Tweets racistes : deux poids deux mesures ? Une activiste américaine conservatrice a fait le test

Pour dénoncer les tweets racistes anti-blancs postés par la journaliste américaine Sarah Jeong, l'activiste politique Candace Owens a décidé d'en poster en remplaçant le mot «blanc» par «noir» ou «juif» : Twitter n'a pas tardé à réagir.

Candace Owens, commentatrice politique américaine aux plus de 600 000 abonnés sur Twitter et directrice de l'association conservatrice pour étudiants Turning Point USA, a réagi à la polémique provoquée outre-Atlantique par la mise en lumière d'anciens tweets racistes de la journaliste Sarah Jeong. Ces tweets, ciblant les Blancs, ont refait surface après l'annonce du recrutement de cette dernière par le New York Times.

Le 4 août, Candace Owens a ainsi décidé de poster sur Twitter des messages identiques à ceux de Sarah Jeong, en prenant soin de changer la catégorie des personnes visées par les propos insultants.

 

 

Ainsi, reprenant à l'identique un tweet posté en 2014 par la journaliste américaine, dans lequel celle-ci évoquait la «logique» qui voudrait que les Blancs puissent «uniquement vivre sous terre, rampant comme des gobelins» puisqu'«ils brûlent plus vite au soleil», Candace Owens a remplacé le mot «Blanc» par «Noir».

 

 

De la même façon, l'activiste conservatrice a changé le mot «Blanc» par «juif» dans un tweet regroupant différents propos rédigés par Sarah Jeong à l'encontre des Blancs. La journaliste avait notamment comparé «les putains d'idiots de Blancs qui marquent internet avec leurs opinions» à «des chiens qui pissent sur les bouches d'incendie» dans un tweet, et lancé le hashtag #cancelwhitepeople (faire disparaître les Blancs) dans un autre.

 

 

Après avoir posté ces tweets, Candace Owens a vu son compte Twitter suspendu temporairement, dû à des signalements.

 

Il semble que nous ayons fait une erreur

 

Douze heures plus tard, le réseau social réactivait le compte de la commentatrice politique, expliquant avoir commis une erreur : «Nous avons restauré votre compte et nous excusons pour la gêne occasionnée. Twitter prend très au sérieux les signalements de violations de ses règles. Après avoir examiné votre compte, il semble que nous ayons fait une erreur», peut-on lire sur une capture d'écran d'un mail envoyé par support@twitter.com, publiée par Candace Owens.

 

 

La suspension temporaire du compte de Candace Owens a, en tout état de cause, suscité l'indignation d'une frange conservatrice des internautes anglophones, qui, réagissant avec le hashtag «#freecandace», ont vivement dénoncé le «deux poids deux mesures» adopté selon eux par le réseau social en termes de modération. Ils ont fait valoir que le compte Twitter de la journaliste n'avait, selon eux, pas eu à subir de suspension. Certains des tweets de Sarah Jeong, offensants à l'encontre des Blancs, sont en outre toujours en ligne.

 

 

 

Des internautes de droite accusent Twitter de partialité, malgré sa mise au point

David Knight, présentateur d'une émission sur le controversé site de droite alternative Infowars, a pour sa part évoqué un deux poids deux mesures dans l'application du premier amendement de la Constitution américaine (qui garantit, entre autres, la liberté d'expression aux citoyens américains), s'interrogeant en ces termes sur Twitter : «Allons-nous défendre la liberté d'expression même si nous n'aimons pas la personne ou le discours ? Allons nous bénéficier du premier amendement [de la Constitution américaine] ou d'un double standard ?»

 

 

Entre autres exemples d'internautes outrés, celle-ci a fustigé l'hypocrisie de Twitter...

 

 

... tandis que, qualifiant Twitter de «gauchiste», cet autre commentateur a encouragé le camp conservateur à «trouver une [autre] plateforme libre de censure».

 

 

De retour sur Twitter après la levée de suspension de son compte, Candace Owens s'est dite épatée par le nombre de «patriotes» qui l'ont soutenue dans sa démarche.

Après cet épisode, la commentatrice politique s'est exprimée sur sa vision du racisme aux Etats-Unis, à travers une vidéo diffusée en direct sur le réseau social. Dans cette séquence, elle a tenu à exprimer son indignation concernant le recrutement de la journaliste américaine Sarah Jeong par le New York Times, et a invité le journal à prendre ses distances avec elle.

 

 

RT France

 

Rappels :

Tollé après l’embauche par le New York Times d’une journaliste accusée de racisme anti-Blancs

États-Unis : une journaliste souhaitant « voir disparaître ces chiens de Blancs » rejoint le comité de rédaction du New York Times

 

3 commentaires

  1. Posté par Stéphane le

    Twitter a bloqué le compte suite à de nombreux signalements d’utilisateurs.
    On peut donc en déduire que personne n’a signalé les messages anti-blancs…
    Ca fait partie de tout ce dont le bon blanc ne s’intéresse plus… Mais c’est ça qui va lui coûter la liberté tôt ou tard.

  2. Posté par Jean Durand le

    Deux poids deux mesures, il n’y a plus que ça dans les médias traditionnels.

  3. Posté par Irène le

    Pourquoi ne s’est elle pas desabonner publiquemment pour que d’autres la suivent ??????

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.