Birmingham (G-B) : Durant 23 ans, le conseil municipal a caché les liens entre chauffeurs pakistanais et filles blanches victimes d’actes sexuels

Une enquête révèle que le rapport d'une chercheuse a été "enterré" par le conseil.

Les autorités ont demandé à la chercheuse Jill Jesson d'examiner la question de la prostitution des enfants impliquant des filles prises en charge par les services sociaux en 1990.

L'année suivante, après six mois de recherche, elle a produit un rapport critique en deux parties qui montrait les lacunes des travailleurs sociaux et d'autres organismes en matière de protection des enfants.

Son rapport met également en lumière des allégations selon lesquelles certains chauffeurs privés asiatiques seraient liés à l'exploitation sexuelle de jeunes filles blanches ayant déjà reçu un avertissement pour des infractions liées à la prostitution.

Fait incroyable, son rapport final n'a jamais été publié. Une réunion prévue pour en discuter a été annulée - et toutes les copies ont été détruites.

Le Birmingham Mail a retrouvé la Doctoresse Jesson, une universitaire respectée et ancienne professeure de l'Université Aston. Elle parle de ce rapport pour la première fois. "J'ai été engagée pour faire ce travail parce qu'ils pensaient que je serais objective ", déclare-t-elle. "On m'a dit de révéler ce que j'ai vu. Je l'ai fait - et certaines personnes n'ont pas aimé.

"Il y avait un lien entre les abus sexuels de ces filles et les chauffeurs privé de la ville. A l'époque où j'ai fait mon travail, je pensais qu'il y avait un problème de race. La plupart des filles étaient blanches. On m'a demandé de retirer ce lien, de l'effacer."

Les récents scandales d'exploitation sexuelle des enfants à Rotherham et à Rochdale ont révélé comment de jeunes filles blanches ont été maltraitées par des gangs d'hommes "asiatiques". Selon un rapport officiel publié à Rotherham, où jusqu'à 1 400 victimes ont été victimes d'abus écoeurants, de nombreux délinquants étaient des chauffeurs privés.

La Doctoresse Jesson a déclaré : « Chaque fois qu’un nouvel élément a été publié au sujet de jeunes filles logées abusées sexuellement, et de liens avec les chauffeurs privé, je me suis dit « Je leur en ai parlé en 1991, mais ils n'ont pas voulu le reconnaître ».

"Je pense que le problème s'est aggravé avec le temps."

[...]

"Le rapport devait être présenté lors d'un séminaire pour discuter de la politique du conseil en matière de protection de ces filles. Il s'agissait d'établir si la politique menée correspondait au problème. Mais le rapport a été mis de côté, enterré, il n'a jamais été rendu public. J'ai été choquée d'apprendre que des copies du rapport devaient être détruites et que rien d'autre ne devait être dit."

(Traduction libre Schwarze Rose pour Les Observateurs.ch)

Birminghammail.co.uk

Note du Larousse : "Les Britanniques emploient le mot Asian pour désigner les habitants de l'Inde et des pays limitrophes ; ainsi, l'expression the Asian community in Birmingham fait référence aux personnes d'origine indienne, pakistanaise et bangladaise qui habitent Birmingham."

Dans le cas-ci, il est évidemment question de Pakistanais puisque l'article fait référence à Rotherham  et à Rochdale.

 

 

 

3 commentaires

  1. Posté par Dominique le

    Abject.

  2. Posté par miranda le

    Et après cela, la manière de se justifier est toujours : nous aurions été considérés comme racistes.
    Balivernes que tout cela. Les ultra libéraux crypto-communistes se désintéressaient totalement des masses laborieuses britanniques d’origine et on pourrait presque dire, heureux de voir ces classes SOMBRER. Alors que ces classes et leurs enfants soient pris aux pièges de mafieux ou d’abusifs, ils n’en avaient rien à foutre.
    En plus ils étaient dans une période « d’ouverture aux travailleurs détachés de l’Est ». Donc il fallait « affaiblir » les classes laborieuses », dans la maltraitance, jusqu’à ce qu’elles ne sachent plus réagir.
    Et après cela les classes privilégiés d’Angleterre s’étonnent que les classes maltraitées aient voté pour le BREXIT. Les BOBOS se ressemblent décidément partout.

    Et l’autre scandale qui a « occupé » les britanniques est le « kidnapping » d’enfants par les services sociaux, qui sans enquête approfondie, privaient définitivement les parents de leurs petits. Un soupçon de maltraitance et c’en était fini pour les parents. Même quand des blessures apparentes sur le corps d’un enfant étaient attribuées à une maladie réelle « la maladie des os verre ». Des parents dont un enfant était victime de cette maladie ont vu la totalité de leur fratrie être adoptée, avant toute possibilité d’enquête et ne les ont jamais revus après que la vérité fut faite. Et ils furent plusieurs dans ce cas.

    Et pourquoi cela a-t-il duré dans le temps ? Parce que les finances des services sociaux étaient liés AU CHIFFRE A PRODUIRE d’enfants supposés maltraités. L’assistance publique devait fonctionner comme « une entreprise  » pendant la très libérale Mme Thatcher .

    Notre époque, CELLE DU CHIFFRE, DE LA RENTABILITE, n’a pas fini de produire des victimes. C’est ainsi que les Mondialistes financiers qui veulent se substituer aux gouvernements, sur cette terre, VOIENT LE MONDE. Et nos collabos, les suivent.
    https://www.huffingtonpost.fr/2013/01/14/scandale-services-sociaux-abus-enfants_n_2472295.html

  3. Posté par Antoine le

    Classement vertical :
    « On m’a dit de révéler ce que j’ai vu. Je l’ai fait – et certaines personnes n’ont pas aimé »
    Le conseil municipal de Birminghan est COMPLICE.
    Y aura-t-il enquête ?
    Procès ?
    Condamnation ?
    Ils se tiennent tous par la barbichette et se protègent mutuellement !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.