Série RTS: « Section, Marche! »: immersion à l’école de recrues

Chapitre 01 - En marche avec quatre recrues

Comment se déroule une école de recrue et comment les jeunes soldats la vivent-ils ? Pour tenter de répondre à ces questions, le réalisateur Frédéric Favre a intégré une compagnie de la caserne de Colombier (Neuchâtel). Pendant 18 semaines, il a suivi quatre recrues: trois hommes (Bilenga Matadi, Alan Alessandri' et Khaled Alhamaideh) et une femme (Margaux Camera). Il a aussi donné la parole au commandant de la compagnie (Abdoulaye Diallo) et à un lieutenant (Sebastian Monterrubio).

A travers leurs yeux, le téléspectateur découvre l'une des unités militaires les plus rigoureuses, celle des fusiliers fantassins. Discipline et endurance sont leurs maîtres mots, mais l'esprit de camaraderie n'est jamais bien loin pour alléger les moments difficiles.

> Voir le 1er épisode "Garde à vous":

Plus de 19'400 personnes ont fait l'école de recrues en 2019. Ce chiffre représente environ 69% des personnes recrutées. Le reste des hommes appelés sous les drapeaux ont fait de la protection civile (9%), du service civil (20% en moyenne) ou se sont acquittés de la taxe.

Chapitre 02 - Une armée multiculturelle

Véritable miroir de la société, l'armée est devenue un foyer extrêmement multiculturel. Le Département fédéral de la défense ne dispose de chiffres ni sur les binationaux ni sur les pratiques religieuses. Néanmoins, le porte-parole Daniel Reist relève que l'armée compte dans ses rangs des représentants de nombreuses religions, comme des juifs, des musulmans, des hindous, des sikhs, etc.

L'armée assure appliquer "la tolérance zéro" contre l'extrémisme. A cet effet, un service a été créé en 2002 pour soutenir les éventuelles victimes de discrimination et former les cadres à la prévention contre l'extrémisme. Les pratiques alimentaires sont respectées. "On essaie d'être souple autant que possible", assure le porte-parole Daniel Reist. Quant au voile, il a été porté pour la première fois en 2018 par une soldate qui accomplissait son école de recrue.

A noter encore que, même si le service en charge des affaires religieuses ne compte actuellement que des aumôniers chrétiens, il pourrait accueillir en théorie d'autres aumôniers.

> Lire: Le port du voile compatible avec le règlement vestimentaire de l'armée

Chapitre 03 - Une école de la discipline

L'école de recrue est une immersion dans l'ordre et la discipline militaire. Pour certains, il n'est pas toujours aisé de respecter ce cadre. C'est le cas pour la recrue Alessandri'.

> Voir le 3e épisode "Tous pour un":

Environ 1% des recrues sont suspendues de leur service pour des raisons administratives (punition). Pour aider les jeunes à se préparer mentalement comme physiquement au service militaire, l'armée a lancé cette année une application.

Lire: L'armée lance une application pour préparer les jeunes au service militaire

Chapitre 04 - Blessé en habits militaires

Les ampoules au pied constituent la blessure la plus courante à l'armée. Mais certaines sont moins légères, comme le constate la recrue Matadi, qui s'est déchiré les ligaments d'une cheville lors d'une marche. Pour ce soldat motivé, le pire de cette mésaventure n'est pas la douleur physique mais la frustration d'être exclu des exercices. Voir le 4e épisode "Un pour tous":

> Voir le 4e épisode "Un pour tous":

Chapitre 05 - Femmes à l'armée

[...]

Chapitre 06 - Le succès du service civil

[...]

Chapitre 07 - Quel avenir?

[...]

vidéos et article complet:

 

Un commentaire

  1. Posté par Bussy le

    On va se marrer quand ça tournera mal et que ça finira par toucher aussi les bobos bien-pensants dans leur petit monde monoculturel et qu’ils appelleront l’armée à la rescousse……
    Le service en charge des affaires religieuses pourrait accueillir des aumôniers d’autres religions…. pourquoi « religions » au pluriel, on sait déjà laquelle postule !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.