France. Grande-Synthe: Bagarre entre Afghans et Kurdes dans un camp de migrants. Ils mettent le feu à leur propre campement.

Grande-Synthe

Une rixe entre Afghans et Kurdes, qui a d'abord fait dans l'après-midi six blessés à l'arme blanche, est à l'origine du feu, a affirmé le préfet du Nord. Réduit à un «amas de cendres», le camp accueillait 1500 personnes. Il avait été le théâtre d'incidents sérieux ces derniers mois.

Le camp de migrants de Grande-Synthe, près de Dunkerque, dans le Nord, qui se voulait un abri exemplaire pour les migrants rêvant de passer en Angleterre, a vécu: après des bagarres, un violent incendie a ravagé l'essentiel de ses 300 chalets lundi soir, expliquent les autorités. Vers minuit, le camp dit de La Linière, voulu par le maire écologiste de la commune Damien Carême pour en finir avec le camp voisin du Basroch offrant le visage désolé d'un cloaque, a été réduit à un «amas de cendres» et «il sera impossible de remettre des cabanons à la place de ceux qui existaient auparavant», a déclaré à la presse le préfet du Nord, accouru sur place depuis Lille.

 

 

Ouvert en mars 2016, cet ensemble construit par Médecins sans frontières (MSF) et la ville comptait 1500 migrants, principalement des Kurdes irakiens, hébergés au sec dans des abris en dur et non plus sous des tentes. Ce camp, réputé pour être tenu par des passeurs kurdes irakiens, avait été le théâtre de plusieurs incidents sérieux ces derniers mois, nécessitant de faire appel à la police.

Selon le représentant du gouvernement dans la région, l'incendie, toujours en cours à 01h00 locale, serait la suite d'une rixe entre Afghans et Kurdes qui avait fait six blessés à l'arme blanche dans l'après-midi.

«Il a dû y avoir des mises à feu volontaires en plusieurs endroits différents, ce n'est pas possible autrement. Il semble que ce soit lié à des rixes entre Irakiens et Afghans», a déclaré de son côté le directeur de cabinet de la commune de Grande-Synthe.

Rixes toujours en cours

Les migrants ont été évacués et seront relogés dans des hébergements d'urgence. A 00h50 mardi, 165 personnes avaient été mises à l'abri, selon la préfecture.

Les rixes entre migrants se sont poursuivies tard dans la nuit. «Ça courait dans tous les sens, il y a eu des tabassages, deux migrants sont tombés dans le canal après avoir été frappés», raconte un bénévole à La Voix du Nord. Les deux compagnies de CRS qui tentaient de les faire cesser progressaient difficilement, parfois visées par des pierres. «À ce que je peux voir par moi-même, tout a brûlé. Il reste une cuisine communautaire et le point d'information. Mais il est impossible de parcourir tout le camp et donc de se faire une idée vraiment précise de l'étendue des dégâts», a expliqué Olivier Caremelle. De très nombreux pompiers se pressaient autour du camp pour maîtriser le sinistre, toujours en cours et visible à plusieurs kilomètres à la ronde.

Source Source2

6 commentaires

  1. Posté par jinx le

    les types ne peuvent meme pas s’entendre en tant que « musulmans » et sont des racistes de premiere (en clair ne peuvent de pifrer entre pays etrangers) et on compte les integrer comment?

  2. Posté par monde-tombé-sur-la-tête le

    Surtout il faut VITE leur construire des nouveaux centres, plus modernes et plus confortables, et en attendant, les loger dans des hotels 4*.
    Il est établi par tous les grands medias que cette migration va non seulement nous payer nos retraites, mais nous rapporte déjà beaucoup économiquement- la preuve – ca va maintenant fournir du travail aux constructeurs et au secteur du bâtiment, et augmenter notre PNB!! quel enrichissement!
    Peu importe si c’est les sans dents qui paient – eux, ils comptent pas, ces sont des racistes xenophobes qui appartiennent aux heures les plus sombres etc.

  3. Posté par Aude le

    Évidemment comme disait l’autre andouille…c’est la coutume…ils mettent le feu avant de partir…
    Pour le départ…c’est moins sûr !!!

  4. Posté par Sonic le

    Je croyais qu’ils fuyaient les conflits et nous apportaient leur savoir médical et scientifique? Il y en a une qui doit bien s’amuser… Ça me rappelle l’affaire Paul Voise, ce papy qui s’était fait tabasser et incendier sa maison juste avant les élections de 2002. Les médias de gauche accusaient leurs confrères d’en avoir parlé au 20h et donc permis à JMLP d’accéder au 2d tour. Il y en a qui vont bien nous dire qu’ils font baisser le chômage, puisqu’il va falloir encore construire des abris spécifiquement pour eux, agréés par les ONG ou la ligue des droits de l’Homme, vu qu’une tente c’est indigne dans un pays civilisé. Mais est-on encore dans un pays civilisé ?

  5. Posté par Sergio le

    Nous n’avons toujours rien compris. Souvenons-nous de Calais, il s’agit simplement de leurs coutumes, laissons-les s’exprimer.

  6. Posté par Marcassin le

    Des incendies volontaires ?
    C’est le début le l’intégration.
    Mais l’intégration à quoi ?

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.