95% du plastique des océans provient des pays du Tiers-Monde ou des pays émergents

Les grands médias bombardent les pays occidentaux d’articles sur la nécessité d’éliminer progressivement le plastique de notre vie afin de protéger l’environnement, mettant en évidence la pollution plastique des océans.

Mais quelle part de ce plastique est en fait la faute de l’Occident ?

Très peu.

Tout d’abord, l’élimination des déchets en Occident (et dans d’autres pays développés comme le Japon ou la Corée du Sud) est prise beaucoup plus au sérieux que dans les pays en développement.

Même les pays émergents comme l’Inde, la Chine ou le Brésil ne traitent ou recyclent pas leurs déchets autant que les Occidentaux, même si le Brésil est le pays le mieux placé pour le traitement et le recyclage des articles jetables.

En 1998, peu de pays se souciaient ou avaient les moyens de recycler leurs déchets solides. La plupart des déchets recyclés provenaient de pays occidentaux comme les États-Unis, le Canada, les pays européens, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et quelques pays d’Asie orientale comme le Japon et la Corée du Sud.

Le recyclage a beaucoup évolué au cours des 15 à 20 dernières années, mais les pays occidentaux restent à l’avant-garde du traitement et de la réutilisation du plastique, du verre, du carton et du papier, loin devant tout pays latino-américain, asiatique ou africain.

Deux des dix fleuves les plus pollués de la planète se trouvent en Afrique, le Niger et le Nil, deux en Asie du Sud, l’Indus et le Gange, et les six autres en Asie de l’Est et du Sud-Est. 95% de la pollution plastique des océans du monde provient de ces 10 fleuves.

La Chine est de loin le pays le plus polluant de la planète, suivie par les pays de l’Asie du Sud-Est et du Pacifique comme l’Indonésie, les Philippines, le Vietnam.

D’autre part, les chercheurs ont constaté que ce qui piège le plus d’animaux, ce n’est même pas le plastique, ce sont les filets et autres engins de pêche.

Il ne suffit donc pas de se laisser émouvoir par des photos d’animaux marins étouffés par du plastique ou de culpabiliser les Occidentaux. Il faut aussi exiger des politiciens qu’ils s’en prennent aux bonnes cibles.

Source : 95% of plastic in the oceans comes from Third World countries - Voice of Europe
Résumé Cenator pour LesObservateurs.ch

Article plus complet en anglais : Defend Europa

Remarque : Parmi les pays du Tiers-Monde, il faut faire une exception pour le Rwanda, qui, depuis 2008, interdit complètement les sacs en plastique qui ne sont pas biodégradables. Auparavant, la plupart du plastique était brûlé, produisant des fumées toxiques. Une autre partie provoquait souvent des inondations en engorgeant le système de drainage du pays.
Source : Rwanda plastic bag ban

9 commentaires

  1. Posté par David le

    Petite précision importante. Les déchets dont il est question viennent des pays occidentaux, qui les envoient principalement en Asie. Facile de dire qu’on est propre et que c’est la faute des autres, quand on leur refile tous nos déchets à traiter, en plus des leurs.
    Mais ne vous inquiétez pas, ils n’en veulent plus et commencent à nous renvoyer nos containers 🙂

  2. Posté par le-raleur le

    «  » » »« […] Je ne vais pas m’étendre trop longtemps sur les activités militaires, aussi polluantes qu’inutiles. » » » » » »
    Bête réflexion.
    Le meilleur moyen de se faire envahir encore plus est de stopper toute militarisation…non merci!!!

  3. Posté par JeanPaul le

    @kandel,
    D’abord, je ne suis pas pauvre du tout et ensuite, j’estime avoir le droit de critiquer cette monumentale connerie humaine qu’est l’armée, qui ne sert qu’à apprendre à tuer, qui pollue et qui rend con.
    Libre à vous d’admirer les armées. Vous pourriez aussi organiser un dîner de cons où vous convoqueriez quelques militaires, qui distilleraient une multitude de blagues salaces… et bien entendu parleraient de la meilleure méthode pour zigouiller son prochain. Il faudra bien que l’on en arrive là, pour lutter contre la surpopulation (mais sans moi)

  4. Posté par aldo le

    Ici on veut nous imposer de NOUVEAUX IMPOTS ET TAXES sans détailler ces prétextes, qui semble une évidence sans fondement. Seul les pays ayant accès au mers véhiculent et disséminent ces plastiques. Concrètement ce sont

    NOS VOYOUS POLITIQUES ET MÉDIATIQUES QUI INVENTENT CES PROBLÈMES POUR NOUS FAIRE PASSER PLUSIEURS FOIS A LA CAISSE:

    A la fois pour payer ces pays qui ne font pas leur boulot, puis pour NOUS CULPABILISER pour que nous nous activions comme auxiliaires bénévoles des entreprises des copains socialo-écolo-islamo-bolchévo-fascistes. Depuis longtemps des machines automatiques pourraient trier une bonne partie des ordures sans ce fatras d’entreprises bonnes consciences en plus subventionnées qui se fabriquent des millionnaires à leur tête. Mais il faut bien des caisses noires pour les élections, et qui pèsent beaucoup plus que « Blocher »…

    En Suisse les seuls vecteurs des transports jusqu’ à la mer sont les fleuves. Or ces derniers ne se déversent pas d’un coup, il y a des barrages, des grilles de rétention tout le long de leur parcours. Donc ON EN A RIEN A FOUTRE !

