« 2020 » Réflexions, de Jon Ferguson

Francis Richard
Resp. Ressources humaines

Dans tout ce que j'écris, mon objectif est double: amener mes semblables à réfléchir et à apprécier la vie, c'est-à-dire à réfléchir sur leurs valeurs, leurs croyances, leurs vérités, leur existence et leur pensée... et à apprécier le simple fait que l'existence existe.

(PS II du 10 novembre 2020)

 

"2020" Réflexions est un journal que Jon Ferguson a tenu du 26 avril 2020 au 22 mai 2020, pendant la pandémie. Mais ce n'est pas un journal comme les autres.

 

Certes, il parle de l'époque particulière au cours de laquelle il écrit, mais il s'agit surtout, comme son titre l'indique, d'un ouvrage de réflexions sur la mort, la vie:

Maintenant, chaque jour, je pense à la mort. Elle est aussi réelle que la vie. J'avoue ouvertement que je ne sais pas ce qu'est l'une ou l'autre. La mort est un mystère. La vie est un mystère.

(2 mai 2021)

 

Pour ce qui concerne l'époque, il se montre las des stupidités qu'il entend (p. ex. la déformation médiatique de propos qu'il a entendus), ce qui heurte la raison:

Ces derniers mois, beaucoup de gens ont dit beaucoup de choses dommageables sur des sujets dont ils ne savaient rien ou presque.

(30 avril 2020)

 

Ce qu'il reproche aux médias et aux politiciens, c'est de ne voir que le côté négatif des choses, de nous avoir changés, d'avoir changé notre vision du monde.

 

Peut-être sont-ce ceux qui consomment les médias et écoutent les politiciens qui sont à blâmer. Encore que tout blâme est une erreur, puisqu'il va au fond de l'Être.

 

Plus que la pandémie de la Covid-19, Jon Ferguson redoute un virus d'une autre espèce, qui ne tue pas le corps mais fait des ravages dans l'esprit, le médiavirus:

C'est aux États-Unis d'Amérique qu'il [le MV-1] est le plus apparent et le plus évident, où deux souches vicieuses sont à l'oeuvre depuis des décennies, CNN-2 et FOXN-13.

(8 mai 2020)

 

Le médiavirus simplifie les choses, alors qu'elles sont toujours plus complexes qu'il n'y paraît; sans doute l'acceptons-nous parce que nous aimons simplifier. Exemple:

Au lieu d'être bombardés de chiffres de décès, nous devrions apprendre à connaître la complexité de la situation dans son ensemble. Cela pourrait réduire la peur et la panique.

(10 mai 2020)

 

Seulement la complexité des choses n'est pas complètement rassurante, car nous, les humains, nous n'aimons pas l'incertitude. Nous n'aimons pas ne pas savoir:

Si l'histoire de l'humanité a révélé une chose, c'est que nous croyons presque n'importe quoi tant que cela s'inscrit dans ce que nous pensons déjà.

 

Jon Ferguson aimerait que les gens ressentent l'émerveillement de l'Être, mais pas en étant prisonniers du mensonge: la vérité sur la vérité, c'est qu'il n'y en a point...

 

Francis Richard

 

"2020" Réflexions, Jon Ferguson, 112 pages, Dashbook (traduit de l'américain par Valérie Debieux)

 

Livres précédents chez Olivier Morratel Éditeur:

 

La dépression de Foster (2013)

La Bête (2015)

Les joyaux de Farley (2016)

 

Publication commune lesobservateurs.ch et Le blog de Francis Richard

Un commentaire

  1. Posté par antoine le

    Cela fait plaisir de constater que des gens instruits continuent de réfléchir !! Ouf !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.