Pékin sanctionne les Etats-Unis après l’adoption d’une résolution controversée sur Hong-Kong

post_thumb_default

 

Le ton monte entre la Chine et les Etats-Unis. Ce 27 novembre, le président américain Donald Trump a promulgué une résolution menaçant de suspendre le statut économique spécial de Hong Kong si Pékin ne respectait pas les droits fondamentaux des manifestants. Malgré l'assurance de son «respect pour le président Xi, la Chine, et le peuple de Hong Kong», la décision de Donald Trump a provoqué la colère de Pékin, qui a qualifié le texte d'«abomination absolue» et l'assimile à une tentative d'ingérence. En réponse à Washington, la Chine a annoncé ce 1er décembre l'adoption d'une série de mesures de rétorsion.

Pékin interdit l'accès au port de Hong Kong aux navires de guerre américains

Parmi ces mesures, figure notamment l'interdiction aux navires de guerre américains de stationner dans la rade de Hong Kong. La Chine autorisait jusqu'alors la marine des Etats-Unis à mouiller dans le port afin de permettre à son personnel de se reposer dans la ville.

La dernière de ces visites a eu lieu en avril 2019, soit deux mois avant le début des manifestations à Hong Kong. En août 2019, les autorités chinoises ont refoulé deux navires de guerre américains.

Pékin prévoit par ailleurs d'«imposer des sanctions aux ONG qui se sont mal comportées» à Hong Kong, selon Hua Chunying, la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

Parmi les ONG sanctionnées, on trouve notamment la National Endowment for Democracy (NED). La National Endowment for Democracy est accusée par ses détracteurs d'être un outil de l'ingérence américaine. Elle a notamment été critiquée pour son soutien aux révolutions de couleurs en Europe de l'Est, ainsi qu'à des mouvements d'opposition en Chine, en Russie, au Nicaragua, à Cuba ou au Venezuela. Certains de ses détracteurs, à l'image du journaliste américain William Blum, accusent en outre la NED de constituer une vitrine de la CIA.

Financée par de riches donateurs, pour la plupart américains, Human Rights Watch (HRW) figure également sur la liste des organisations sanctionnées par Pékin, de même que l'organisation Freedom House, organisation se présentant comme défendant la démocratie, financée en partie par le gouvernement américain .

Hua Chunying a accusé ces organisations d'avoir «fortement instigué des activités criminelles extrêmement violentes [à Hong Kong]».

Lire aussi : Sous la pression des ONG, la France renonce à livrer six navires à la Libye

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.