New York Times : La « religion de la blancheur » menace la paix mondiale…

 

New York Times : La « religion de la blancheur » menace la paix mondiale

 

merci à Alex B. de nous proposer de reprendre son article :

-

2 septembre 2018

 

Par Jared Taylor dans American Renaissance (31.08.2018)

Un autre Asiatique s’en prend à l’Ouest.

Le New York Times est devenu le foyer des attaques malveillantes contre les Blancs. Le 2 août, le journal a défendu l’élévation de Sarah Jeong à son comité éditorial malgré ses tweets sur les « satanés abrutis Blancs » (dumbass fu**ing white people) en attendant leur extinction. Aujourd’hui, pas même un mois plus tard, le Times a publié les propos d’un autre Asiatique qui met en garde contre le fait que la blancheur est « un culte du suicide » et une menace horrible pour la paix dans le monde.

La nomination de Mlle Jeong commémore le double standard : le manque de respect pour les classes protégées est ignoble, mais le mépris des blancs est acceptable. L’article d’aujourd’hui, rédigé par un Indien sous-continental nommé Pankaj Mishra, énonce un autre principe approuvé par le Times : toute mesure prise par les Blancs pour préserver leurs nations ou leurs traditions menace le monde entier.

L’article de M. Mishra, intitulé « The Religion of Whiteness Becomes a Suicide Cult », déverse un mépris particulier sur les Blancs qui vivent dans ce qu’il appelle « l’Anglosphère » : la Grande-Bretagne, le Canada, l’Australie et les États-Unis. C’est un choix ingrat : M. Mishra est un romancier et essayiste dans la langue de l’Anglosphère, et il a reçu le Prix littéraire Windham-Campbell de Yale, d’une valeur de 150 000 $ et peut-être le prix le plus riche du genre au monde.

Mishra commence par attaquer la cible la plus douce possible : un Australien du XVIIIe siècle dont personne n’a entendu parler, Charles Henry Pearson, qui a écrit sur la nécessité de s’assurer que les « races supérieures » se défendent contre la dépossession des « races noires et jaunes ». Aujourd’hui, il est facile de cracher sur des hommes comme Pearson et leurs hiérarchies raciales, mais comment auraient-ils pu être égalitaires ? Les Européens ont inventé et dirigé le monde moderne, sans rival en vue. Les Chinois ou les propres Indiens de M. Mishra auraient-ils été plus modestes s’ils avaient atteint la moitié de ce que les Blancs ont fait ?

Mais Charles Pearson ne fait que préparer le terrain pour le “suprémaciste blanc » d’aujourd’hui, Donald Trump. M. Mishra affirme que l' »Anglosphère » a ensuite « forgé conjointement une géopolitique identitaire des “races supérieures’”, et cela : « aujourd’hui, il a atteint sa phase finale et la plus désespérée, avec des craintes existentielles au sujet du pouvoir blanc en voie de disparition qui circule fébrilement…. » Et quelle est la preuve de cet état fiévreux ? Le président Trump n’a pas été critiqué de façon uniforme lorsqu’il a dit dans un discours :  » La question fondamentale de notre époque est de savoir si l’Occident a la volonté de survivre. » Se contenter de demander si l’Occident peut survivre – pas pour gouverner ou dominer, simplement pour survivre – c’est raviver la suprématie blanche et l’arrogance impérialiste.

Pankaj Mishra. Mandatory Credit: Photo by Simon Hollington/UPPA/ZUMA Press. (©) Copyright 2006 by UPPA.

Mishra met en garde contre « l’intégration rapide de la suprématie blanche dans les démocraties libérales anglophones d’aujourd’hui » et contre le fait que l' »Anglosphère » s’efforce de « reconstruire les communautés politiques autour de… la nouvelle religion de la blancheur ».

M. Mishra offre deux séries d’exemples de cette menace. L’un d’entre eux est « les murs frontaliers, les déportations,[et] les dénaturalisations » de Donald Trump qui, à son avis, ne sont rien d’autre qu’une tentative de s’accrocher à des terres que les Blancs ont voléesMishra n’a-t-il pas remarqué que le Canada, les États-Unis, l’Australie et la Grande-Bretagne abritent maintenant des millions et des millions d’immigrants ? Mais puisque, à part la Grande-Bretagne, ces pays sont ce qu’il appelle méprisemment des « colonies de colons », tout ce qui s’y trouve doit avoir été volé aux autochtones ; par conséquent, toute personne, de n’importe où, semble avoir le droit de venir et de prendre la terre des « colons ».

