Sans « Weltwoche », pas de Suisse. Et en Suisse romande ? Edito R. Koeppel, Die Weltwoche, 29.8.2019

Claude Haenggli
rédacteur/traducteur, Berne, Suisse

 

Sans « Weltwoche », pas de Suisse. Et en Suisse romande ?

 

Le dernier éditorial de Roger Köppel ne peut que nous rendre jaloux, qui en Suisse romande n’avons aucun média de la presse écrite à contre-courant comme la « Weltwoche ». Même si en Suisse allemande aussi, l’éventail des opinions dans les médias ne s’élargit pas, mais ne fait que rétrécir, il existe au moins une voix qui n’est pas de complaisance. Et c’est de plus en plus important, car les journalistes « politiquement corrects » creusent sans arrêt de nouvelles tranchées et bétonnent les clivages d’opinions. Énergie nucléaire, climat, Trump, Poutine, Bolsonaro, UDC, genre, crèches, congé de paternité, Brexit, pesticides, Salvini, Chine ou Orbán, ces faiseurs d’opinion à tous crins croient devoir donner le ton et les orientations.

 

https://www.weltwoche.ch/

 

La Suisse à contre-courant

Éditorial

Sans la Suisse, pas de Weltwoche. Sans Weltwoche, pas de Suisse?

Par Roger Köppel

Plus de 300 invités se sont réunis lors de la traditionnelle fête d’été de la Weltwoche la semaine dernière dans le beau restaurant «Terrasse» de Rudi Bindella. C’est toujours l’occasion de remercier nos clients, amis et collaborateurs ainsi que d’honorer une grande tradition de notre journal.

La Weltwoche a vu le jour voilà presque 86 ans à Zurich. 1933 fut une année de folie, jalonnée d’événements lourds de conséquences. En Allemagne, les nationaux-socialistes venaient de prendre le pouvoir. La République de Weimar avait été enterrée dans la violence.

Une crise économique effroyable avait plongé des millions de personnes dans la misère. L’Europe était une coulée de lave bouillonnante. À l’Est, les communistes menaçaient de propager la révolution. Les démocraties occidentales encore jeunes doutaient profondément d’elles-mêmes. La démocratie et le libéralisme existeraient-ils encore dans quelques années?

Tout vacillait ou s’effondrait. Le règlement de paix mal conçu de Versailles ne tenait plus. C’était une époque de polarisation extrême. Les opinions étaient clivées, l’espace public pétrifié en ordre de bataille. Il n’y avait apparemment qu’une seule alternative: la gauche ou la droite, le communisme ou la dictature. La Weltwoche est née dans ce paysage de tranchées politiques.

Dès son lancement, la Weltwoche a voulu sortir de ce climat de surchauffe figé dans le refus de discuter. Plus les lignes de conflit se durcissaient, plus la Weltwoche passait outre avec agilité. Le journal était, pour ainsi dire, à contre-courant de l’esprit du temps qui exigeait de prendre des positions absolues contraignantes. Son originalité résidait dans le fait de prendre fréquemment la liberté d’appréhender les choses en dehors des chemins battus.

Il va sans dire qu’un phénomène comme la Weltwoche ne pouvait voir le jour qu’en Suisse. Dans aucun autre pays, ce journal à contre-courant, sans cesse en contrepoint des opinions majoritaires et des consensus apparemment incontestables n’aurait été pensable. La Suisse est la démocratie la plus ancienne, la plus profonde et la plus authentique d’Europe dont l’ADN est, pour ainsi dire, la diversité des opinions. La Weltwoche en a fait son programme.

La Weltwoche à contre-courant. La formule reprend le célèbre titre «La Suisse à contre-courant» de Herbert Lüthy. Pour l’historien bâlois, au départ, de gauche qui intégra ensuite l’EPF et renonça à son titre de docteur honoris causa de l’Université de Genève lorsqu’un certain Jean Ziegler y obtint une chaire, la Suisse était la preuve vivante qu’il peut y avoir au cœur de l’Europe un pays dont les habitants se gouvernent eux-mêmes, «sans tomber sous le joug de leur appareil gouvernemental».

La Suisse est l’antithèse européenne depuis l’étincelle initiale dont elle est sortie voilà plus de 700 ans. Lorsque les princes ont pris les rênes du pouvoir tout autour d’elle, la Confédération s’est retirée dans le réduit des autonomies locales. Les «svizzeri» ont pris leurs distances de l’absolutisme des débuts des temps modernes avec une conception de l’État fondé sur un réseau déconcertant de ligues.

