Dernier bourreau de l’Etat islamique : une fillette de 12 ans

Islamic-State-Child-Pointing-Gun-HP

Le soir du 2 mars, une fille de 12 ans sous les ordres de l’Etat islamique a exécuté cinq femmes, dont un médecin qui avait refusé de soigner des soldats de l’EI blessés lors d’une attaque aérienne de la coalition. Cela s’est passé au camp d’El-Razalani (Ghazlani) à Mossoul. À notre connaissance, c’est la première fois que l’EI emploie une fillette comme bourreau.

Mossoul (Irak) est aux mains de l’EI depuis juin 2014.

 

Source

2 commentaires

  1. Posté par Valerie zhakovna le

    Ces femmes n’ont pas été exécutées, ce qui sous entend qu’elles auraient été jugées et condamnées à mort dans un cadre legal. Elles ont été ASSASSINÉES. C’est bien d’utiliser les bons mots qui donnent leur vraie signification aux évènements.

  2. Posté par Tommy le

    Ce sont ces filles qui demandent ensuite l’asile en Europe, et que les autorités de leur pays de choix considèrent comme des victimes de l’oppression , des mineures non- accompagnées, des victimes du racisme, …. Mais les revendications ne tarderont pas à être formulées.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.