Pays-Bas : les demandeurs d’asile non occidentaux vont coûter des milliards à la société

Contrairement à ce que l’on affirmait en 2015, les migrants sont loin d’être un bénéfice pour l’économie. Une étude du mathématicien Jan van Beek, rapportée par WNL, montre au contraire que l’admission de demandeurs d’asile non occidentaux dans le pays entraîne des coûts nets élevés pour la société néerlandaise.

Dans son étude, Van Beek s’efforce d’abord de faire la distinction entre les demandeurs d’asile et les migrants qui viennent aux Pays-Bas pour travailler ou étudier. Il constate chez les premiers une forte dépendance aux prestations de l’aide sociale.

« On peut calculer ce que les gens contribuent aux finances publiques au cours de leur vie et ce qu’ils reçoivent en prestations et en pensions », écrit-il.

Selon lui, le coût des demandeurs d’asile non occidentaux est de « quelques centaines de milliers d’euros », donc beaucoup plus élevé que les cinquante à cent mille dont parlait un rapport statistique de 2003.

Un demandeur d’asile non occidental moyen coûte 250 000 euros au cours de sa vie. Mais si l’on veut tenir compte du regroupement familial et de la naissance d’enfants, ce chiffre doit être multiplié par 4 environ.

Le résultat est qu’un seul demandeur d’asile pourrait coûter un million à la société néerlandaise.

Ce n’est qu’une estimation, mais il faut être conscient de cet ordre de grandeur, qui est « substantiel ».

Nombre de demandeurs d’asile aux Pays-Bas : 2014 (20 000), 2015 (54 000), 2016 (31 000), 2017 (30 000).

Au total, les Pays-Bas accordent l’asile à 131 000 personnes, dont une très grande majorité provient de pays non occidentaux comme la Syrie, l’Afghanistan, l’Erythrée, l’Irak, l’Iran et l’Albanie.

Si nous faisons une estimation prudente, nous pouvons dire que 85% sont non-occidentaux, ce qui signifie que plus de 100 000 migrants non-occidentaux ont reçu l’asile aux Pays-Bas.

En prenant le million de Van Beek par migrant comme estimation, nous arrivons à une charge nette de 100 milliards d’euros représentée par les migrants non occidentaux aux Pays-Bas au cours de leur vie.

Source : Voice of Europe :
Non-western asylum seekers to cost Dutch society billions, study shows

Résumé Cenator pour LesObservateurs.ch

Rappels :

Une étude confirme: Les réfugiés [en Suède] sont pour la plupart sans emploi et coûtent des milliards d’euros. « Les Européens doivent nécessairement travailler davantage et payer plus d’impôts. »

L’Allemagne prévoit des coûts de 78 milliards d’euros pour les migrants d’ici 2022

Selon l’économiste Hans-Werner Sinn, la crise des migrants pourrait coûter 1000 milliards d’euros au contribuable allemand

8 commentaires

  1. Posté par Socrate@LasVegas le

    Entièrement d’accord avec votre analyse, lafronde!

  2. Posté par lafronde le

    Chaos social assuré. La charge d’assistanat aux clandestins et aux migrants humanitaires a déjà ruiné l’Europe latine, et ruine maintenant l’Europe germanique. Trop d’européens se retrouvent au chômage et la discrimination (négative pour eux) mais « positive » pour les diversitaires les maintient hors des logement sociaux de métropoles et loin de ses l’emploi.
    Les anciennes communautés nationales n’ont plus aucune solidarité interne : l’impôt des riches est redistribué aux migrants par le politicien clientéliste. Ceci est loué par le journaliste gauchiste. A vomir. Mais réagir est possible ! L’Homme européen doit couper sa TV et se redresser : https://ecolemajor.com/

  3. Posté par Tommy le

     » 85 % de non- occidentaux », oui, mais musulmans à 100%.

  4. Posté par miranda le

    Des réfugies il y en a eu des tonnes dans le passé.
    Sauf qu’il n’existait pas ce système social « poids lourd » d’aujourd’hui.
    Le réfugié ou le demandeur d’asile se mettait au travail et nourrissait sa famille par lui même.

    Ce qui arrive au réfugié, non employé et dépendant du système se produit aussi pour les gens simples au sein de leur propre nation : la modernité (numérique et robotique) a éliminé leurs emplois.

    Les classes qui auront du travail devront assumer les autochtones sans emploi et les allochtones sans emploi. Ce sont toujours les mêmes qui vont payer. Pour que la GAUCHE dispendieuse continue à avoir son électorat. Car dans ces arrivées, elle y voit sa chance de survie.

    D’autre part, n’oublions pas le coût des professions  » de l’humanitaire » dans la prise en charge
    ou le suivi des réfugiés ou demandeurs d’asile ou migrants. Le coût de ces personnels est compris dans cette prise en charge. IL serait bon de chiffrer le coût de ces institutions et leur personnel qui raffolent de l’arrivée de ces « déplacés » parce que c’est leur gagne pain. Je ne serais pas étonnée que leur coût s’élève à la moitié de la prise en charge totale.
    Aujourd’hui, la charité business est en développement croissant et les « offres » de subventions pour leur soutien aussi.
    Cela n’existait pas dans un passé pas si lointain et malgré tout les gens déplacés par les circonstances se battaient pour retrouver leur dignité. Ma génération a eu la chance de les connaître. En plus ils étaient reconnaissants envers la France, d’avoir été accueillis.

    En fait aujourd’hui, nous payons pour la venue de milliers de réfugiés pour des guerres que nous ne souhaitions pas mais que les financiers et les politiques ont déclenchées pour réaliser « leur programme ». Et cerise sur le gâteau, nous aurons en prime « la haine des peuples agressés », pour des guerres que nous ne voulions pas. Guerres dont les « faux réfugiés que sont les migrants » profitent.

    Lorsque l’Islam intégriste avait commencé ses actes violents et cruels , de jeunes musulmans anglophones disaient sur les écrans  » NOT IN MY NAME ».
    Nous devons crier au monde entier que nous ne sommes pas en accord avec tous ces conflits qui sèment la peur, le désordre, la mort. Pour nous aussi c’est « NOT IN MY NAME ». Ayons l’audace de le faire savoir, sinon nous serons perçus comme complices des pouvoirs en place.

  5. Posté par Louis le

    Tellement évident. Bien sûr que tout ça va coûter la peau des fesses. Ça fait longtemps que le problème de la démographie africaine est sur la table. 2015 était la première « salve », mais ce qui va arriver dans les prochaines décennie sera apocalyptique ; avec une population qui double tous les trente ans, je vous laisse imaginer la cata.

  6. Posté par Antoine le

    Et en Suisse, grâce à Mme Sommaruga (DFJP-PS) qui va les chercher en avion au Maghreb, cela coûte exactement combien aux con-tribuables ?
    20’000.– Frs par an et par migrants pendant 5 à 7 ans ?
    Référence:
    https://www.tdg.ch/suisse/budget-asile-doubler-dici-2018/story/12632026
    Ou 6 milliards par an selon l’UDC ?
    Dénonçons les accords de Schengen !

  7. Posté par Bussy le

    Il parle des demandeurs d’asile, il faut ajouter l’immigration illégale et légale de gens pas trop portés sur le travail, qui tôt ou tard pompent du social, et on arrive à des milliers de milliards….
    En utilisant cet argent pour aider les gens qui en ont réellement besoin, pas ceux qui peuvent payer très cher des passeurs, et ceci dans leur pays, ça ferait des millions de gens sauvés de la misère !
    Ohé les bien-pensants….. pourriez-vous un peu penser bien ?

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.