Soros a-t-il infiltré les sommets de l’Eglise ?

Michel Garroté
Politologue, blogueur
Vatican-1

Soros-2

   
Michel Garroté - Le site Internet 'Les Observateurs' a récemment repris, dans ses 'brèves', un article paru sur Euro-Liberté, article traitant de l'influence, au sein de l'Eglise catholique, du financier George Soros. Le sujet est brûlant. Soros veut intervenir un peu partout, pour l'Ukraine et contre la Russie, pour les gauchistes israéliens et contre l'Etat d'Israël dans des frontières réellement défendables, etc. Ci-dessous, je reproduits les extraits adaptés d'une analyse sulfureuse de Riccardo Cascioli, publiée dans 'La Nuova Boussola Quotidiana', analyse plus détaillée qui pose, elle aussi, la question : Soros a-t-il infiltré les sommets de l'Eglise ?
-
Dans 'La Nuova Boussola Quotidiana', Riccardo Cascioli écrit notamment (extraits adaptés ; voir liens vers sources en bas de page) : Le financier George Soros a versé de substantielles contributions à des organisations catholiques pour «déplacer les priorités de l'Eglise catholique américaine» des thèmes de la vie et de la famillle à ceux de la justice sociale: une occasion spéciale, la visite du pape François aux États-Unis en Septembre 2015. C'est ce qui est ressorti ces jours derniers, en complément de révélations antérieures, de nombreux documents confidentiels piratés de son Open Society Foundation. La nouvelle a circulé principalement aux États-Unis, coeur de cible de l'action de Soros, mais elle mérite d'être reprise et connue partout parce que ses implications concernent l'Eglise universelle.
-
Riccardo Cascioli : Commençons par les faits contenus dans les documents publiés par DC Leaks : en Avril 2015, l'Open Society a versé 650 mille dollars dans les caisses des deux organisations liées aux milieux catholiques progressistes, PICO et Faith in Public Life, dans le but d'« influencer les évêques individuels, pour avoir des voix publiques à l'appui des messages de justice économique et raciale, afin de commencer à créer une masse critique d'évêques alignés avec le Pape ». Les deux organisations destinataires des paiements ont été choisies, expliquent les documents, parce qu'elles sont engagées dans des projets à long terme qui visent à modifier « les priorités de l'Église catholique des États-Unis ».
-
Riccardo Cascioli : La grande occasion est fournie par la visite du pape aux États-Unis et la fondation Soros vise explicitement à utiliser les bonnes relations de PICO avec le cardinal hondurien Oscar Rodriguez Maradiaga, l'un des principaux conseillers de François, pour « engager » le Pontife sur les questions la justice sociale, et également envoyer une délégation au Vatican avant la visite de septembre afin de faire entendre directement au Pape la voix des catholiques les plus pauvres en Amérique. Il y a ensuite un Rapport de 2016, le bilan de l'année précédente, où la fondation de Soros se déclare satisfaite de la façon dont a fonctionné la campagne précédente en vue de la visite du pape et aussi du nombre d'évêques qui, en vue des présidentielles ont ouvertement critiqué les candidats qui pointent sur "les peurs" de la population, faisant clairement référence à Donald Trump et à d'autres candidats républicains.
-
Riccardo Cascioli : Si cette satisfaction est justifiée ou non et dans quelle mesure la visite du Pape a effectivement été influencée par ce lobbying, c'est certainement un sujet de débat. Mais tout le monde peut tirer ses propres conclusions en reparcourant les discours, les rencontres, les conférences de presse (du Pape ?) et les polémiques liées à cette visite. Ce que je tiens à souligner ici, ce sont deux réalités que ces documents mettent en lumière et qui ont une valeur qui va bien au-delà de l'évènement contigent d'une visite papale. La première, et la plus importante est le grand investissement que des organisations philanthropiques traditionnellement anti-catholiques font pour subvertir l'enseignement de l'Eglise. Ceci est le but réel du changement de priorité invoqué, des thèmes de la famille et de la vie à ceux de la justice sociale.
-
Riccardo Cascioli : En cela, Soros suit les traces d'une tradition de plus de dix ans. Le motif ? L'Eglise catholique, dans les organisations internationales a pour objectif fondamental de défendre de la dignité de l homme, c'est le dernier rempart qui s'oppose à l'instauration d'un nouvel ordre mondial qui veut réduire l'homme au rôle d'instrument entre les mains du pouvoir. Un élément fondamental de ce projet est la diffusion universelle du contrôle des naissances, de l'avortement comme un droit humain, de la destruction de la famille et de la promotion de l'idéologie du genre. Dans les années 90 du siècle dernier, dans un cycle de conférences internationales des Nations Unies (du sommet de Rio de Janeiro sur l'environnement en 1992 au sommet de Rome sur l'alimentation en 1996), une bataille diplomatique sans précédent s'est déclenchée entre les Etats-Unis et l'Union européenne d'un côté et le Saint-Siège de l'autre, précisément sur ces questions.
-
Riccardo Cascioli : Bien qu'aujourd'hui, nous puissions voir à quel point cet agenda a fait un pas de géant au niveau mondial, la résistance inlassable de l'Eglise, qui avait entraîné dans son sillage beaucoup de pays en voie de développement, entrave le projet. Une grande partie est due à Jean-Paul II, pour lequel il a toujours été clair que la famille et la vie sont aujourd'hui le principal terrain sur lequel se joue la bataille pour la dignité humaine. Il vaut la peine de rappeler, en passant que pour cette raison , et pour cette bataille, le pape a institué le Conseil pontifical pour la famille ainsi que l'Institut d'études sur le mariage et la famille à l'Université pontificale du Latran. On peut alors comprendre à quel point les efforts internationaux visant à affaiblir l'Eglise sur ce front se sont intensifiés. Nier l'existence de principes non négociables, et faire la promotion de la justice sociale presque exclusivement au détriment des thèmes de la famille et de la vie est la voie royale pour atteindre cet objectif.
