Racisme anti-Blancs à l’université de Nantes occupée

post_thumb_default

 

Alors que certains tentent de refaire leur petit Mai 68 dans les universités, sous l’impulsion de différents mouvements d’extrême gauche, on voit réapparaître des activités interdites aux hommes et aux Blancs.

Illustration avec cette réunion des 11 et 12 avril à l’université de Nantes. L’expression « racisé-e » est le nouveau cache-nez du racisme anti-Blancs.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

2 commentaires

  1. Posté par G. Guichard le

    J’aime bien. Ils finiront par ne plus se comprendre qu’entre eux. Ils feraient mieux de revenir au code morse. Y’a plus qu' »amphi occupé » qui sent bien son soixante-huitard. Eh ben! Entre ceux-ci et leurs père, grand-oncle, etc. qui, à 65 ans fument encore le haschich, écoutent du rock en roll et ne pensent qu’à la révolution mexuelle…

  2. Posté par Vautrin le

    Si la « gouvernance » des tontons macroutes n’avait pas intérêt à prolonger le chaos dans les universités, la question serait réglée en dix minutes : bouclage, assaut, arrestations. Ou bien l’énergumène élyséen est faible (et il l’est, nonobstant ses rodomontades), ou bien il concocte de vilaines choses salopardes (et il en concocte), alors il a besoin du désordre. Au fait, il y a toujours des « zadistes » à NDDL. C’est signe de « force », ça ?

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.