Hongrie : des opposants espionnés à l’aide d’un logiciel israélien?

 

Hongrie – Le site d’information hongrois Direkt36 révèle ce matin qu’une enquête journalistique internationale impliquant 17 journaux de gauche (dont le Washington Post, le Guardian, la Süddeutsche Zeitung, Die Zeit et Le Monde) aurait permis de découvrir que les autorités hongroises utiliseraient le logiciel Pegasus, développé par la société israélienne NSO, pour espionner des opposants au travers de leurs téléphones portables.

300 personnalités hongroises espionnées par un logiciel israélien ? 

Le réseau de journalistes aurait mis la main sur une base de données – ils ne disent pas comment – comprenant

« plus de 50 000 numéros de téléphone qui, selon les recherches dans le cadre de l’enquête, ont été sélectionnés par les clients de NSO comme cible d’observation depuis 2016 dans plus de 50 pays à travers le monde ».

Direkt36 nuance néanmoins en précisant que

« le fait qu’un numéro de téléphone apparaisse dans la base de données ne signifie pas nécessairement que Pegasus a été utilisé contre la cible ». 

Parmi les 50 000 numéros de téléphone potentiellement espionnés par le biais de Pegasus figurent 300 numéros de personnalités hongroises, dont :

  • quatre journalistes – Szabolcs Panyi et András Szabó, tous deux employés de Direkt36, Dávid Dercsényi, un ancien journaliste de Hvg et un quatrième ne désirant pas être cité,
  • Zoltán Varga, propriétaire du Central Media Group,
  • Attila Chikán, professeur d’économie et ancien ministre de l’Économie de Viktor Orbán,
  • Lajos Simicska, fils de l’ancien oligarque du même nom,
  • Adrien Beauduin, un activiste canadien, ancien étudiant de l’Université d’Europe centrale (CEU) qui fut arrêté lors d’une manifestation antigouvernementale en 2018.

Un logiciel fourni expressément avec « l’autorisation du ministère israélien de la Défense »

Direkt36 mentionne expressément qu’on ne sait « pas clairement qui a exactement déployé le logiciel espion » mais indique que

« plusieurs circonstances suggèrent fortement que les autorités hongroises ont utilisé le logiciel ».

Il ne précise toutefois pas ces circonstances si ce n’est que le logiciel en question ne peu, semble-t-il, n’être fourni qu’à des « gouvernements [ou] organisations gouvernementales » et expressément avec « l’autorisation du ministère israélien de la Défense ». La Hongrie aurait commencé à utiliser ce logiciel après des rencontres de haut niveau entre les gouvernements hongrois et israélien…

Convocation de la Commission parlementaire de la sécurité nationale

Suite à ces révélations, trois députés de l’opposition – János Stummer (Jobbik), Zsolt Molnár (MSZP) et Péter Ungár (LMP) – ont demandé que la Commission parlementaire de la sécurité nationale se réunisse en réunion extraordinaire et auditionne les membres du gouvernement compétents en la matière ainsi que les chefs des services concernés :

« Nous voulons des réponses détaillées à chaque suggestion de l’article, car si le gouvernement est incapable de réfuter les allégations sur le fond, nous les considérerons comme des faits »,

déclarent-ils. « De même, nous y verrons un aveu que soit les membres du gouvernement, soit les membres pro-gouvernementaux de la commission parlementaire boycottent la réunion ». En clair, l’opposition s’apprête à exploiter cette affaire, pour autant qu’il y ait bien une affaire à exploiter car l’implication du gouvernement de Viktor Orbán reste encore à prouver.

The post Hongrie : des opposants espionnés à l’aide d’un logiciel israélien? first appeared on Visegrád Post.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Un commentaire

  1. Posté par Vautrin le

    C’est un bobard lancé par la bande à Soros !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.