L’accord de Dublin va-t-il survivre à la crise migratoire ? Que va faire la Suisse ?

Cenator : Mme Sommaruga se fait encore plus de souci pour les réfugiés à cause de la tournure de la politique migratoire en Europe. Dans deux semaines, elle va se rendre en Autriche pour faire entendre son point de vue à ses collègues européens en charge des migrations !

Comment faire pour qu’elle ne s’engage pas au nom du peuple suisse pour l’aggravation de l’invasion migratoire ? Que fait l’UDC ? Comment neutraliser cette femme stupide et hautement nuisible pour la Suisse ?

Pendant ce temps, sur la RTS, la valse des professeurs, des spécialistes en migrations et des responsables d’ONG pro-invasionnistes se poursuit jour après jour. Ci-après, l’interview de Sarah Progin-Theuerkauf, professeur à la Chaire de droit européen et de droit européen des migrations de l’Université de Fribourg. Edifiant !

*************

RTS/Forum, 25 juin 2018 (audio 7:40)

L'accord de Dublin fait-il les frais de la crise migratoire?

L'accord de Dublin impose au premier pays où arrive un migrant d'en assumer la prise en charge. L'Italie, notamment, ne veut plus de ce système. Réaction de la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga, et interview de Sarah Progin-Theuerkauf, professeur à la Chaire de droit européen de l’Université de Fribourg.

******

Transcription de la réponse de Simonetta Sommaruga à Séverine Ambus (depuis 0:32) :

« Ce que je peux vous dire, aujourd’hui, c’est que je me fais beaucoup de souci [au sujet] des développements dans le domaine de la politique migratoire en Europe. C’est pourquoi aussi j’ai pris contact avec le Commissaire pour les migrations, la semaine passée, je suis en discussion avec lui, je vais voir tous mes collèges qui sont responsables pour la migration, tous les collègues européens mi-juillet. Bien sûr je vais aussi prendre position [de la part] de la Suisse. C’est en Autriche. Ce qui me fait le plus souci, c’est la situation pour les réfugiés, avec ce développement de la politique migratoire en Europe. »

******

Transcription (abrégée) de l’interview de Sarah Progin-Theuerkauf par Esther Coquoz et Christian Favre (depuis 1:19) :

CF : Partagez-vous les inquiétudes de Simonetta Sommaruga ?

SPT : Absolument. On est dans une situation assez grave. Ce n’est pas facile de changer le droit européen, il n’y aura donc rien de concret cette semaine. Par contre, je m’attends à des solutions de bricolage, des accords bilatéraux, un renforcement des hotspots en Italie. J’ai l’impression qu’on se dirige vers un durcissement dans le domaine de l’asile.

CF : On sent que l’Italie est très fâchée contre le système de Dublin, ce qui est  un peu légitime vu qu’elle est en première ligne. Est-ce que l’Italie est en mesure de faire tourner l’Europe sur Dublin ?

SPT : Oui, c’est le pays le plus concerné. Si l’Italie maintenant refuse de se soumettre à ces règles de Dublin, cela met en péril tout le système et cela met de la pression sur les autres. Cela fait très longtemps qu’on dit que le système de Dublin ne fonctionne pas, qu’il est mal conçu, que les pays aux frontières extérieures sont défavorisés, et c’est une bonne chose qu’enfin les choses bougent.

EC : Simonetta Sommaruga a dit avoir appelé le Commmissaire européen aux migrations. Que peut faire la Suisse, quel impact peut avoir ce type d’appel ?

SPT : La possibilité d’influencer le droit européen est minime, mais nous pouvons participer aux réunions dans le cadre de l’accord d’association à Dublin et aussi à Schengen.

EC : La Suisse peut accueillir davantage de migrants, cela peut peser peut-être sur les négociations ?

SPT : N’étant pas membre, la Suisse ne sera pas directement concernée par une décision européenne de répartir les réfugiés qui sont en Italie ou en Grèce ou qui arrivent en Europe. Mais comme nous sommes partenaires, c’est difficile de ne pas du tout participer.

CF : Imaginons que les accords de Dublin ne survivent pas à la crise politique actuelle : qu’est-ce qui se passe pour la Suisse, en termes d’accueil de réfugiés ?

SPT : Nous nous sommes engagés dans l’accord d’association à reprendre aussi l’acquis futur. Donc tout développement du système de Dublin deviendrait aussi contraignant pour nous.

La Suisse peut toujours dire non, ce qui signifie perdre Schengen et Dublin ; mais la possibilité est petite.

Mais il y aura peut-être une autre clé de répartition des migrants entre les Etats membres.

