Londres : nonagénaire sauvagement battue dans son lit par un cambrioleur

Découverte à demi-inconsciente par son fils un ou deux jours après le crime, elle souffre d’une double hémorragie cérébrale.

C’était au moins son quatrième cambriolage depuis qu’elle a emménagé dans cette rue il y a plusieurs décennies.

La famille a publié des photos d’elle dans l’espoir d’obtenir des témoignages.

La Grande-Bretagne subit une vague de crimes violents. À Londres, il y a eu plus de 70 meurtres depuis le début de l’année. Ailleurs dans le pays, un adolescent de 17 ans été poignardé à mort à Ipswich, et deux de 15 ans à Sheffield et Wolverhampton.

Scotland Yard a enregistré 20'000 agressions par des personnes à moto ou vélomoteur en 12 mois, le double de l’année précédente. Les agents hésitent à les prendre en chasse par peur d’actions disciplinaires.

On estime que les vols dans les magasins ont coûté 6 milliards de livres l’an dernier.

Les agressions à l’arme blanche ont augmenté de 22% en 2017 par rapport à 2016, les vols à main armée d’un tiers, les agressions sexuelles d’un quart.

On reproche à Theresa May ses coupes massives dans le budget de la police et son refus de l’augmenter à nouveau.

La violence est aussi liée au marché de la drogue, où les bandes rivales se battent pour leurs territoires.

Une femme de 24 ans est entre la vie et la mort après avoir été agressée par deux voyous à vélomoteur. Frappée à la tête, elle a été retrouvée inconsciente sur le sol.

Le comédien Michael McIntyre s’est fait voler sa Rolex à 15'000 livres alors qu’il venait chercher son fils à la sortie de l’école. On suppose que les voleurs avaient d’abord observé ses déplacements.

À Cardiff (Pays de Galles), deux bandes de jeunes armés de haches, de couteaux et de marteaux se sont affrontées devant une école à l’heure de sortie des classes.

À Islington (North London), une équipe de télévision australienne qui venait de terminer un reportage sur la famille royale s’est fait voler sa caméra à 15'000 livres par des hommes armés et masqués.

Source (avec photos et vidéos) : Daily Mail

Résumé Cenator pour LesObservateurs.ch

3 commentaires

  1. Posté par c le

    Encore une fois la mafia des drogues. Moi meme jai ete tabasse devant le MCDO de la gare de Lausanne par plusieurs jeunes la plus part lies au deal de la drogue. La police lausannoise m a deconseille de porte plainte puisque apparement je leur ai montre une carotte en guise de bite donc jaurais pu recevoir une amende pour comportament indecent. Donc si qqn creve dans la rue sur des coups des pieds cest pas grave. grave cest que il a provoque des delears en leur montrant une carotte. Bravo police lausannoise vous recevez vos salaires pour rien dehors bande des fenaiants. vous avez passe des acords avec les dealers , avec les protestants ou jen sais plus avec qui ? pendant des annees jai paye des impots pour des gens comme vous … degeulasse. Cest facile se promener avec les mains dans les poches, fouttre rien et toucher des bons salaires. Vous n avez pas honte. Encore un episod quand des gitans m ont agresse verbalement tres violent la meme police m a informe que les gitans sont presque intouchables puisque soutenus par des diverses organisations .???? Quoi peut etre qui bien tot ils seront un nouveau pouvoir dans l etat a cote du legislatif, juridique etc. toute facon ils sont tous a la meme hauteur donc ca metonne pas . Bonne chance suisse avec des gitans dealers putes psychiatres et des autres…

    Gens honets reveillez vous , vous etes a moitie bouffes deja
    Ca me fait mal au coeur mais cest plus mon affaire car contraint a quitter ce pays magnifique ou y restent encore des gens bien.

  2. Posté par pierre frankenhauser le

    Puisque Fernand Melgar ne va finalement pas répandre sa bonne parole à la HEAD et qu’il veut jouer les repentis, pourquoi n’irait-il pas tourner un film ou un reportage sur le « bienfait » de l’immigration extra-européenne à Londonistan ? Il y aurait de quoi faire.

  3. Posté par UnOurs le

    Je répète que ceux parmi nos « autorités » tant exécutives que sociétales qui ont sciemment provoqué les conditions politiques et pratiques de ce type de méfaits mériteraient de finir comme dans cet excellent roman de Robert Heilein:

    « On les fera passer en file indienne, jour et nuit, sans manger ni boire. Arrivés devant une fosse commune géante, le premier attendra de se faire exécuter par le condamné arrivé juste après lui, et ainsi de suite, jusqu’au dernier. On mélangera à leurs cadavres, les tonnes d’articles de lois iniques et criminelles publiés, les campagnes publicitaires, les injonctions, les menaces publiées en 4 X 3, sans oublier les immondices artistiques que ces pires ordures que le monde ait portées auront suscité, encouragé, financé. L’ensemble sera brûlé, concassé, puis aggloméré à du béton avec lequel on fera construire par ceux qui n’auront pas été condamnés à mort, en divers lieux plus inhospitaliers les uns que les autres, des bagnes dans lesquels ils finiront leurs jours.
    Révolte sur la Lune (1966, The Moon is a Harsh Mistress) »

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.