M. Mishra avance cet argumentcomme s’il s’agissait d’une intuition dramatique.

Mais il fait une remarque plus inhabituelle : la guerre contre le terrorisme n’est que la construction d’un empire recyclé, dans lequel l’Amérique et la Grande-Bretagne ont pris l’initiative et « l’Australie et le Canada ont aussi contribué avec empressement à la torture, à la restitution et à l’extermination des brutes noires et brunes ». Il y a beaucoup, beaucoup de raisons de s’opposer aux invasions de l’Irak et de l’Afghanistan, mais quand M. Mishra nous dit que leur but était de se livrer à un ancien goût impérial pour « l’extermination des brutes noires et brunes », soit il est stupide, soit il pense que nous sommes stupides.

Mais rien de tout cela n’a vraiment d’importance. L’objectif principal de M. Mishra est de promouvoir l’opinion maintenant orthodoxe selon laquelle il est mauvais pour une nation à majorité blanche de défendre les frontières, d’expulser les clandestins, de contrôler l’immigration ou de maintenir son mode de vie. C’est ce que nous attendons du New York Times. Là où M. Mishra avance l’argument que cette « religion de la blancheur ressemble de plus en plus à un culte du suicide ». Oui, il dit en fait que pour l’Occident, comme l’a dit Donald Trump, rassembler la volonté de survivre est un « culte du suicide ».

Bien sûr, c’est l’échec historique sans précédent de la défense des frontières de l’Occident qui est un culte du suicide. C’est un échec que M. Mishra n’accepterait certainement jamais dans son propre pays, l’Inde. Si les États-Unis doivent ouvrir leur frontière avec le Mexique, l’Inde ne devrait-elle pas ouvrir sa frontière avec le Pakistan ? Je soupçonne M. Mishra de nier la souveraineté territoriale uniquement aux nations à majorité blanche.

Mais comment pourrait-il être « suicidaire » pour l' »Anglosphère » d’essayer de défendre l’Occident ? M. Mishra voudrait nous faire croire que si le Canada, les États-Unis, l’Australie et la Grande-Bretagne contrôlaient leurs frontières et déportaient les immigrants illégaux, cela pourrait facilement  » provoquer une guerre raciale comme le monde n’en a jamais vu « .

Quoi ? Qui va faire cette guerre raciale ? Les Hispaniques américains se lèveront-ils et nous tueront-ils si le président Trump construit le mur ? Les musulmans britanniques bombarderont-ils les postes de police si Theresa May arrête l’immigration ? Les dentistes et comptables chinois vont-ils mettre la ville de Sidney à la porte ? Premièrement, ces choses ne se produiraient pas, et si c’était le cas, ce serait la preuve la plus claire possible que ces groupes n’appartiennent pas à l’Ouest, et nous avons raison de les tenir à l’écart.

Enfin, pourquoi M. Mishra est-il si hystérique au sujet des crimes de l' »Anglosphère » ? La Hongrie, la Pologne et d’autres pays d’Europe de l’Est font en fait ce qu’il accuse faussement les anglophones de faire : tenir les étrangers à l’écart afin de préserver les majorités historiques. Est-ce que cela mène à une guerre raciale ? Si non, pourquoi pas ? Pourquoi attaquer les pays qui font le moins pour défendre l’Occident.

Mishra est comme un enfant irritable – plus ses parents lui donnent, plus il leur crie dessus. La Grande-Bretagne lui a donné la langue qu’il parle, écrit et dans laquelle il gagne des prix ; la Grande-Bretagne a donné à son pays une infrastructure moderne, inventé et transmis les institutions par lesquelles l’Inde se gouverne elle-même, et a accueilli plus d’un million de ses concitoyens dans une société souhaitable que les Indiens eux-mêmes ne peuvent pas créer. Laissez-le pleurer et bouder et battre ses poings contre les barreaux de son parc. Nous ne connaissons que trop bien les ressentiments de ceux qui recherchent les avantages de nos sociétés tout en nous détestant pour les qualités qu’il a fallu pour construire ces sociétés.

La vraie question est pourquoi le New York Times publie un hystérique anti-blanc comme Pankaj Mishra.

