Islam – Des prélats sauvent l’honneur de l’Eglise catholique

Michel Garroté
Politologue, blogueur


Vatican-OCI-1


On parlera du synode sur la famille, qui se déroule actuellement au Vatican, lorsqu’il sera achevé, lorsque tous les prélats concernés auront terminé de donner leurs avis, lorsque le pape François communiquera les décisions et conclusions de ce synode très agité. Pour l’instant, parlons de l’Eglise catholique et de l’islam, au vu de ce qui se passe en Syrie et en Irak, et, du fait de l’arrivée massive de clandestins musulmans eu Europe. Une majorité d'Allemands s'inquiètent désormais de l'arrivée de centaines de milliers de clandestins musulmans et la chancelière Angela Merkel, qui a ouvert grand les portes du pays, voit sa popularité chuter.

Plus de la moitié des Allemands déclarent ouvertement et clairement avoir peur de ces clandestins musulmans. De son côté, le ministre allemand de l'Intérieur, Thomas de Maizière, a critiqué le fait que les réfugiés quittent les centres allemands d'accueil et il a également critiqué le fait qu'ils commandent un taxi et disposent étonnement de l'argent nécessaire pour parcourir des centaines de kilomètres à travers l'Allemagne. Les Eglises chrétiennes, elles, s’obstinent à réclamer que l’Europe continue d’accueillir tous ces nouveaux arrivants mahométans que personne n’a invités. Cela dit, notons que sur ce thème, quelques rares prélats sauvent l’honneur de l’Eglise en disant la vérité sur l’islam.

A ce propos, voici quelques extraits d'un entretien accordé par le cardinal, américain et conservateur, Mgr Raymond Leo Burke à Atlantico (voir lien en bas de page) : « Que vous inspirent les angoisses identitaires de l’Europe notamment vis-à-vis de l'islam ? On voit qu'en France et ailleurs en Europe, des gens sont inquiets de la place que prend l'islam sur le continent. Quel regard portez-vous là-dessus ? ».

Cardinal Burke : « Pour moi, l’angoisse ressentie est justifiée. Nous devons nous rappeler que l’islam est aussi un gouvernement, pas une simple religion. Cette religion dans sa dimension politique a l'ambition de gouverner le monde. Lorsqu’une population, par exemple en France, devient de plus en plus musulmane, il faut affronter la possibilité de vivre un jour sous un gouvernement islamique, avec toutes les conséquences que cela implique, conclut le Raymond Leo Burke » (fin des extraits ; voir lien en bas de page).

En 2012 déjà, un autre cardinal, africain cette fois, Mgr Peter Turkson, avait fait sensation en diffusant une vidéo choc sur l'expansion de l'islam en Europe.

En 2010, évêque libanais de rite catholique syriaque, Mgr Raboula Antoine Beylouni, avait eu le courage de rappeler que le Coran « ordonne d'imposer la religion par la force, par l'épée », que « le Coran permet au musulman de cacher la vérité au chrétien et de parler et agir contrairement à ce qu'il pense et croit », que « le Coran donne au musulman le droit de juger les chrétiens et de les tuer par le djihad ». Mgr Raboula Antoine Beylouni avait également eu le courage de rappeler que « les musulmans ne reconnaissent pas la liberté religieuse, ni pour eux ni pour les autres », que le musulman aborde le « dialogue avec cette supériorité et avec l'assurance d'être victorieux », que discuter « sur les dogmes » entre chrétiens et musulmans s'avère impossible.

En 2006, un autre prélat, celui-là d’origine allemande, Mgr Walter Brandmüller, avait donné une conférence où il disait que l’islam (extraits adaptés) « à la différence du Christianisme, exprime un projet global, à la fois religieux, culturel, social et politique s’est imposé par la force d’une domination politique. L’usage de la violence occupe une place centrale dans la tradition musulmane, ainsi que le révèle le recours fréquent au terme de djihad dans de très nombreux documents ».

