PETITION: How dare YOU interfere in our federal election, Greta Thunberg!

Cenator : Dans cet article du Guardian, on voit Greta Thunberg à la tête d’une manifestation organisée à Montréal le 27 septembre en pleine campagne électorale canadienne :

La Suédoise a aussi participé à une manifestation à Edmonton à quelques jours des élections du 21 octobre, comme le rappelle cet autre article, également en anglais, qui parle des diverses manifestations pour le climat organisées pendant la campagne.

Même immixtion chez nous en Suisse, où Greta s’est rendue deux fois en cette année électorale.

******

Grégory ROOSE a lancé cette pétition adressée aux Nations Unies (Monsieur le Secrétaire général)

Ras le bol du phénomène «Greta Thunberg» ?
Demandons sa protection par les Nations-Unies !

La jeune suédoise de 16 ans a des convictions, c’est une certitude. Mais ses parents irresponsables laissent leur fille, atteinte d’une forme d’autisme, sécher les cours chaque vendredi et parcourir le monde pour « sauver le climat », au détriment de sa santé physique et mentale.

Derrière des moments forts mis en valeur par les médias, on trouve un petit génie suédois des « public-relations », Ingmar Rentzhog, impliqué dans le développement du capitalisme vert. Lorsqu’elle n’avait que 15 ans, des adultes ont propulsé Greta Thunberg sur la scène médiatique internationale pour en faire la nouvelle icône de la lutte contre le réchauffement climatique. La réussite marketing est indiscutable. Mais qui s’interroge sur la souffrance que cette enfant, atteinte d’une forme d’autisme, peut endurer pour assurer le rôle d’égérie de l’écolo-catastrophisme voulu par d’autres ?

L’envers du conte de fées est donc bien moins joli : Greta Thunberg est instrumentalisée par des adultes qui ont tout à gagner à la surexposer médiatiquement.

Cette hystérie collective autour du phénomène Greta pose la question sensible des droits de l’enfant. Ceux de la jeune suédoise Greta Thunberg sont-ils respectés ? Il faut craindre que non. 

J'ai donc décidé de lancer cette pétition pour demander au Nations Unies de faire respecter la convention internationale des droits de l’enfant et de faire cesser l’exploitation de la jeune Greta, atteinte d’une forme d’autisme, avant qu’un drame ne se produise.

[…] Je soulève notamment les articles suivants:

Article 32
1. Les Etats parties reconnaissent le droit de l’enfant d’être protégé contre l’exploitation économique et de n’être astreint à aucun travail comportant des risques ou susceptible de compromettre son éducation ou de nuire à sa santé ou à son développement physique, mental, spirituel, moral ou social.

Article 36
Les Etats parties protègent l’enfant contre toutes autres formes d’exploitation préjudiciables à tout aspect de son bien- être.

La jeune Greta Thunberg semble être la marionnette d’adultes qui ont un intérêt à valoriser son image de « sauveuse du climate ».

Cette pétition demande à l’assemblée générale des Nations unies de faire respecter les droits de Greta Thunberg en exigeant de la Suède qu’elle prenne toutes les dispositions nécessaires pour mettre en oeuvre la protection de cette jeune fille.

Si vous pensez que la place de Greta est davantage sur les bancs de l'école que dans les mains d'adultes mal intentionnés, signez et partagez cette pétition !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.