Ambiance chalet au Parti socialiste. La chronique d’Yvan Perrin

Yvan Perrin
Ancien Conseiller national
chalet

Dans son magistral ouvrage "Le Prince", Machiavel suggère à celui pour qui il écrit de faire exécuter ses basses besognes par quelqu'un d'autre afin de ne pas être mis en cause si les choses tournent mal voire puisse sacrifier son séide en cas de besoin. Manifestement, Christian Levrat, président du parti socialiste suisse a de bonnes lectures et fait donc donner son chef de groupe parlementaire à Berne, le Vaudois Roger Nordmann, pour rappeler les usages élémentaires à la Jeunesse de leur parti. On savait la présidente Tamara Funiciello turbulente, prête à bruler son soutien-gorge pour la cause, mais l'activisme échevelé de la dame et de ses troupes ne faisait qu'irriter en privé les hautes sphères qui subissaient la fougue de la jeunesse.

Aujourd'hui, comme nous le conte Le Matin du jour, il en va tout autrement. Le rejet de Prévoyance 2020 le 24 septembre dernier a profondément meurtri le parti à la rose dont le projet était porté par son Conseiller fédéral Alain Berset. Pour ajouter à cette grande douleur qu'ils ne gardent plus muette, les camarades estiment que leur jeunesse a joué un rôle prépondérant dans la défaite, chose qui passe mal. Roger Nordmann accuse ainsi Dame Funiciello de n'avoir pas pris au sérieux la responsabilité qui était la sienne durant la campagne pour avoir été "idéologiquement aveuglée" !

On peut le croire sur parole, Roger Nordmann s'y connait en aveuglement idéologique, lui qui ne s'est jamais départi de ses œillères roses. Pour notre homme, lorsque la section mère s'est prononcée démocratiquement, les jeunes ne doivent pas s'y opposer. Soulignons le terme démocratiquement qui a une certaine importance, manifestement au sens où l'entendait la défunte Allemagne de l'Est. Le chef de groupe poursuit, accusant sa jeunesse d'avoir l'esprit brouillé par l'idéologie, par exemple avec la proposition de la semaine de 25 heures, idée catastrophique de la bouche même de Roger Nordmann. En clair, au parti socialiste, la jeunesse colle les affiches sur lesquelles trônent les pontes et se tait. Hélas, notre homme rêve tout éveillé.

Tamara Funiciello ne manque pas de répartie, qui lui conseille "de mieux utiliser son temps à du travail de contenu" plutôt que de jouer au papa de la Jeunesse socialiste. Merci pour lui, le voici chaudement habillé pour l'hiver. Manifestement, la mise au pas en vue d'éviter les couacs prévisibles durant la campagne pour les élections fédérales 2019 semble assez mal engagée. Les jeunes auront au contraire à cœur de ringardiser leurs anciens en lançant une foule d'idées toutes plus saugrenues les unes que les autres, propositions dont la vieille garde devra se distancer sans avoir l'air de désavouer la relève. Bonne chance !

Autre sujet de mécontentement pour Christian Levrat, les Femmes socialistes donnent elles aussi de la voix, exigeant d'ores et déjà que la personne qui lui succèdera à la tête du parti soit une femme. Envisager le départ du Grand Chef, remarquable crime de lèse-majesté dont souffre silencieusement l'intéressé. Il supporte mal que l'autorité qu'il estime sienne soit remise en cause par des gens manifestement incapables de saisir sa pensée complexe comme on dirait chez Emmanuel Macron. Sa couronne de politicien le plus influent de Suisse semble vaciller puisque l'influence en question ne convainc plus guère au sein de ses propres rangs. C'est en chef dont la succession se prépare que Christian Levrat va conduire les prochaines élections fédérales, il le sait et ça le rend nerveux. Nul doute que nous allons encore entendre souvent Roger Nordmann exprimer la pensée du Grand Manitou et ses mots gagneront en acrimonie au fil des excentricités de la Jeunesse socialiste dont on sait qu'elle ne déçoit jamais.

Tout cela est de bon augure pour notre Pays.

 

Yvan Perrin. le 8 octobre 2017

11 commentaires

  1. Posté par Hervé le

    Et oui… Il n’y a qu’un type de socialiste: le jeune con, et le vieux con.

