Suède: 10 % du budget va aux personnes issues de l’immigration, dont 700’000 sont en âge de travailler: l’intégration a été un échec complet

11/09/2022 - Votation en Suède

La Suède, considérée comme un État-providence modèle, est aux prises avec de graves problèmes sociaux et économiques depuis des années, auxquels le gouvernement social-démocrate au pouvoir depuis huit ans - qui est en partie à l'origine de ces problèmes - n'a pas été en mesure de faire face.

Malgré cela, la popularité du parti au pouvoir est au même niveau qu'il y a quatre ans, et le rapport entre le soutien des partis de gauche et de droite était le même avant les élections de dimanche.

Les problèmes du pays scandinave n'ont pas commencé avec le déclenchement de la guerre en Ukraine, la Suède était déjà confrontée à une crise énergétique avant cela, à cause de la fermeture des centrales nucléaires.

Les perspectives économiques ne sont pas brillantes non plus.

En plus d'une inflation d'une ampleur jamais vue depuis trente ans, l'économie pourrait se contracter l'année prochaine, et selon les prévisions les plus optimistes, la croissance du PIB n'atteindra même pas 1 %.

La question de la migration est également à l'origine de tensions sociales de plus en plus graves, avec ses effets à la fois économiques et sociaux.

Le gouvernement est obligé de consacrer environ 10 % du budget central aux coûts liés à l'immigration, y compris aux 700 000 résidents issus de l'immigration, en âge de travailler,  qui ne peuvent ou ne veulent pas subvenir à leurs propres besoins.

L'intégration a été un échec complet, ce que le gouvernement a également reconnu, des sociétés parallèles se sont formées et le nombre de crimes violents liés presque exclusivement à des groupes criminels issus de l'immigration a dépassé l'imagination.
Cette année, par exemple, 47 personnes sont mortes à la suite de fusillades, ce qui est déjà un nombre plus élevé que l'ensemble des statistiques annuelles de l'année dernière.

Néanmoins, la primauté des sociaux-démocrates semble inébranlable.

Il y a quatre ans, ils obtenaient 28,3 %, et ils se situent actuellement à peu près à ce niveau, ce qui est évidemment aidé par le fait que sur les huit partis parlementaires, seuls les sociaux-démocrates bénéficient d'une présentation presque exclusivement positive de tout l'éventail des médias.
Le remplacement de l'ancien Premier ministre, Stefan Löfven, par Magdalena Andersson, devenue la première femme Premier ministre du pays, a permis de préserver et de restaurer leur soutien.

Le Premier ministre tout en évitant la confrontation, mais avec assurance, a retourné l'opinion de son parti et de la société suédoise contre l'hostilité à l'OTAN, et a soumis la candidature de son pays à l'organisation.

Elle a répondu à la crise énergétique par d'énormes subventions budgétaires pour les ménages et les entreprises, ce qui a évidemment été bien accueilli par les électeurs. En même temps, comme son prédécesseur, elle n'a pas su apporter une réponse efficace aux problèmes posés par la migration, même si elle avait promis lors de son élection qu'elle ferait tout son possible pour arrêter la vague de violence.

La restauration de l'ordre légal est inscrite dans les campagnes de tous les partis de droite, mais le sujet de l'immigration et de l'intégration ratée a vraiment été mis sur la table par les démocrates suédois pendant la campagne.

S'ils n'ont pas beaucoup changé dans leur programme et leur discours ces dernières années, leur soutien a maintenant atteint un tel niveau que le parti est incontournable. Ils ont réussi à ce qu'en plus de l'économie, leur agenda devienne le thème central de la campagne, auquel tous les partis ont été contraints de se rapporter et de mettre la question à l'ordre du jour. Ils ont dépassé le parti de droite historiquement le plus fort, les modérés, à mi-août, et ont pu maintenir la différence de 3 à 4 % depuis.

Dans le système politique suédois fragmenté et multi-partits, pas un, ni même deux partis ne peuvent former indépendamment un gouvernement. Actuellement, il y a quatre groupes de chaque côté ayant une chance d'y entrer.

