Le professeur Raoult bouscule le système

post_thumb_default

 

Le professeur Didier Raoult fait parler de lui, ces derniers jours. Cet expert reconnu pour les questions d’infectiologie (discipline médicale spécialisée dans le traitement des maladies infectieuses) s’exprime souvent, car c’est une sommité, dans sa partie. C’est en outre un scientifique qui dérange, qui bouscule. On le présente comme ayant un fort ego, et plutôt un touche-à-tout. Cherche-t-il à se pousser du col à l’occasion de cette crise sanitaire ? Il dit avoir trouvé un remède, voire LE remède. Mais les choses ne se passent pas bien et il annonce qu’il se met en retrait du conseil scientifique récemment mis en place, et son nom est supprimé.

L’affaire est assez extraordinaire. Il s’agit d’une bataille publique d’experts, d’une bataille de scientifiques. Les politiques s’en mêlent également. Et les Français sont pris à témoins : ils sont habituellement invités à faire confiance aux scientifiques… mais ceux-ci s’écharpent en public ! Le professeur Raoult ne participera donc pas aux travaux du conseil scientifique, car selon lui ce conseil n’a rien d’un conseil stratégique.

La question qui pollue tout semble en fait de savoir si la chloroquine est un traitement approprié face au virus. L’équipe de Raoult, à l’Institut Hospitalo-Universitaire Méditerranée teste actuellement cette molécule, efficace contre le paludisme, sur des malades du coronavirus. Raoult affirme que ses premiers essais cliniques sont concluants.

Si l’heure est vraiment aussi grave qu’on nous le dit (et la litanie quotidienne des morts et des malades en réanimation semble bien l’indiquer), on ne voit pas bien ce que les polémiques viennent faire dans cette affaire. Tous les moyens doivent être mis en œuvre, et au diable les protocoles lourds et chronophages des essais cliniques de phase 1, phase 2 etc. ! Fort du soutien de Donald Trump (19 mars), fort de l’engagement de politiques français comme Bruno Retailleau, le chercheur compte avancer très vite et administrer son remède à des patients gravement atteints. Le ministre de la Santé hésite à donner un feu vert, ou alors assorti de nombreuses réserves, et quand il aura publié un arrêté sur le sujet.

« De toute façon, qu’est-ce qu’on risque ? Les gens meurent. »

A gauche, les avis sont pour le moins partagés. Le professeur Raoult a mauvaise réputation à la CGT, car ses collaborateurs sont loin de respecter les 35 heures. Les écologistes lui reprochent d’avoir émis des doutes sur la théorie du réchauffement de la planète. Par ailleurs il conteste l’approche gouvernementale dans son ensemble : la politique de confinement et, en parallèle, la non-systématisation des tests. Mais paradoxalement, c’est lui, le trublion, qui semble avoir une vision claire des voies à emprunter, alors que les aréopages d’experts qui entourent Macon et le ministre Véran envoient à longueur de journée des signaux contradictoires.

L’homme n’est pas un charlatan, loin s’en faut. Peut-être se trompe-t-il ? Peut-être son échantillon de référence, pour les tests, est-il insuffisant, voire non probant ? Mais comme le dit le sénateur Retailleau : « De toute façon, qu’est-ce qu’on risque ? Les gens meurent. »

Confiant dans ses solutions, dans les résultats à venir, Raoult secoue le cocotier avec la vigueur des prophètes. Il semble en passe d’arriver à ses fins, sur le plan de la mise en œuvre de ses préconisations. Reste à espérer qu’elles soient les bonnes. •

Cet article Le professeur Raoult bouscule le système est apparu en premier sur Présent.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

2 commentaires

  1. Posté par Socrate@LasVegas le

    Règle d’or pour comprendre la politique des lobbyistes, maîtres es compromission s’étant hissés au pouvoir et entendant bien percevoir le plus longtemps possibles leur rente de situation:

    TOUJOURS CHERCHER A QUI PROFITE LE CRIME

    Le Pr.Raoult propose un traitement efficace et bon marché sans avoir, lui, rien à y gagner puisque ces médicaments existent déjà.

    Pourquoi donc A.Buzyn-Lévy a fait mettre l’hydroxy-chloroquine (qui est moins problématique que la chloroquine!) sur la liste des substances vénéneuses justement le 13 janvier 2020 alors que cette molécule est utilisée depuis des dizaines d’années?

    Cela ressemble au début discret du discrédit de ce médicament archi-connu…au profit de l’industrie des vaccins (au contenu OPAQUE!)?

  2. Posté par antoine le

    La CGT à la cage ! Bande d’ignares !
     »Le professeur Raoult a mauvaise réputation à la CGT, car ses collaborateurs sont loin de respecter les 35 heures »
    Actuellement, on bosse pour sauver des vie et trouver des solutions.
    La CGT ne crée que des problèmes, devrait faire profil bas et surtout laisser le Dr Raoult et son équipe faire leur travail sans leur mettre les bâtons dans les roues !
    Pour plus d’information : Malaria- Chloroquine et coronavirus
    https://www.dreuz.info/2020/03/24/jai-voulu-savoir-si-la-chloroquine-evite-le-coronavirus-chinois-jai-enquete-jai-la-reponse/comment-page-1/#comment-836263

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.