  2. Posté par Vengeur le

    Bravo M.Perrin, vos écrits sont un véritable pansement bienfaisant pour les citoyens responsables de ce pays.

  3. Posté par Loulou le

    La bande de barges composant les jeunesses SSocialistes est un immense atout pour tout adversaire. Ils sont tellement cramés que cela un un véritable délice de les voir creuser le trou de leur parti et arroser les têtes pensantes du politburo de chaux vive. Je crois que je vais faire un don pour les encourager.

  4. Posté par Mateo Sollner le

    En Suisse, le problème de l’UDC est qu’ils sont trop à droite, trop libéraux (presque pro-UE parfois même…). D’où les bons scores aux élections et les référendums de la gauche qui souvent passent avec brio en votation. Il faut leur reconnaître une chose, la gauche sait mieux que personne mobiliser ses troupes, occuper l’espace médiatique, même avec de âneries. P-Y Maillard serait un excellent leader pour un parti identitaire de gauche officiellement positionné comme tel, le grand manque sur l’échiquier politique dans tous les pays européens, c’est à se demander ce qu’il fait encore au PS avec ses « copines » Ada, Cesla, Fumisterieciello, etc.

  5. Posté par Mateo Sollner le

    Comme partout, la mort annoncée de la social-démocratie (en réalité le fourre-tout pour la droite et la gauche s’accrochant au système en faillite), et le PS débordé par sa gauche, avec Mélenchon, Podemos. Vu l’irréalisme, l’ignorance et l’illusionnisme de ces partis (en plus de soutenir des causes douteuses comme le Venezuela, Catalogne, etc) ils vont se désintégrer en vol, c’est une aubaine pour « l’extrême droite » qui a une réelle chance à saisir, en mettant le bonnes personne en place (exit Marine, avec tout mon respect, elle a fait son temps et l’étiquette de looseuse lui collera à la peau pour tjrs, elle ferait mieux de mettre son expérience au profit d’un(e) jeune et brillant(e) bellâtre/beauté [comme Macron mais en homme!]). La ligne idéologique de MLP est la bonne à mon sens, une « extrême droite de gauche »! Le temps le confirmera.

  6. Posté par pepiou le

    Après le « Chalet à Gobet », voici le « Chalet à Bobets ».

  7. Posté par Julie Rochat le

    Merci Monsieur Perrin, c’est toujours un grand plaisir de vous lire, vraiment.
    Pôvre mais pôôôvre Nordmann, c’est pas facile pour lui en ce moment…. Déjà qu’il a dû encaisser en même temps le rejet de Prévoyance 2020 + l’élection de M. Ignacio au CF, voilà que son parti part dans tous les sens à cause de ces sales gosses ! Il faut reconnaître que, question idées débiles, avec eux la relève est assurée !! Je sens qu’on va bien se marrer ces prochains mois, va y avoir du sport!

  8. Posté par Antoine le

    C’est le début de l’éclatement du PS. Les tiraillements intérieurs du parti et des luttes d’influence ainsi que les différents courants et tendances vont l’affaiblir. Tout bénéfice pour la politique de droite en Suisse ! On en a assez de la gôche-caviarde au pouvoir.

  9. Posté par Le pragmatique le

    Tout ce qui fait galuger ces atrophiés du cervelet ne peut que me procurer une grande joie.

  10. Posté par pierre frankenhauser le

    Vu que les socialistes rivalisent de médiocrité et d’aveuglement idéologique, leur jeunesse se doit d’être encore plus stupide si elle veut se démarquer de ses aînés, faire sa place. C’est de bon augure. Vive l’autodestruction de ce parti qui a fait assez de mal comme ça à notre pays.

  11. Posté par Gaston Siebesiech le

    Encore une fois Monsieur Perrin fait mouche!
    swisslos devrait ouvrir des parits sur les prochains jobs, souvent premier job, des grands manitous des verts et des socialistes qui branlent au manche. Dans certains domaines cela devient impossible car le PDC a déjà une triple garniture en place. Seul l‘industrie social aura toujours une place bien rémunérée pour les vieux rossignoles sur le jantes, Caritas est complet. Même Tchumperlin a été recaser de justesse grâce à ses connections.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.