Selon les données de jeudi, la différence entre les blocs de droite et de gauche est inférieure à la marge d'erreur statistique, et ce depuis longtemps.

La base du Premier ministre Magdalena Andersson est le Parti social-démocrate, le Parti de gauche, le Parti du centre et le Parti vert, les quatre représentent ensemble 49,1 %, tandis que les modérés, qui soutiennent le candidat de droite au Premier ministre Ulf Kristersson, le Parti chrétien-démocrate, les Démocrates suédois et le Parti libéral ont un total de 49,9% de soutien.

Toivo Sjörén, responsable des recherches de sondage Kantar Sifo: Nous ne pouvons pas dire quel bloc est en tête, les marges d'erreur sont plus grandes que la petite différence entre les deux côtés. Le combat était complètement équilibré.

Le spécialiste ne peut pas vraiment dire dans quel sens la balance penche, car la proportion de ceux qui décident pour qui ils vont voter dans les derniers jours est assez élevée, autour de vingt pour cent, et en plus, une partie des mécontents qui ont voté pour les démocrates suédois ne parlent pas de leurs intentions en raison de la discrétion suédoise.
Il y a aussi une chance que les libéraux, mesurés à cinq pour cent, ne reçoivent pas assez de voix et soient éliminés du parlement, ce qui profiterait clairement à la gauche, mais la même chose pourrait se produire dans l'autre sens, avec les verts.

Après les élections de 2018, il a fallu 129 jours aux sociaux-démocrates pour former un gouvernement. Si les résultats sont conformes aux sondages, il est concevable que le nouveau cabinet ne soit pas formé beaucoup plus rapidement cette année non plus.

La droite a de bonnes chances, mais elle aura certainement besoin de partenaires de coalition.

source: https://magyarnemzet.hu/kulfold/2022/09/svedasztalos-valasztas-svedorszagban

traduction: Albert Coroz

https://www.thelocal.se/tag/2022-swedish-election/

voir aussi: https://lesobservateurs.ch/2022/09/10/suede-selon-une-enquete-8-refugies-sur-10-ont-passe-des-vacances-dans-les-pays-quils-ont-fuis/

différents sondages: (notons que le Centre est compté tantôt pour la gauche, tantôt pour la Droite)

Px8akK5.png

 

3 commentaires

  1. Posté par miranda le

    Le problème des politiciens européens c’est qu’une bonne majorité vit HORS REALITE.

    Le peuple doit être loin de soi, fréquenté éventuellement lors de la cueillette des voies au moment des élections. Et la Suède comme beaucoup d’autres états, a cédé au plan américain d’immigration-invasion pour que le métissage ait lieu en Europe. L’Europe n’a plus le droit à ses origines, elle doit les enterrer dans le métissage.

    Les partisans de l’immigration n’ont jamais été intéressés par le fonctionnement humain. L’essentiel étant de faire entrer de la masse pour satisfaire aussi la caste du profit démesuré. Même si l’adaptation à un travail connaît un refus ou un ratage, comme c’est le cas présent en Suède..

    Et aussi, ce qui est inadmissible est que les autochtones paient le prix aujourd’hui, du malaise de non intégration de certains allochtones, malaise qui s’exprime dans une grande violence exercée contre l’autochtone.

    Il manque encore EN DROIT, la possibilité de traduire en justice nos gouvernants pour ces chaos migratoires et leur gestion débridée.

  2. Posté par antoine le

     » …la Suède était déjà confrontée à une crise énergétique avant cela, à cause de la fermeture des centrales nucléaires. »
    Cela me rappelle :
    – Fermeture de Fessenheim et relance du charbon en Allemagne ! Encore une décision POLITIQUE de M. Micron !
    – Fermeture de Mühleberg AVANT de constater que les EnR – Énergies renouvelables aient fait leurs preuves … Encore une procédure suite à l’adoption de la SE2050 de Mme Leuthard !
    La situation économiques actuelles et futures sont à mettre en parallèles avec les (in)compétences de nos gouvernements … (CF et les 7 nains) !

  3. Posté par Ral Bol le

    Et combien de millions en Suisse ???

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.