France: Un enseignant radicalisé arrive à tromper un rectorat

école classe

Selon Le Bien Public, un intervenant suspecté de radicalisation aurait donné un cours dans un collège de Sombernon, en Côte-d’Or. Le rectorat a mis fin à son contrat ce mercredi 13 septembre.

Les parents des élèves du collège Jacques Mercusot à Sombernon, en Côte-d’Or, étaient loin de s’imaginer qui avait donné un cours d’anglais à leurs enfants le 12 septembre dernier. Mais ce qui est plus étonnant, c’est que le rectorat non plus ne connaissait pas toute la vérité sur son intervenant extérieur.

“Il n’avait pas transmis l’ensemble des pièces administratives concernant sa situation”

C’est par la voie de la presse qu’il avait appris que l’homme avait été arrêté en juin dernier par les policiers de la BRI (Brigade de recherche et d'intervention) de Bordeaux, dans le cadre d'une enquête sur une filière jihadiste qui envisageait de rejoindre les combattants du groupe État Islamique en Syrie. Selon Le Bien Public qui a révélé cette affaire, l’individu avait été mis en examen pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste. Selon Europe 1, le trentenaire, décrit comme sympathique et bon enseignant, avait travaillé dans plusieurs collèges avant d’être placé sous contrôle judiciaire.

Ce mercredi matin, le rectorat a annoncé avoir mis fin à son contrat, indique Le Bien Public. “Après vérification du dossier administratif, la mission de cet intervenant extérieur a pris fin le 12 septembre au soir. Il est donc intervenu une seule matinée dans l'établissement, les éléments du dossier administratif ne permettant pas son maintien”, a expliqué le rectorat, cité par le quotidien régional.  “C’est un agent non titulaire qui a pris ses fonctions ce mardi [12 septembre]. Il n’avait pas transmis l’ensemble des pièces administratives concernant sa situation, notamment son casier judiciaire. Dans l’attente de ces pièces, il lui a été demandé de ne pas reprendre son service”, s’est-il justifié.

Source 

 

2 commentaires

  1. Posté par Jiff le

    Bis Repetita Placent (si, si, Placent !) puisque ça n’est jamais que la seconde fois, la première ayant touché des enseignants pédophiles précédemment condamnés – aaahhh, quelle belle institution (jeu de mot voulu) que les rectorats de l’ednat, où l’on a encore le temps de refourguer perfidement la patate chaude au « coupable » tout en martyrisant le peu de profs sérieux et qui aiment leur boulot qui restent encore.

  2. Posté par Dupond le

    Par contre si vous ne reglez pas vos impots a temps ….là vous etes repéré dans l’heure (ils font vraiment dire a l’informatique ce qu’ils ont envie d’etre entendu)

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.