6 commentaires

  1. Posté par MASSON le

    Cet article est parfait. Il existe réellement dans le monde dit occidental un réel racisme anti blanc. Il est fréquent de lire , par exemple , des insultes dirigées contre les « mâles blancs » . Il est vrai que , quand les européens sont arrivés aux Indes , ils n’ont pas critiqué le pays cependant soumis à des conquérants musulmans , divisé, misérable, et honteusement handicapé par le système des castes,

  2. Posté par Gagu le

    « Quoi ? Qui va faire cette guerre raciale ? Les Hispaniques américains se lèveront-ils et nous tueront-ils si le président Trump construit le mur ? Les musulmans britanniques bombarderont-ils les postes de police si Theresa May arrête l’immigration ? Les dentistes et comptables chinois vont-ils mettre la ville de Sidney à la porte ? Premièrement, ces choses ne se produiraient pas … »
    Enfin un type qui réfléchit sérieusement 2 minutes et ne fantasme pas sur « la grande guerre raciale »

  3. Posté par Claude Haenggli le

    Pankaj Misrah n’est pas n’importe qui et il écrit très bien. Et il formule des critiques souvent judicieuses contre la politique des gouvernements anglo-saxons pendant la colonisation, ainsi qu’envers le Tiers-Monde en général. Malheureusement, il est naïf en ce qui concerne l’Islam (dont il croit pouvoir réformer la Charia), comme la plupart des gens de la gauche actuelle, qui n’a plus rien à voir avec celle qui défendait autrefois les travailleurs et les opprimés.

  4. Posté par miranda le

    A la fin de cet article :  » la vraie question est pourquoi le New York Times publie un hystérique anti-blanc comme Panka MISHRA? »

    Après toutes les nouvelles que l’on peut lire depuis des années, nous sentons bien que ce mouvement anti-blanc, ORCHESTRE AUSSI PAR DES BLANCS, semble « préparer pyschologiquement à une sorte  » d’habitude de dénigrement du blanc, jusqu’à lui faire admettre petit à petit que sa présence au monde n’est pas indispensable et lui faire surtout oublier ce qu’il a produit de remarquable pour l’avancement de l’humanité.
    On évite surtout de parler à ces gens de l’écrasement de leurs ancêtres par des empires ou des pouvoirs tyranniques plus récents qui ont poussé leur famille à émigrer. Non, on se focalisera sur une culpabilité du blanc, source de tous les malheurs. Ca semblerait être la première raison.

    L’autre raison pourrait être que le monde des SEIGNEURS de demain ne semble vouloir être habité que par deux composantes : LE MONDE DU HAUT ET CELUI DU BAS. Avec à terme la disparition des classes intermédiaires. Ce à quoi le monde blanc n’a jamais voulu adhérer et cela depuis toujours. La diversité des classes sociales en son sein est ce qui peut le plus, stimuler, faire avancer une société, malgré les luttes qui l’accompagnent. Elle a permis à des gens des classes sociales « d’en bas » de pouvoir se frayer un chemin vers « le Haut », surtout vers la connaissance.
    NOS SEIGNEURS OU FUTURS ROIS DU MONDE font la cour aux sociétés de couleur parce qu’elles « leur semblent plus malléables » d’une part et parce qu’elles sont « habituées à des inégalités sociales « qui dépassent les bornes ». On peut y observer une « société de la richesse sans limites qui côtoie une IMMENSITE DE LA PAUVRETE , dans ces sociétés. (Pourquoi Mr MISHRA ne se préoccupe pas de dénoncer cet outrage à l’humain en INDE ou au PAKISTAN plutôt que de se focaliser sur « le blanc » – Cela le rendrait plus utile aux siens).

    « Un indien dans ‘HUMAN » de Yann Arthus Bertrand, nous parlait d’un immeuble en construction à New Delhi, je crois, immeuble de luxe de 70 étages qui devait aussi comporter à l’intérieur de chaque appartement UNE PISCINE. Donc 70 étages bénéficiant du luxe de 70 piscines. Ces appartements devraient être équipés, en plus de tout le confort moderne grâce aux nouvelles technologies. Alors que dans un environnement proche, vivent des milliers d’indiens pauvres qui n’ont pas accès à l’eau potable. Mais grâce à leur travail d’esclave et leur salaire de misère, des bâtiments ULTRA LUXE s’élèvent de plus en plus vers « le ciel ».

    Nos élites politiques et nos élites journalistiques ne s’intéressent pas aux mondes de couleur par compassion, mais parce qu’ils sont préoccupés aujourd’hui à PREPARER LE MONDE DE DEMAIN, où l’homme de couleur, leur semblant plus malléable, admettra les directions et décisions prises plus facilement que  » l’homme blanc issu des différentes classes sociales » ayant atteint « un certain niveau de connaissance ».
    ON FAIT FEU DE TOUT BOIS.

  5. Posté par Bertrand le

    Voilà où Trump doit faire de l’ordre et ce PQ doit disparaître du monde médiatique…plainte pour apologie du racisme et fermeture définitive (par l’armée si il le faut).

  6. Posté par Pascal Guex le

     » La vraie question est pourquoi le New York Times publie un hystérique anti-blanc comme Pankaj Mishra. » je ne vous le fais pas dire….

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.