  5. Posté par miranda le

    Nous sommes bienheureux de constater cette prise de conscience. A savoir que cela fait depuis longtemps que l’occident s’est organisé pour que le plastique ne pollue plus fleuves, rivières, mers et océans. Et que malheureusement, dans les pays « dits » pauvres, cela ne suit pas.

    ET les gigantesques GYRES ou « continents de plastiques » sont là pour le confirmer.
    https://www.google.com/searchrlz=1C1SVEC_frNL507NL507&q=ORTHOGRAPHE+DES+GYRES+DE+PLASTIQUES+DANS+LES+OCEANS.&tbm=isch&source=univ&

    Ce que l’on peut constater, c’est que malgré l’effort de l’Association des Maires de France envers les maires de la Francophonie pour que se fasse le tri des déchets grâce aux containers fournis ou financés, la paresse semble l’emporter. Car aller jusqu’au container « fatigue » le citoyen du monde. IL MANQUE DONC DES SORTES DE TRIPORTEURS DE RAMASSAGE (contenant des bidons de tri) QUI PASSERAIENT DE MAISON EN MAISON. Une solution aussi simple et aussi « bête » n’existe pas. Alors qu’elle permettrait de la « petite création d’emplois ».

    A vous les jeunes de créer votre association pour le ramassage (dans les pays du SUD) des plastiques et autres déchets par TRIPORTEUR (entretien du triporteur et de son chauffeur) et lieu de collecte pour les déposer . Ce genre d’initiative vous permettra « aussi » de voyager. La décision de cesser la distribution de plastiques SERA LENTE, car le monde est vaste et tous les pays ne réagiront pas en même temps. L’UNION EUROPEENNE ne refuse pas de financer ces projets là. Au contraire.
    Cela évitera au moins deux ans « de vagabondage » des plastiques dans toutes les eaux de la planète, avant que le monde entier s’arrête d’en fabriquer et d’en distribuer.

    La première qui aurait besoin d’aide à ce sujet, c’est une adorable petite Française, qui se débat pour que les rivières de BALI ne se transforment pas en poubelles. Bali étant vraiment très menacée, aider ceux qui veulent la sauver devient indispensable.
    https://www.yves-rocher-fondation.org/laureate/charlotte-fredouille-sensibiliser-au-tri-des-dechets-a-bali/

    Dernière constatation. Aujourd’hui, qu’il s’agisse d’ici ou d’ailleurs, nous ne savons plus nous dire : « un problème doit déboucher sur une solution ». Ces deux mots ne devraient jamais être détachés l’un de l’autre. Quand il y a un problème nous n’avons pas le droit d’en négliger la solution. Quand il y a recherche de solution, c’est qu’existe un sentiment de solidarité et donc d’EMPATHIE. A quel degré d’EMPATHIE en sommes nous?

    Un livre peut-être nous aidera à changer et à ne plus dépasser les capacités de la planète, le livre de la remise en question (Pourquoi notre cerveau nous pousse à détruire la planète de comment l’en empêcher) : https://www.amazon.fr/Bug-humain-S%C3%A9bastien-BOHLER/dp/2221240103.

  6. Posté par Hans C. le

    Lorsque la Suisse était peuplée de suisses, aucun papier ne traînait par terre, pour cause de respect d’autrui et d’éducation.

  7. Posté par kandel le

    « […] Je ne vais pas m’étendre trop longtemps sur les activités militaires, aussi polluantes qu’inutiles. »
    Pauvre JeanPaul, se tirer une telle balle dans le pied, ça fait mal, très mal !

    Merci Cenator pour cet article plus qu’intéressant,… malheureusement ce n’est pas pour demain que les bienpensants vont corriger le tir (ni les Africains se mettre à être plus responsables).

  8. Posté par JeanPaul le

    Vous avez certainement raison concernant les pays du Tiers Monde, mais l’aide que l’Occident pourrait fournir serait utile pour toute la planète et les océans, qui appartiennent à tous. Chez nous, même si ce n’est pas encore catastrophique, il y a encore beaucoup à faire, surtout individuellement. Il suffit de se balader dans les parcs publics après des pique-niques de familles entières qui laissent tout traîner et bien entendu aussi du plastique.Je ne vais pas m’étendre trop longtemps sur les activités militaires, aussi polluantes qu’inutiles.

  9. Posté par Antoine le

    Le prochain défis pour l’ONU !
     »95% du plastique des océans provient des pays du Tiers-Monde ou des pays émergents ».
    – Éduquer les gens à recycler, ne RIEN jeter dans la nature !
    – Obliger les gouvernements des pays en voie de développement ou émergents d’installer des déchèterie et de créer le recyclage de ces déchets.
    – Informer les gens de manière OBJECTIVE et obliger les ONG d’en faire autant !
    Au lieu de nous bassiner avec le réchauffement climatique anthropique inexistant, il faudrait s’attaquer à de VRAIS problèmes concrets !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.