L’union de l’islam et de l’État

post_thumb_default

 

Emmanuel Macron a annoncé, dans le Journal du Dimanche, qu’il va structurer « toute l’organisation de l’islam de France » alors que, dans son programme présidentiel, il n’évoquait que la formation des imans, ce qui était déjà beaucoup que de se mêler ainsi de ce qui ne relève pas de la compétence du président d’un Etat laïc. L’obstacle à ce dessein présidentiel, c’est évidemment la loi de 1905, qui ne reconnaît ni ne finance aucun culte. Qu’à cela ne tienne, il la modifiera ! A propos d’un « nouveau concordat » avec l’islam, il répond : « Quelle que soit l’option retenue, mon objectif est de retrouver ce qui est le cœur de la laïcité, la possibilité de croire comme de ne pas croire. » La loi de 1905, ajoute-t-il, « n’a pas pensé le fait religieux avec et par l’islam, parce qu’il n’était pas présent dans notre société comme il l’est aujourd’hui », d’où son projet de modification afin qu’à la séparation de l’Eglise et de l’Etat succède, de fait, l’union de l’islam et de l’Etat.

Son objectif est qu’il y ait des imans à la française, fidèles aux « valeurs de la République », et de leur donner, pour cela, une formation de haut niveau – il en aurait prévu le programme ! De même, il veut que les mosquées ne soient plus financées par l’étranger, en conséquence en s’attelant à « la structuration de l’islam de France » il va prévoir son financement. Mais comment font les autres religions pour former leurs ministres et bâtir leurs lieux de culte depuis 1905 ? Ce sont leurs fidèles qui mettent la main à la poche. Les cinq à sept millions de musulmans, en France, ne peuvent-ils pas faire de même ? Mais, évidemment, pour eux, il est plus facile et moins onéreux de recevoir subsides et imans de l’Algérie, du Maroc, de la Turquie, du Qatar ou de l’Arabie saoudite. Quant à l’éventuel concordat, avec qui le signerait-il ? Il n’y a pas d’interlocuteur représentatif de tous les musulmans, c’est là-dessus qu’ont échoué tous ses prédécesseurs, le CFCM (Conseil français du culte musulman) n’est connu que d’un tiers des musulmans et en proie à d’incessantes rivalités intestines. Un des « experts » consulté par Macron suggère la création ex nihilo d’un « grand imam de France », comme il existe un grand rabbin.

Au passage, le chef de l’Etat affirme que l’on ne doit pas mettre « tout le monde dans le même sac », ce qui est sans doute sa version du « pas d’amalgame ». Mais s’il entreprend de modifier la loi de 1905 pour subventionner l’islam, il faudra mettre toutes les religions « dans le même sac » et financer la construction de toutes les églises et synagogues, tout comme la formation des ministres du culte, des catholiques aux mormons, en passant par les adventistes du 7e jour et les protestants, et on ne voit pas pourquoi on en exclurait les Témoins de Jéhovah.

Il va consulter et « posera les jalons » de sa réforme de l’islam « au premier semestre », comme s’il s’agissait d’une réforme technique, fiscale ou sociale, alors que le sujet explosif n’entre pas dans le cadre de sa méthode de technocrate. Le plus dur restera à faire : trouver une majorité au Parlement réuni en congrès pour modifier la loi de 1905 ou consulter les Français par referendum. Ce n’est pas gagné.

Cet article L’union de l’islam et de l’État est apparu en premier sur Présent.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

6 commentaires

  1. Posté par Yolande.C.H. le

    Le fait que l’état veut former les imams et s’opposer au financement par des états musulmans de mosquées, en proposant des subventions à leur construction, démontre que l’islam est avant tout un problème politique et non religieux, et que ceux qui fréquentent ces lieux sont éduqués à des lois qui interfèrent avec les lois républicaines, puisque leurs exigences obligent à les modifier.
    Dans ce sens, oui: pas d’amalgame: ou on s’oblige aux lois coraniques, ou on s’oblige à la législation de l’état de droit. On ne peut servir deux maîtres.

  2. Posté par Socrate@LasVegas le

    La France mérite bien son emblème du coq…seul animal fier à en chanter, les 2 pieds dans la m…!
    C’est bien fait pour cette nation d’ataviques gauchisants et pleurnichards. Ils ont élu le président qui est en train de les suicider avec leurs impôts! Le plus drôle c’est qu’il ne fait que ce qu’il a dit qu’il ferait: + d’ue!!

  3. Posté par monde-tombé-sur-la-tête le

    Le mégalo-gamin narcissique et jupitérien qui est déjà, grace à son ego démesuré, la marionette manipulable à merci des grands intérêts mondialistes, tombera comme un fruit mur dans les mains viles et sournoises des frères musulmans qui vont le dévorer sans sauce…

  4. Posté par SD-Vintage le

    L’Islam est régi par l’Etat dans tous les pays musulmans, ce qui n’empêche pas la radicalisation des musulmans (Turquie ex laique, Indonésie…), quand cela ne la favorise pas. Aujourd’hui en Indonésie 75% de la population souhaiterai l’application au moins pour l’essentiel de la sharia.
    Macron est non seulement arrogant mais en plus inculte.

  5. Posté par Maurice le

    Accords entre la France et l’Arabie Saoudite, des accords très contraignants pour la France qui, malgré une propension énorme à ne respecter aucun traité, se soumet, là, complètement.

  6. Posté par Bussy le

    C’est incroyable, avec 12 à 15 mios de personnes (et non pas 5 à 7), l’islam dicte sa loi au gouvernement !
    Trouille monstre des banlieusards ? Corruption du Qatar ? Quoi ?

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.