Migrants : vers des «hotspots» en dehors de l’Union européenne afin d’étudier les demandes d’asile ?

post_thumb_default

 

Les dirigeants de l'Union européenne devraient étudier la semaine du 25 juin la proposition de mettre en place des «plateformes de débarquement régionales» afin de décider des demandes d'asile avant que les demandeurs ne se rendent en Europe, selon un projet de déclaration du sommet des 28 et 29 juin consulté par l'agence de presse Reuters. Selon la même source, ces centres pourraient être mis en place en Afrique du Nord, selon des responsables qui ont discuté du document qui n'est pas encore public.

Distinguer les réfugiés des migrants économiques

«De telles plateformes devraient prévoir un traitement rapide afin de distinguer les migrants économiques de ceux qui ont besoin d'une protection internationale, et réduire l'incitation à entreprendre des voyages périlleux», est-il écrit dans le communiqué conjoint des 28 dirigeants européens, dont le libellé pourrait changer selon Reuters.

En référence à l'ultimatum donné à la chancelière allemande Angela Merkel par son partenaire de coalition et ministre de l'Intérieur Horst Seehofer pour trouver un accord européen sur le traitement des migrants, le texte précise : «Les mouvements de demandeurs d'asile entre Etats membres mettent gravement en péril l'intégrité du régime d'asile et les Etats membres devraient prendre toutes les mesures législatives et administratives nécessaires pour contrer ces mouvements et coopérer étroitement entre eux.»

Lors d'une conférence de presse ce 15 juin, le président français Emmanuel Macron et le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte s'étaient tous deux dits favorables à l'établissement de centres européens de l'autre côté de la Méditerannée afin d'étudier les demandes d'asile. «Nous devons créer des centres européens dans les pays de départ [des migrants avant qu'ils ne se lancent dans la traversée de la Méditerranée]», avait ainsi fait savoir Giuseppe Conte. Un projet qui rappelle la proposition d'Emmanuel Macron faite à l'été 2017 en marge d’une visite à des réfugiés à la mairie d’Orléans. «L’idée est de créer en Libye des "hotspots" afin d’éviter aux gens de prendre des risques fous, alors qu’ils ne sont pas tous éligibles à l’asile», avait-il annoncé. Une promesse restée lettre morte.

L'Europe est en effet profondément divisée face à la crise migratoire, certains pays refusant toute idée de quotas obligatoires de migrants, d'autres refusant d'assurer seuls l'accueil des migrants en Europe. Le président du Parlement européen, l'Italien Antonio Tajani, a récemment expliqué que la «survie» de l'Union européenne dépendait de la gestion des flux migratoires tandis que la chancelière Angela Merkel estime que c'est un «test décisif» pour l'avenir des 28.

Lire aussi : Eurozone, crise migratoire, international... Macron-Merkel, un couple franco-allemand inconsistant ?

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Un commentaire

  1. Posté par Antoine le

     »De telles plateformes devraient prévoir un traitement rapide afin de distinguer les migrants économiques de ceux qui ont besoin d’une protection internationale ».
    Cela ressemble aux demandes de visas il y a 20-30 ans …
    Vu que la situation a évolué dans le sens de l’invasion massive illégale, certains gouvernements font du rétropédalage et appelle cela la création de  »hot spot ».
    On ne change que le nom, que se soit camp de rétention ou  »hot spot » c’est équivalent !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.