La Suisse a poursuivi presque inébranlable son chemin alors que les empires, les monarchies et les dictatures s’effondraient autour d’elle. La seule chose qui ne se soit jamais ou presque jamais effondrée dans l’histoire guerrière de l’Europe est ce petit amas de rochers vulnérable, sans colonies, sans richesses minières et sans accès à la mer, une sorte d’épicentre du continent, la Suisse.

Si l’on prend au sérieux la «résistance obstinée» comme caractéristique suisse, si l’on garde à l’esprit avec Lüthy que la Suisse a, certes, traversé à contre-courant de l’histoire paneuropéenne les périodes d’absolutisme, de nationalisme racial, de fascisme ou de communisme et du supranationalisme européen actuel, sans toutefois y participer, il devient alors clair pourquoi seule la Suisse a pu constituer le substrat politique sur lequel un journal singulier comme la Weltwoche a pu voir le jour. Sans la Suisse, pas de Weltwoche.

Et sans Weltwoche, pas de Suisse? Le fait est que l’éventail des opinions dans les médias officiels ne s’élargit pas, mais ne fait que rétrécir. Depuis quelques années, ce sont les journalistes qui creusent de nouvelles tranchées, bétonnent de nouveau les clivages d’opinions. Énergie nucléaire, climat, Trump, UDC, genre, crèches, congé de paternité, Brexit, pesticides, Salvini, Chine ou Orbán, ce sont les faiseurs d’opinion à tous crins dans les médias qui donnent le ton et les orientations. C’est le règne de la pensée assistée. Gare à celui qui ne s’aligne pas!

Lors de notre fête d’été, nous avons remis à nos invités une copie du texte légendaire de Lüthy sur «La Suisse à contre-courant» de 1961. L’historien y réfutait politiquement les «tyrannies du centre de commandement aligné». Une parole visionnaire. Aujourd’hui, Lüthy s’opposerait à l’uniformisation des médias, il serait favorable à la diversité la plus anarchique possible des positions et des opinions comme condition indispensable au fonctionnement d’une démocratie directe.

Pour Lüthy, la démocratie est la «forme de gouvernement des alternatives». Il n’y a de démocratie que là où les personnes peuvent choisir librement entre plusieurs variantes – sans menaces de sanction de la part d’un pouvoir étranger ou national. En revanche, là où les électeurs sont sanctionnés ou se voient imposer des «mesures de compensation» s’ils ne votent pas comme les puissants le veulent, c’est la fin de la démocratie. Nous avons alors affaire à une «démocratie sans alternative», à la non-démocratie, par exemple, de l’accord-cadre institutionnel européen.

La Suisse et, avec elle, la Weltwoche défendent la démocratie en tant que «forme de gouvernement des alternatives» et d’une véritable diversité d’opinions. Elles s’opposent automatiquement à l’absurdité d’une démocratie sans alternative, à la non-démocratie qui part de l’erreur aujourd’hui à la mode selon laquelle il ne peut y avoir qu’une seule vérité, qu’une seule vision des choses en réponse à toutes les questions qui nous occupent aujourd’hui ou nous occuperont demain. Ce n’est pas seulement antidémocratique, c’est faux aussi. La liberté d’opinion reste la liberté d’avoir une opinion différente. Et de l’exprimer.

Roger Koeppel

 

 

5 commentaires

  1. Posté par Maurice le

    Grand merci à Roger Köppel !
    Pour la Suisse romande, en attendant, essayez déjà « Horizons et débats » dans sa version française, dont « les Observateurs » reprennent quelques articles :
    « Zeit Fragen », en français
    https://www.zeit-fragen.ch/fr.html

  2. Posté par Antoine le

    Nous sommes envieux de la Suisse allemande de posséder et de diffuser un journal tel que la Weltwoche !
    La qualité première est l’honnêteté.
    La qualité des articles et la diversités des intervenants nous font saliver, même si il y a la difficulté de la langue ….
    Les feuilles de choux disponibles en Suisse romande sont justes bonnes à être utilisées comme emballage.

  3. Posté par Socrate@LasVegas le

    Merci M. Koeppel pour votre dynamisme intelligent, votre optimisme contagieux!
    Vive la Weltwoche…et peut-être une fois une petite soeur, version française?

  4. Posté par kandel le

    Somerset Maugham: Si un pays accorde à quelque chose davantage de valeur qu’à la liberté, il perdra la liberté; et l’ironie des choses fait que si ce qu’il valorise davantage est le confort et l’argent, il perdra l’un et l’autre aussi.

    John Milton: Les peuples corrompus préfèrent le bien-être de l’esclavage aux rudes efforts de la liberté.

  5. Posté par Anna le

    Quand aurons nous notre Welwoche en Suisse Romande ? Je n’en peux plus du Temps ! Et le Matin Dimanche ! Nous avons vraiment besoin d’un journal qui fasse contrepoids à la propagande mondialiste.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.