Cardinal Walter Brandmüller : « L’usage de ce terme (djihad) dans la tradition musulmane, et l’usage qui en est fait aujourd’hui, est substantiellement univoque et indique la guerre faite au nom de Dieu pour l’Islam, une guerre qui est une obligation pour l’ensemble des musulmans adultes de sexe masculin. L’histoire démontre malheureusement que la violence a caractérisé l’Islam depuis ses origines et que Mahomet lui-même a organisé et conduit de manière systématique des razzias contre les tribus qui ne voulaient pas se convertir et accepter sa domination, soumettant de cette manière les tribus l’une après l’autre », concluait le cardinal Walter Brandmüller.

Michel Garroté, 5 octobre 2015

http://www.atlantico.fr/decryptage/cardinal-burke-face-islam-est-pas-deraisonnable-ressentir-certaine-peur-peur-juste-2365587.html/page/0/2

   

6 commentaires

  1. Posté par blum le

    Pour y avoir participé, un soir, à l’invitation d’un (jeune) homme politique, j’ai pu constater que le dialogue inter-religieux était une chimère à laquelle semblaient tenir juifs et chrétiens — de bonne foi, sans doute–. Mais les participants musulmans ont montré un ressentiment et une agressivité tels, que l’organisateur ( le jeune homme politique) , chrétien pratiquant, lui-même, en fut fort marri et perplexe.

  2. Posté par Ourga le

    @ Anne Lauwaert

    Très bon commentaire .

    Vous avez noté vous aussi comment ces prélats et Princes de l’ Église nous parlent du martyre des AUTRES avec ostentations et délectations quasiment comme d’un plat en sauce ou une partie de jambes en l’ air

  3. Posté par Sancenay le

    Certains seront sans doute surpris demain de constater que le Pape François ne renie en rien le discours de Ratisbonne de son prédécesseur.
    Ne confondons pas la charité recommandée à l’égard d’authentiques réfugiés persécutés chez eux – ou même en Europe dans les camps d’accueils par les salafistes et la rigueur avec laquelle il convient de traiter ces derniers.
    Le Pape l’ a évoqué , certes dans un second temps, mais il en a parlé . Tout le monde n’est pas obligé de le dissimuler à l’instar des média, non ?
    A moins que la recette à appliquer soit celle de Monsieur OBama: bouffez du chrétien le monde que je vous projette- et quel monde – ne s’en portera que mieux ?
    Il me semble pourtant lire dans nos paysages de France, qu’il fut un temps où la chrétienté ne vivait pas le nez dans ses baskets, les choses n’allaient pas si mal.

  4. Posté par Sancenay le

    à Anne Lauwaert

    de grâce ne nous imposez pas vos crises de délirium ou de tolérance selon la religion du système !

  5. Posté par Anne Lauwaert le

    Mais oui, mais oui ! ça fait des années que les citoyens lambda crient ça à tout vent mais personne ne les écoute. Ces prélats n’ont aucun mérite, ils disent seulement ce qu’il en est !Par contre nos immigrationnistes, curés, évêques, cardinaux, pape, où ont-ils la tête avant qu’on ne les décapite? Ah, mais ils aiment leurs ennemis… et ils attendent le martyre avec impatience (pour eux aussi aller niquer les vierges au paradis … ou de jeunes éphèbes, ça non plus c’est pas impossible… ) C’est pas sûr que les citoyens lambda aspirent au martyre, aiment leurs ennemis ou attendent le paradis au lieu de baiser normalement hic et nunc à l’ancienne.

  6. Posté par Ourga le

    Bravo ! Bis ! Bravissimo ! Excellent texte M. Garroté .

    Anciennement de quelqu’un qui besognait pour l’ ennemi plutôt que pour son camp on disait de lui qu’il  » a travaillé pour le Roi de Prusse  » cet Antipape ne travaille surement pas pour la Prusse mais s’emploie à servir le Prophète de l’Islam plutôt que le Pasteur Jésus .

    Quel renversement des  » Alliances  » !

    Parfois de le voir ramper avec tant d’ obséquiosité devant les sbires de mahomet je me demande tout simplement , s’il a peur pour sa charogne car rarement on a vu dans l’histoire un dirigeant temporel ou spirituel nourrir le Loup aussi allègrement de la Chèvre et du Chou !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.