose va arriver plus vite qu’on ne l’imagine.

******

« Nous sommes ici »… pour rester

« We Are Here » est un groupe d’une soixantaine de migrants masculins africains dont la demande d’asile a été rejetée depuis longtemps et qui refusent le logement qui leur est proposé.

Leur porte-parole Khalid Jone (34 ans), un Soudanais aux dreadlocks qui aime se mettre en scène en public, pose en riant sur des photos avec le maire d’Amsterdam, Jozias van Aarsten. Dans les foyers « bed, bath and breakfast » pour requérants d’asile, il devait se lever et sortir dès neuf heures, et ça lui déplaisait.

Depuis 2012, à Amsterdam, « We Are Here » occupe de vieux bâtiments scolaires, magasins, immeubles de bureaux et appartements (alte Schulgebäude, Läden, Bürohäuser und Wohnungen : on ne sait pas si les magasins et bureaux sont également désaffectés ou non, n.d.t.) et provoque beaucoup de désordre. Beaucoup d’Amsterdamois et leurs associations immobilières sont fatigués de la situation,, mais le maire et le conseil municipal de gauche nouvellement élu n’interviennent pas - malgré la grande attention des médias et les exigences de plus en plus effrontées de « We Are Here ».

Aux Pays-Bas, les squats sont en principe interdits depuis 2010, mais la loi n’est guère appliquée. Les juges d’Amsterdam ont décidé en avril que « We Are Here » pouvait rester dans le quartier de Watergraafsmeer jusqu’à fin mai « jusqu’à ce qu’ils trouvent autre chose ».

En général, les hommes en majorité Africains de « We Are Here » annoncent leur arrivée à l’avance : les résidents quittent alors leur maison « volontairement » et les propriétaires tolèrent cela. Devant la caméra, une étudiante a expliqué « Ma foi, je logerai quelque temps chez mes parents. » Mais un autre appartement a été pris d’assaut alors que la locataire était sous la douche. Certains mettent des pancartes sur leur porte : « Quelqu’un habite ici ».

La situation a débouché récemment sur une confrontation. Le groupe « Identitair Verzet » (Résistance identitaire), critique au sujet de l’immigration, a manifesté en accrochant aux fenêtres d’une maison (louée légalement) une banderole « Illégal = criminel ». Alors « We are here » et les Antifas ont cassé les vitres et démoli la porte d’entrée en scandant « Nazis ! ». Des passants qui se montraient solidaires avec Identitair Verzet ou désapprouvaient We Are Here ont également été pris à partie (gepöbelt). La police était présente mais n’est pas intervenue.

Les dégâts causés par We Are Here sont à la charge des propriétaires : matelas jetés dans la rue, fenêtres cassées, peinture et graffiti sur les murs. A leur charge également le coût des gardes privés engagés pour sécuriser la zone.

« We Are Here » applique bien entendu à sa manière la recommandation des juges de « trouver autre chose ».

Pendant ce temps, les voisins déménagent ou n’osent pas sortir faire leurs courses dès que « We Are Here » bouge. La police fait des heures supplémentaires, mais ne peut pas résoudre le problème. Les squatters se considèrent comme intouchables. Les juges ne nient pas l’intimidation et les dégâts, mais la compassion pour les squatters pèse plus lourd. Ces derniers, quant à eux, n’ont aucune indulgence, mais cela ne change rien au règne du politiquement correct aux Pays-Bas.

Les chrétiens-démocrates s’opposent à ces occupations illégales, de même que la droite : le PVV de Geert Wilders et le « Forum pour la démocratie » de Thierry Baudet, qui progresse rapidement dans les sondages et qui a récemment gagné trois sièges à Amsterdam avec une candidate brillante à sa tête. Elle a visité les squats à plusieurs reprises, mais a été insultée déjà dans la rue.

La coalition d’extrême gauche élue à Amsterdam en mars dernier ne semble pas vouloir prendre les préoccupations des citoyens au sérieux. Les politiciens, les élites et les juges hollandais semble plutôt vouloir transformer « We Are Here » [« 24 h », selon leur banderole] en « We Are Here To Stay » de leurs propres mains. Avec leur tactique de « boire du thé » avec les illégaux (comme le disent les médias de droite), la vie à Amsterdam se détériore rapidement, surtout pour les habitants des quartiers à problèmes. Et les appartements à louer sont de toute façon difficiles à trouver.

Dans tout le pays, heureusement, des politiciens, y compris les partis chrétiens, soulèvent ce sujet et exigent que les squatters « soient durement touchés ». Mais même à La Haye également, on ne peut plus nier l’impasse dans laquelle on se trouve. Les minorités et les extrémistes de gauche ont uni leurs forces dans le combat pour le narratif de gauche : ouverture des frontières, priorité aux minorités et fin du capitalisme.

Article original dans Junge Freiheit par Sietske Bergsma, juriste, journaliste :

„We are here“, um zu bleiben

Résumé Cenator pour LesObservateurs.ch

8 commentaires

  1. Posté par basta le

    patience on approche il faut qu il fassent des conneries , bientôt les pouvoirs vont disparaitre la nature fait bien les choses .

  2. Posté par sitting bull le

    Fruit de la gauche , partout ou la gauche passe ..le peuple trépasse

  3. Posté par miranda le

    (je ne cherche pas à être publiée, je suis au dessus de cela).
    Mais cela ne m’empêchera pas de vous dire merci à vous, les observateurs.
    Vivant dans ce pays, il est évident de constater que la classe BOBO que l’on retrouve partout en Europe préfère rester dans le déni. L’essentiel est qu’elle soit à l’abri de tout désagrément, de toute gêne et de tout souffrance. Que les autres souffrent n’est absolument pas leur préoccupation. Et c’est elle qui en Europe, vote pour nos politiciens cons et déstabilisateurs.
    Encore merci, car cet écrit sera traduit et envahira les boîtes des bobos néerlandais et aussi celles de mes compatriotes français expatriés.
    Encore merci.

  4. Posté par guerroy le

    A lire « GUERILLA » de Laurent Obertone.

  5. Posté par Jeanne d'Arc le

    Si l’on veut me déloger de ma maison, je n’hésite pas une seconde, je sors mon flingue. Nous sommes en guerre, donc tous les moyens sont permis. Il s’agit de ne pas hésiter !

  6. Posté par Peter Bishop le

    Encore une fois, c’est l’état le problème ! Sans l’état pour les protéger, ce groupe se serait déjà fait défoncer depuis longtemps…

  7. Posté par Jean Durand le

    Encore une illustration de plus d’un système judiciaire en complète défaillance. Criminels et institutions étatiques sont de mèche. Jusqu’à quand ?

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.