Italie : Expulsés, des migrants sont déjà de retour et savourent l’absence de Salvini « En Tunisie, on sait que Salvini est parti »

Matteo Salvini déclare sur son Facebook :

"Expulsés à cause de Salvini, ils sont déjà de retour. Et avec le nouveau gouvernement [italien], de nombreux migrants sont prêts à partir de Tunisie pour venir en Italie."
C'est de la folie !
Honte à vous Conte, vous être en train de ruiner l'Italie !

 

 

La vidéo : 2000 migrants sont arrivés en Italie rien que pour le mois de septembre.

 

- Le migrant : "Je suis venu en 2011. Ils m'ont expulsé en 2019. Je possédais un permis de séjour. Puis j'ai participé à une bagarre et ils m'ont dénoncé. Parce qu'à cette époque, il y avait Salvini.

- La journaliste : "A présent, Salvini n'est plus là."

- Le migrant : "Je sais qu'il n'est plus là et j'en suis content."

- La journaliste : "Selon toi, est-ce qu'en Tunisie, ils savent que c'est mieux maintenant?"

- Le migrant : "Bien sûr. Et il y en a de plus en plus qui partent. Chaque jour."

[...]

 

 

(Traduction libre Schwarze Rose pour Les Observateurs.ch)

 

Rappel :

Vidéo inédite des magouilles entre Merkel et Guiseppe Conte (politicien italien) pour piéger Salvini

 

5 commentaires

  1. Posté par miranda le

    Ces intrusions migrations sont comme une plaie qu’on ne veut jamais laisser se cicatriser.
    Nos élites européennes paieront bien un jour pour le plan diabolique qu’elles veulent absolument faire aboutir pour éteindre les nations européennes.

    Nous sommes contraints d’absorber la démographie de l’Afrique parce que l’Afrique ne sait pas faire « l’enfant rare » pour que celui-ci ait une certaine qualité de vie. Alors on s’en remet aux autres, aux pays européens qui doivent assumer l’incontrôlable démographie de cette Afrique, instrument intéressant pour nos élites dans la mesure où elles contribueraient à l’affaiblissement des peuples européens.

    Et nos élites laissent la situation s’aggraver tout en laissant croire comme un certain Mr Attali que la nécessité de « décomposer les nations européennes » serait (en citant Yves Mamou) : » la garantie d’expurger les démons identitaires des Allemands, de raboter les poussées chauvinistes des français, de dissoudre les épopées nationales des espagnoles ou des néerlandais. Les élites françaises et européennes ont entrepris de déconnecter Histoire et populations. Ainsi en France, l’enseignement de l’Histoire a été pulvérisé dans sa chronologie et le « roman national » a fait l’objet de dénigrements systématiques ».
    https://ripostelaique.com/le-mondialiste-attali-la-haine-disrael-et-des-etats-nations.html

    Parce que nos élites mondialistes, elles, n’ont pas un DEMON qui les dévore de l’intérieur? Reprocher les fautes et la puissance passée des nations n’est que le masque qui cache leur envie dévorante d’aller plus haut, d’aller plus loin que « ces vieilles nations Européennes » et de gouverner LE MONDE.

    Que sont-elles en train de faire de plus ou de moins que ce qu’ont fait les autres nations? Leurs conquêtes à elles SERAIENT-ELLE PLUS PAISIBLES, MOINS TUEUSES?

    Il nous suffit de les observer dans leur oeuvre COLONISATRICE DU MONDE, et de constater que celle si s’opère dans l’HORREUR, la douleur des peuples du proche et moyen orient et pour nous de manière un peu plus soft, par l’immigration invasion.

    Alors les fautes lointaines des nations sont sans cesse remises au goût du jour comme l’esclavage, le colonialisme, la xénophobie, l’antisémitisme, la collaboration et LA NOUVELLE GRANDE FAUTE : la destruction de la nature alors que d’autres pays la malmènent 100 fois plus que nous, tout cela pour masquer LEUR GEANTE ENTREPRISE
    OBSESSIONNELLE DE COLONISATION GLOBALE.

  2. Posté par Rictus le

    Cela démontre que la fermeture des frontières maritimes et les expulsions ne servent à rien sinon à réjouir les imbéciles. Salvini est un démagogue sans avenir politique. Pour un Africain, entre mourir de misère dans son pays ou tenter sa chance en Europe sur un rafiot, le choix est vite fait. Ce qu’il nous faut, c’est une vraie politique migratoire, fondée sur la raison et non sur les émotions. Et réjouissons-nous déjà de ce qui nous attend lorsque le dictateur d’Ankara, soutenu par le psychopathe de Washington, ouvrira les portes des camps de réfugiés syriens !

  3. Posté par jacques petit le

    Salvini va devoir revenir sinon l’Italie et la France seront en première ligne….
    J Petit

  4. Posté par Horizon le

    Quand arrêtera-t-on d’appeler migrants des parasites illégaux ?

  5. Posté par Antoine le

    Vivement le retour de M. Salvini !
    Cela va encore pleurnicher du côté des ONG-taxis financées par Soros !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.