CF : Le système de Dublin a été assez profitable pour la Suisse, lui permettant de renvoyer un certain nombre de migrants vers le premier pays d’arrivée. Ça, ce serait potentiellement terminé ?

SPT : Oui. La Suisse est vraiment gagnante à ce système de Dublin, parce qu’on renvoie plus de personnes qu’on n’en reçoit.

EC : Angela Merkel a ouvert la porte à un accord entre un petit nombre de pays, et pas l’ensemble des pays, de l’Union européenne. Est-ce que la Suisse pourrait adhérer à cet accord avec un petit nombre de pays ?

SPT : C’est possible, mais ce seront des accords bilatéraux ou multilatéraux en dehors du contexte européen. Tout ce qui sera décidé pendant ce sommet-là [le sommet d’urgence à 16 pays seulement] ne sera pas un acte officiel de l’Union européenne. Ce seront peut-ête des pactes comme celui avec la Turquie.

EC : On pourrait imaginer que la Suisse se mette d’accord avec l’Allemagne pour échanger un certain nombre de migrants ?

SPT : Oui.

CF : On a l’impression que l’avenir de cette question se joue non seulement entre les 28 ces prochains jours, mais aussi beaucoup du côté de la Libye, où Matteo Salvini veut aller discuter. Est-ce là que la situation peut se débloquer ?

SPT : Honnêtement, j’ai un peu peur de ça, parce que la situation en Libye est vraiment très inquiétante : c’est un failed state, comme on l’appelle en droit international public, il n’y a pas de gouvernement central – et il y a beaucoup de violations des droits de l’homme là-bas. Donc si on fait des pactes avec un tel pays, il y a toujours le risque de danger de violations graves des droits de l’homme.

CF : Mais la constellation politique aujourd’hui en Europe donne plutôt l’impression que c’est dans cette direction qu’on va ?

SPT : Oui, c’est possible. En tout cas, c’est le souhait de beaucoup d’Etats membres et de beaucoup de chefs de gouvernement. Je pense que l’Europe se « fortifie », essaie de garder cette « forteresse Europe » et de se protéger contre les migrants, alors qu’on devrait plutôt protéger les migrants.

13 commentaires

  1. Posté par JeanDa le

    « SPT : Oui. La Suisse est vraiment gagnante à ce système de Dublin, parce qu’on renvoie plus de personnes qu’on n’en reçoit. »
    Alors cela veut dire qu’il y en a plus de migrants qui sortent que de migrants qui entrent !!!!!!
    Génial ! C’EST OÙ QUE LA SUISSE EN FABRIQUE ???

  2. Posté par Mauron le

    @Peter K. Troisième solution : un parachutage en plein désert dams un camp d’entraînement des « marines » de l’armée algérienne.

  3. Posté par combattant le

    A force de s’inquiéter de la sorte pour ses AMIS,elle prend le risque de l’arrêt cardiaque !.Un massage cardiaque alors devrait être envisagé, Y A T-IL PARMI NOS CHANCES UN TOUBIB DISPONIBLE ET REDEVABLE pour Dame Sommaruga,parlez pas de malheur……………..

  4. Posté par JC le

    Quatres murs, c’est toujours trois de trop pour les traitres!

  5. Posté par UnOurs le

    « …parce qu’on renvoie plus de personnes qu’on n’en reçoit.  »

    Ah bon, on m’avait dit que l’immigration était une richesse !
    Pourquoi alors se priver de toute cette richesse ?

  6. Posté par connor le

    Tous ces politiques doivent etre pendus haut et court
    Sunday bloody Sunday 1972
    Tous les Irlandais ont ete trahis ainsi que tous les peuples d Europe
    Un jour les politiques devront payer la note
    Nous n oublions pas

  7. Posté par Bussy le

    « Forteresse Europe »… c’est incroyable d’entendre encore ce genre d’âneries de nos jours, encore une de ces bobos qui ne sort jamais de son petit monde aseptisé et monoculturel et qui donc ne voit pas que l’Europe s’africanise et s’islamise à grande vitesse, subissant une colonisation massive.
    Quand ces bobos vont-ils atterrir ?
    Et c’est pas parce que la Libye est un failed state qu’il faut tout faire pour que l’Europe devienne un shithole !

  8. Posté par Peter K le

    Seulement deux options pour cette vipere: l’internement en milieu hospitalier fermé pour delirium ou la prison pour haute trahison. Idem pour toutes ces lecheuses de babouches pro – invasion. Perso je prefererai la 2eme solution…, seraient tres proches de leurs petits protegés!

