Manipulation idéologique, un cas d’école

Stéphane Montabert
Suisse naturalisé, Conseiller communal UDC, Renens

Dans le Canton de Vaud, un professeur d'école "dérape": il invite ses élèves à encourager leurs parents à voter pour son candidat favori à l'élection complémentaire pour la Municipalité de Rolle, explique 24Heures.

"Difficile de s’imaginer la scène tellement elle paraît surréaliste", prétend le journaliste de service. Au contraire, bien au contraire.

L'affaire remonte à 2016.

[Un enseignant de français] a fait la promotion de son candidat favori à des élèves du secondaire pendant un cours de français. Comme ceux-ci n’ont pas le droit de vote, le prof les a invités à encourager leurs parents à glisser dans l'urne la liste du socialiste Philippe Blaser. Il aurait même promis des carambars en guise de récompense.

Que tous ceux qui s'étonnent que le candidat favori du professeur soit socialiste lèvent la main... L'histoire se finit "bien" puisque le candidat PLR l'a quand même emporté avec 160 voix d'avance. Et puis le professeur s'est excusé dans une lettre envoyée aux parents. L'antenne locale du parti en profite pour étaler sa magnanimité - ou sa pusillanimité, on ne sait pas:

"Nous ne voulions pas faire toute une histoire pour des carambars", assure Christian Hay, [président] de la section locale. (...) Nous nous étions mis d’accord de la laisser couler. Nous ne voulions pas attaquer l’enseignant mis en cause car il est excellent, d’une qualité supérieure à la moyenne."

...Et honoris causa en sciences politiques, sans doute.

Aujourd'hui, on "s'étonne" du bruit autour de cette affaire lorsqu'une élue PLR, Josephine Byrne Garelli, se permet de relater les faits devant l’Exécutif communal. M'est avis que cette histoire n'a rien d'une anecdote si elle termine entre les pages d'un quotidien.

On eut aimé découvrir la réaction généreuse du PLR si son candidat avait été battu d'une dizaine de voix.

On eut aimé découvrir la réaction généreuse des autorités, des médias et de l'administration scolaire si le professeur avait fait ainsi campagne pour un candidat de l'UDC.

Rien de bien grave, apparemment, à ce qu'un individu politiquement engagé profite de la relation de pouvoir dont il dispose de par son poste de professeur pour imposer son idéologie à ses élèves. Rien de grave à ce qu'il essaye d'acheter des votes, fut-ce avec des bonbons. Rien de grave à ce qu'il encourage des enfants à influer sur les choix politiques de leurs parents.

Le professeur n'a pas été autrement inquiété. Il a juste compris qu'il devrait désormais se montrer un peu plus subtil dans sa démarche. Mais ce n'est qu'un excès de plus entre un autre prof de français à Genève ou la manifestation obligatoire pour le climat... Sans que les responsables n'aient à souffrir de la moindre conséquence.

endoctrinement.jpeg

Rares sont les affaires qui parviennent à franchir le brouillard médiatique ; mais intéressez-vous aux livres scolaires et aux cours de vos enfants, c'est édifiant.

Stéphane Montabert - Sur le Web et sur LesObservateurs.ch, le 5 janvier 2019

10 commentaires

  1. Posté par Mandon Jack le

    Depuis que la société est organisée en mode de l’avoir, nous sommes tous des enfants, si l’on y prend garde, manipulés par le pouvoir d’état, les médias et autres jeanfoutres. Le pire c’est que cela semble vous étonner.

  2. Posté par leherisson le

    Dans les années 80, en France, mon fils avait une prof de maths qui enseignait plus le communisme que les maths. Ça a donné à mon fils une éternelle détestation non pas des maths, mais du communisme…

  3. Posté par combattant le

    La suisse à un incroyable TALENT de gôches,vert caca vert pomme. J’enrage de laisser aller à l’école ( qui est une école de LAVAGE ET DE GAVAGE de nos écoliers.Typiquement L’EX URSS dans ce pays NEVROSE !Rebâtir un mur,promouvoir le Goulag,les merdias de propagande nous les avons déja,( financé par les contribuables qui voulait garder les Coup de Coeur d’Alain Morisod qui finalement à été remercié épar cette GÔCHES ( émission peut-être trop polluante pour la greta carbonne et ses disciples à la charge pour la plus part de leurs parents,car planqués aux études.Travailler dur pour gagner sa croûte,ce n’est pas en étant dans la rue qu’on va pouvoir faire bouffer sa famille et payer l’ impôt Billag & Serafe qui finance quoi au JUSTE,la division,la haine de soi,l’inutilité d’une existence décadente,précaire,les AUTRES D’ABORD mot d’ordre de ces GOUROUS.Pour des carambars,je ne retournerai pas à l’école pour tous les demeurés de ce monde ! C’ETAIT MIEUX AVANT !