-
Riccardo Cascioli : Et l'argent de Soros fait partie de ces efforts, qui vont toutefois bien au-delà des activités de sa Fondation. Du reste - et ceci est la deuxième question - ces personnages et ces organisations trouvent un abri facile au sein de l'Eglise elle-même, dans certains milieux progressistes qui partagent déjà cette approche. Rien que les deux organismes financés par Soros en 2015 en sont une démonstration. PICO, par exemple, a été fondée en 1972 par le père jésuite John Baumann et se propose de résoudre les problèmes sociaux par l'organisation de cellules basées sur les communautés des différentes religions présentes, - pour nous comprendre, un modèle évolué des communautés de base de latino-américaine mémoire. C'est précisément pour cela que PICO a gagné le soutien du cardinal Maradiaga (il y a une vidéo promotionnelle de l'année 2013 dans laquelle le cardinal exhorte à soutenir PICO).
-
Riccardo Cascioli : Mais cette organisation est aussi inspirée par le « gourou » communiste Saul Alinski, connu comme le « prophète » de l'organisation des communautés de base et des minorités ethniques. Du reste, dans la liste des donateurs de PICO figurent les Fondations Ford et Kellogg en plus d'une douzaine d'autres fondations. Curieusement, on retrouve aussi Alinski à l'origine de la carrière politique d'Hillary Clinton et l'engagement de PICO, entre autre, dans la campagne électorale pour la présidence, ne peut donc pas surprendre. Engagement encore plus explicite pour l'autre organisation financée par Soros, "Faith in Public Life", qui parmi ses réalisations de 2015 - en plus de la « préparation » de la visite du pape,incluant un sondage ad hoc sur les catholiques américains tendant à soutenir l'agenda progressiste - cite également la mobilisation pour bloquer la loi sur la liberté religieuse en Géorgie, visant entre autre à garantir l'objection de conscience contre l'imposition de l'idéologie du genre et le mariage homosexuel.
-
Riccardo Cascioli : Quant au cardinal Maradiaga et autres membres de l'épiscopat, sont-ils conscients ou font-ils partie de ce plan résolument anti-catholique ? (la question, qui peut aussi et surtout se poser pour le Pape en personne, me semble à ce stade purement rhétorique). Nous ne le savons pas et nous n'osons pas leur faire un procès d'intentions. Nous ne pouvons que constater combien certains représentantx ecclésiaux de premier plan sont perçus comme étant dans la ligne des projets de ceux qui veulent détruire l'Eglise - indépendamment du succès ou non de certaines tentatives d'approche. Mais ici, il est nécessaire d'ajouter un fait inquiétant aux documents révélés. On peut en effet facilement comprendre que de ce projet de changement dans la doctrine de l'Eglise fait également partie un travail d'infiltration de personnalités spécifiques dans les centres de décision de l'Eglise.
-
Riccardo Cascioli : Et on ne peut pas ne pas penser immédiatement au cas de Jeffrey Sachs, économiste de l'ONU et directeur de l'Earth Institute, qui a joué un rôle important dans l'encyclique "Laudato si", au point d'être appelé au Vatican à la fois pour la présentations de l'encyclique sur l'environnement et pour les deux conventions internationales sur le développement durable. Son inexplicable omniprésence a été contestée au cours des derniers mois - en plus que par notre journal - par les principales organisations internationales pro-vie et pro-famille, parce que Sachs est bien connu comme grand soutien des politiques de contrôle des naissances. Mais il a été défendu avec acharnement par le président de l'Académie pontificale des sciences sociales, l'évêque argentin Marcelo Sanchez Sorondo, qui en a même parrainé la nomination par François à l'Académie pontificale présidée par lui.
-
Riccardo Cascioli : Eh bien, ce qui peut-être n'a pas été dit, c'est que Sachs est également connu pour être un homme de Soros, depuis plusieurs décennies engagé dans la conception et la diffusion de théories économiques à l' appui de l'Open Society poursuivie par Soros. À la lumière des documents qui attestent les stratégies Soros contre l'Eglise catholique, la présence de Sachs dans les étages supérieurs du Vatican (c'est une image de la configuration du Palais Apostolique) est moins inexplicable, mais encore plus inquiétante. À ce stade, il serait opportun que l'évêque Sorondo, le cardinal Maradiaga et d'autres qui sont impliqués dans ce réseau, s'en expliquent, conclut Riccardo Cascioli dans 'La Nuova Boussola Quotidiana' (fin des extraits adaptés ; voir liens vers sources en bas de page).
-
Introduction, adaptation et mise en page de Michel Garroté
-
http://www.lanuovabq.it/it/articoli-se-la-chiesacade-nelle-mani-di-soros-17242.htm
-
http://benoit-et-moi.fr/2016/actualite/soros-a-t-il-infiltre-les-sommets-de-leglise.html
-
http://eurolibertes.com/lobbies/pape-francois-george-soros-lautre-axe-mal/
-

2 commentaires

  1. Posté par marguerite le

    Ebola, Zika, et autres épidémies sont du pipi de chat en comparaison du fléau Soros

    à placer en EMS au plus vite, à expédier sur la lune, ou sur mars

  2. Posté par Le Taz le

    C’est en effet bien possible, le Pape est un jésuite, allez regarder l’histoire des jésuites vous découvrirez quelle famille proche de Soros a beaucoup collaboré avec eux.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.