La Syrie redevenue sûre ? L’Allemagne gèle un grand nombre de demandes d’asile

post_thumb_default

 

Les procédures de demande d’asile des Syriens seront-elles suspendues en Allemagne, après réévaluation de la situation sécuritaire ? Selon la presse allemande, citant des sources au ministère allemand de l’Intérieur, ces dernières semaines, l'examen de dossiers de demande d'asile a été ajourné dans l’attente de nouvelles consignes gouvernementales. 

Les personnes concernées sont des Syriens qui ne relèvent ni de l'accord d’asile ni du statut de réfugié. Ils bénéficient alors d’une «protection subsidiaire», octroyée à l’étranger qui ne peut demander le statut de réfugié, mais qui encourrait dans son pays d'origine, s'il y était renvoyé, un risque réel de subir des «atteintes graves», comme la peine de mort ou l’exécution, la torture, les traitements ou des sanctions inhumaines ou dégradantes. En 2018, 17 411 Syriens ont bénéficié de cette protection tandis que 18 245 demandeurs ont obtenu le statut de réfugié.

Or à la mi-mars, au fil de la résolution du conflit en Syrie, l'Office fédéral des migrations et des réfugiés (BAMF) a mis à jour ses directives. Les forces kurdes ayant chassé l’Etat islamique des dernières poches de résistance, l'armée régulière de Bachar el-Assad ayant repris du terrain aux groupes rebelles, la situation sécuritaire est désormais considérée comme stable dans de nombreuses régions du pays.

Les associations de réfugiés redoutent que le ministère ne considère plus que la Syrie soit un pays en guerre et que de nombreux dossiers déposés par les Syriens soient refusés.

Pour l'heure, le ministère de l’Intérieur n’a toutefois pas rendu sa décision finale à ce sujet. Outre-Rhin, il est toujours possible de déposer un dossier pour être reconnu réfugié ou demandeur d’asile mais les demandes de protection temporaire restent pour le moment à l’étude sans que la décision finale ne puisse être communiquée avant plusieurs semaines.

A la mi-mars, le BAMF a donc modifié ses directives, suivant le principe qu'il n'y avait plus de conflits ni d'armes dans aucune région de Syrie, alors que des troubles sporadiques persistent. Pourtant, le ministère des Affaires étrangères allemand avait, fin 2018, estimé qu’il n’existait pas de «protection fiable» pour les «personnes persécutées où que ce soit en Syrie».

Ces considérations interviennent alors même que la politique migratoire se durcit en Allemagne, qui a vu arriver sur son sol plus d'un million de migrants depuis 2015. La politique d'accueil très large de la chancelière Angela Merkel en 2015 et 2016 a failli lui coûter son siège lors des élections fédérales de septembre 2017. Les polémiques, notamment liées aux violences dont des migrants sont responsables d'après plusieurs rapports officiels, ont profondément affecté l'opinion publique allemande. 

Lire aussi : Grèce : des migrants envahissent les rails de la principale gare d'Athènes et bloquent son trafic

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.