Ruud Koopmans, sociologue : « Le désintérêt concernant l’oppression des minorités religieuses, des apostats, des femmes et des homosexuels dans le monde islamique est choquant »

Ruud Koopmans est professeur de sociologie et de recherche sur les migrations à l'université Humboldt et dirige le département de migration, d'intégration et de transnationalisation au centre de recherche en sciences sociales de Berlin (WZB).

Le fondamentalisme islamique détruit les sociétés musulmanes, selon le sociologue Ruud Koopmans.

Professeur Koopmans, pourquoi critiquez-vous, en tant que spécialiste des sciences sociales, une religion mondiale qui compte près de deux milliards de croyants dans votre nouveau livre "Das verfallene Haus des Islam" ?

Je ne suis pas islamophobe, mais critique envers l'Islam. Je ne critique pas l'Islam en tant que religion mondiale. Je critique la montée du fondamentalisme dans le monde islamique au cours des 40 dernières années. 1979 a été une année cruciale pour la propagation du fondamentalisme islamique, avec la révolution islamique en Iran, l'attaque de la grande mosquée de La Mecque et l'invasion de l'Afghanistan par l'Union soviétique. C'est la raison pour laquelle les pays islamiques sont de plus en plus profondément en crise.

Quels critères utilisez-vous pour déterminer cette crise ?

Une question très importante est celle de la démocratisation. Depuis les années 1960 et 1970, la démocratie a fait de grands progrès dans le monde entier - par exemple en Europe du Sud ou en Amérique latine. Mais le nombre de démocraties dans le monde islamique a diminué au cours de la même période. Aujourd'hui, seuls deux pays islamiques sont des démocraties : le Sénégal et la Tunisie.

Quels sont vos autres critères d'évaluation ?

J'ai ensuite examiné la situation des droits de l'homme dans les pays islamiques, les droits des femmes, des homosexuels et des minorités religieuses. Dans tous ces domaines, la situation dans les pays islamiques s'est détériorée au cours des dernières décennies : Dans les statistiques internationales, ils se classent en dernier.

Vous n'avez trouvé aucun signe d'espoir ?

Du moins, pas dans le domaine de l'économie. Les nations industrielles qui réussissent se trouvent presque exclusivement en dehors du monde islamique. J'ai comparé l'Égypte et la Corée du Sud, par exemple, deux pays qui se trouvaient à un niveau économique similaire au début des années 1970. Depuis lors, la Corée du Sud a rattrapé la prospérité occidentale, tandis que l'Égypte est aujourd'hui en plus mauvaise posture que la plupart des autres pays.

N'y a-t-il pas d'autres raisons au retard des pays islamiques - par exemple, l'héritage du colonialisme ?

J'ai examiné d'autres explications et je suis arrivé à la conclusion suivante : Elles ne sont pas à la cause de la différence entre les pays non islamiques et les pays islamiques. Ces derniers n'ont souvent pas été colonisés - comme l'Iran ou la Turquie - ou seulement très brièvement - comme la Syrie et l'Irak. J'ai été surpris par le résultat de ma propre enquête. Celle-ci a montré que de nombreux pays qui ont été colonisés pendant un laps de temps plus long sont maintenant mieux lotis que d'autres en termes de droits de l'homme et de démocratie, parce que certaines institutions et valeurs ont été diffusées. Bien sûr, cela ne signifie pas que je souhaite justifier le colonialisme rétrospectivement.

[...]

Comment le monde universitaire et le public ont-ils traité vos conclusions sur l'Islam jusqu'à présent ?

Malheureusement, il y a très peu de volonté de reconnaître le rôle de la religion. Le désintérêt concernant l'oppression des minorités religieuses, des apostats, des femmes et des homosexuels dans le monde islamique est choquant. C'est l'une des principales raisons pour lesquelles j'ai écrit ce livre. Il existe une forte tendance dans la politique et les médias à nier l'importance de la religion dans ces problèmes. C'est exact dans la mesure où l'"Islam" n'existe pas. Mais ces problèmes ont également une dimension religieuse qui ne peut être niée.

[...]

(Traduction libre Christian Hofer pour Les Observateurs.ch)

Tagesspiegel.de

 

 

3 commentaires

  1. Posté par Bussy le

    Le désintérêt concernant l’oppression des minorités religieuses, des apostats, des femmes et des homosexuels dans le monde islamique s’explique simplement par le fait que les élites occidentales sont islamos-collabos, par bêtise, par corruption, par idéologie ou envie de suicide.

  2. Posté par Dominique le

    Parlons vrai, tant que des personnes pratiqueront l’islam-idéologie de leurs textes « sacrés » et imitent leur modèle le messager Mahomet le bien loué, rien de changera!

  3. Posté par Sertorius le

    ‘Je ne suis pas islamophobe, mais critique envers l’Islam. Je ne critique pas l’Islam en tant que religion mondiale. Je critique la montée du fondamentalisme…’

    L’auteur n’apprécie pas le fait que l’Islam qui est prinipalement instruite à travers le monde sunni est du wahabisme qui est l’interprétation la plus stricte de l’Islam. De plus, Mohammed avec son neveu Ali et so confidant Abu-Bakr ont propager leur culte par la force, le vol, et la coercion.

    ‘Aujourd’hui, seuls deux pays islamiques sont des démocraties : le Sénégal et la Tunisie.’

    Faux. La Turquie est un état démocratique malgré les tendances tyranniques d’Erdogan.

    ‘Bien sûr, cela ne signifie pas que je souhaite justifier le colonialisme rétrospectivement.’

    Mais il le fait desormais. Demande t’il lui aussi à quoi ont servi les Romains?

    https://www.youtube.com/watch?v=Qc7HmhrgTuQ

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.