  9. Posté par Nicolas le

    C’est le propre des imbéciles tels cette sommaruga, il leur faut un temps infini pour changer de logiciel. Devoir payer des impôts pour voir ce genre d’abruties prendre des décisions en notre nom est simplement consternant.

  10. Posté par Antoine le

    Les décisions prises par Mme Sommaruga pour défendre ses  »protégés » trahissent sa volonté de continuer et d’augmenter l’invasion massive que le peuple a REFUSER (votation du 9 février 2014). Elle continue à nous NUIRE sans aucune retenue !
    Mme Sommaruga est à limoger de suite comme l’ensemble du Conseil Fédéral (7 nains). En effet toutes les décisions sont prises en collégialité; cela démontre :
    Les 2 Conseillers Fédéraux UDC sont systématiquement en minorité !
    Les 2 Conseillers Fédéraux PLR ont viré à gôche !
    Les résultats 5 à 2 (1x PDC plus 2x PS plus 2x PLC contre les 2x UDC).
    Dénonçons les accords de Schengen ! Restons et soyons maîtres chez NOUS !
    Rétablissons les contrôles aux frontières et les visas !
    Remigration des TOUS les illégaux et les migrants violents.

  11. Posté par Piccand Michel le

    La Conseillère fédérale Sommaruga est totalement à côté de la plaque, elle dit qu’elle vient de prendre contact avec le commissaire UE aux migrations, sans s’apercevoir que le centre de gravité n’est plus en ce moment à Bruxelles… Ne voit-elle pas que l’époque n’est plus au couple franco-allemand qui décide…
    Il faut lire le diagnostique que pose viktor orban.
    ici sur le site : https://lesobservateurs.ch/2018/06/27/lordre-liberal-seffondre-limpitoyable-diagnostic-de-viktor-orban/

    Lorsque ce denier explique que le V4 Groupe de Visegrad, Pologne, Hongrie, Tchéquie, Slovaquie est désormais le premier client de l’Allemagne, la Conseillère fédérale ne voit-elle rien ? le V 4 absorbe aujourd’hui 9.7 % des exportations allemandes, le second client sont les USA avec 9%, un pays souverainiste pareil au 5e client le royaume uni qui absorbe 7 % des exportations germaniques… Si l’on y ajoute désormais les deux pays de l’Axe politique anti-immigration des ministres de l’Intérieur autrichien (Herbert Kickl, FPÖ), italien (Matteo Salvini, Ligue) qui se sont mis d’accord avec l’allemand (Horst Seehofer, CSU) c’est encore 5.4 et 5.1 % des exportations allemandes, soit un total d’environ 36 % des exportations du pays de Mme Merkel…
    La France en tant que client européen de l’Allemagne est à elle seule et par comparaison un client secondaire de l’Allemagne avec ses 8 % d’importations allemandes, les autres pays (encore) pro-migrants de l’UE, Espagne, Suède, sont des poids plumes sur ce point, la Suède importe deux fois moins de biens depuis l’Allemagne que la Suisse, 4.1 % en Suisse contre 2 % pour la Suède.
    L’Allemagne – qui a tout misé sur la croissance de ses exportations et en est devenue totalement dépendante – elle ne peut plus se permettre de traiter politiquement ses clients par dessous la jambe… Des variables ont changé dans les rapports de force.
    Alors que l’on voit à coup sûr qu’un grand nombre des pays qui nous entourent vont se fermer du point de vue migratoire, les journalistes RTS et la Conseillère fédérale font de la propagande pour que la Suisse s’ouvre plus et accepte plus de migrants. D’un point de vue géopolitique et macroéconomique c’est totalement irresponsable ! Avec les meilleures intentions du monde il est totalement irrresponsable de demander plus d’ouverture d’un petit pays comme la Suisse alors que tout montre que nombre de plus grands pays qui nous entourent vont se fermer.
    Comment faut-il faire dans ce pays pour avoir des journalistes et des conseillers fédéraux qui voient en avance et non qui pensent avec trois temps de retard ?

  12. Posté par monde-tombé-sur-la-tête le

    « La Suisse est vraiment gagnante à ce système de Dublin, parce qu’on renvoie plus de personnes qu’on n’en reçoit. »
    Cette lumière avoue donc par elle même ce que tout le monde voit et sait – les hordes d’envahisseurs qui viennent chercher ce que nous avons en s’en foutant royalement de ce que nous sommes, c’est vraiment loin d’être un cadeau…
    Donc si cette clique est lucide par rapport à cette catastrophe annoncée, pourquoi insister et continuer sur ce chemin?

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.