  4. Posté par Dominique le

    Je ne suis pas du tout d’accord avec cette mansuétude. Cette corruption qui consiste à acheter des votes comme dans une république bananière, même si ce n’est qu’avec des calambars, doit non seulement être dénoncée mais punie avec sévérité. De plus la condamnation doit être alourdie parce que cette enseignante était en position de pouvoir sur ces élèves. C’est ainsi que commence la corruption qui finit avec un président élu « démocratiquement »qui vole des milliards comme tel Martinelli au Panama.

  5. Posté par Nathalie le

    Et comment ça va se passer maintenant avec la loi sur la laïcité qui impose un enseignement du « fait religieux  » à l’école ? Qui va surveiller ce qui se passe dans les classes ? Quels parents vont oser se plaindre, si les professeurs font la promotion d’une religion qui interdit qu’on la critique ? Des élèves sortent de l’école obligatoire sans les connaissances de base mais on va leur faire de l’enseignement du « fait religieux » !!!!

  6. Posté par Istvan le

    Ancien prof’ à Genève, je ne puis que confirmer les dires de Monsieur Montabert : près des 90% des profs votent à gauche, ou pour l’écologie politique. Les récentes manifs pour le climat en Suisse romande sont le résultat de grandes manipulations des jeunes esprits, ceci n’étant dénoncé que par peu de gens… A quand un vrai débat sur « l’urgence climatique » qu’on veut nous imposer partout ? Avec des invités comme François Gervais, Claude Allègre ?

  7. Posté par Bussy le

    Un enseignant d’une qualité supérieure à la moyenne….. elle doit être bien basse la moyenne alors, et avec les ados c’est des carambars… et avec les adultes, c’est quoi pour eux ?

  8. Posté par Aristocle le

    Un prof qui aurait fait cela en faveur d’un candidat udc serait exclu de l’enseignement et envoyé au tribunal. Puis l’affaire ferait l’objet de la une du 19:30 de la RTSocialiste présenté par le fourbe Philippe Revaz, d’un sujet à charge dans « Mise au point » avec une interview de la ministre des écoles dans « Pardonnez-moi » du mondialiste Krochebine. A la radio, au moins une demi-heure de Forum serait consacré au scandale.

  9. Posté par Antoine le

    Le formatage de la pensée est en marche ! Et ceci dure depuis des décennies !
    La gôche a pris le pouvoir dans l’enseignement.
    Pour quelles raisons n’y aurait-il pas un tournus égalitaire entre la gôche et la droite à la tête de ce département de l’instruction publique ?

  10. Posté par Christian Hofer le

    Ce n’est évidemment que la pointe de l’iceberg.

    En 2014, les jeunes UDC désiraient que les élèves puissent dénoncer la propagande politique des professeurs. Bien entendu, tous les médias ont critiqué cette méthode, exhibant des « responsables outrés ». Le déni comme seul argument. Lorsqu’il est question des socialistes, on « laisse couler » alors que nombre de politiciens de gauche ne se gênent jamais pour pratiquer leurs coups bas (cf éviction de Blocher). Les socialistes doivent bien rire d’une telle naïveté.

    https://www.tdg.ch/suisse/jeunes-udc-lancent-appel-delation/story/23934046

    Or toute politisation est interdite dans nos écoles, spécifiquement dans le canton de Vaud :

    Article 8 et 9 sur l’enseignement obligatoire :

    https://www.vd.ch/fileadmin/user_upload/themes/formation/sante_scolaire/fichiers_pdf/Loi_sur_l_enseignement_obligatoire__LEO_.pdf

    Pour quelle raison n’y a-t-il eu aucune suite judiciaire à l’encontre de ce professeur? Font-ils semblant de ne pas connaitre la loi?

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.