Fifi Brindacier, la Heidi des enfants suédois, devient une SDF rom dans une no-go zone

Dans une nouvelle version du  célèbre conte pour enfants, la petite rousse turbulente deviendra une « guerrière contre l’injustice » vivant dans une banlieue difficile à forte population immigrée.

« Fifi à Rinkeby » sera diffusé sous forme de série sur la radio publique suédoise, non seulement en suédois, mais aussi dans des langues minoritaires comme le roumain et l’arabe. L’histoire, dans laquelle Fifi est une migrante rom sans-abri, qui vit dans une épave de voiture, sera ensuite publiée sous forme de livre.

« C’est la fille la plus forte du monde et la plus autonome, elle se suffit à elle-même. Tout est comme dans l’original, mais nous en avons fait notre propre version », a déclaré à la Radio suédoise Felicia Di Fransesco, qui a participé à l’adaptation du récit dans un atelier d’écriture pour enfants, quand elle avait 12 ans.

[Photo : Gunilla Lundgren et Felicia Di Fransesco, les coauteures de « Fifi à Rinkeby ».]

Le premier livre de l’auteure Astrid Lindgren, Fifi Brindacier (Pippi Långstrump), a été publié en 1945. Il a connu un succès immédiat et les aventures de Fifi demeurent la série littéraire suédoise la plus populaire au monde.

Comme il reste sous copyright, Gunilla Lundgren, la monitrice de l’atelier d’écriture qui a modernisé l’histoire, a dû batailler pour obtenir le feu vert de la famille d’Astrid Lindgren, décédée en 2002.

« Nous avons parlé du projet à la famille et elle a dit non, car tout le monde veut Fifi sur des vêtements, des bonbons et dans les hôpitaux », a dit Gunilla Lundgren à la Radio suédoise.

Cependant, après qu’elle eut dit aux héritiers que le produit servirait à financer une bibliothèque pour enfants à Bucarest, la capitale roumaine, la famille a accepté, à la condition qu’on lui soumette également le texte.

Ce n’est pas la première fois que l’on rectifie l’image de la fille la plus forte du monde, qui vit seule dans une maison de couleur dans la forêt. Ainsi, le titre de « Roi des Nègres » de son papa a commencé à faire tache et a été remplacé, tandis que ses aventures à l’étranger ont été accusées d’alimenter les « stéréotypes colonialistes racistes ». Dans l’adaptation télévisée, on a coupé en 2014 quelques scènes, dont celle où Fifi tire sur ses paupières pour imiter une Chinoise, et l’année suivante le livre a été censuré de la même façon. Depuis lors, plusieurs bibliothèques publiques ont annoncé qu’elles avaient détruit les anciennes éditions pour les remplacer par les nouvelles.

Source : RT

Source photo : article de la Radio suédoise

Traduction libre Cenator pour LesObservateurs.ch

3 commentaires

  1. Posté par Alex le

    C’est bien connu que la Suède fut un peuple colonialiste terrible dont les ravages se font sentir encore aujourd’hui jusqu’au plus reculé des villages africains et asiatiques.
    La preuve par IKEA.

  2. Posté par Marc le

    « plusieurs bibliothèques publiques ont annoncé qu’elles avaient détruit les anciennes éditions pour les remplacer par les nouvelles. » plus rien ne m’étonne dans ce monde de fou. Comment des malades ont pu prendre le pouvoir dans une Europe qui s’auto-detruit dans le seul but de contrer une soi-disant droite raciste. Quel paysage désolant qu’est notre europe, notre suisse. Tristesse est le seul mot qui me vient a l’esprit.

  3. Posté par Antoine le

    Et c’est ainsi qu’on ré-écrit l’histoire de Fifi …
     » … plusieurs bibliothèques publiques avaient détruit les anciennes éditions pour les remplacer par les nouvelles. »

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.