Trump soutient les conservateurs allemands contre Merkel

Suite de l'article que nous avions publié hier en primeur ici.

 

**********

Les deux semaines qui viennent s’annoncent décisives et compliquées pour la chancelière.

Angela Merkel s’est vu signifier hier par ses alliés de droite, épaulés par Donald Trump, un ultimatum de deux semaines pour trouver une solution européenne au défi migratoire, au risque sinon d’une crise politique majeure.

Le ministre allemand de l’Intérieur, le très conservateur Horst Seehofer, a prévenu qu’il sera prêt « en juillet » à « refouler immédiatement » les migrants arrivant aux frontières allemandes en provenance d’un autre pays européen si la chancelière ne parvient pas à une autre solution à l’occasion d’un sommet de l’UE des 28-29 juin. Angela Merkel a, de son côté, promis de tout faire pour trouver d’ici là des accords bilatéraux et européens sur la question, mais elle a rejeté l’ultimatum de son ministre, assurant qu’il n’y aura aucune fermeture « automatique » aux demandeurs d’asile en cas d’échec de ses efforts. « Nous ne voulons pas agir de manière unilatérale, non concertée et dommageable pour des tiers », a-t-elle dit.

Après une semaine de polémiques sur le sujet entre Mme Merkel et son ministre, le risque d’implosion de la fragile coalition au pouvoir depuis trois mois n’est pas écarté donc, tant il est difficile de satisfaire la droite dure bavaroise (CSU), que préside le ministre de l’Intérieur, le centre droit (CDU) et les sociaux-démocrates (SPD). Sur la question migratoire, Mme Merkel joue la carte de l’UE et considère que le destin de l’Europe est en jeu : il s’agit d’éviter « un effet domino » fatal à ses yeux.

Trump souffle sur les braises 

Car ce que demande M. Seehofer, qui veut privilégier les intérêts allemands, reviendrait à faire porter la charge de la quasi-totalité des demandeurs d’asile arrivant en Europe à deux pays : l’Italie et la Grèce.

 « Je suis parfaitement déterminé à mettre cela en œuvre si les négociations européennes devaient échouer », a-t-il prévenu hier. Donald Trump a d’ailleurs soufflé sur les braises du conflit gouvernemental de Mme Merkel en estimant dans un tweet que « le peuple allemand est en train de se retourner contre ses dirigeants » sur l’immigration et en affirmant que « la criminalité en Allemagne est très en hausse ». « Nous ne voulons pas que ce qui se passe avec l’immigration en Europe se passe avec nous ! » a écrit le président américain.

En Allemagne, l’onde de choc politique provoquée par l’arrivée de plus d’un million de demandeurs d’asile en 2015 et 2016 ne faiblit pas, même si depuis 2017 le nombre des nouveaux arrivants a considérablement baissé. Cette crise migratoire a d’abord contribué à l’essor de l’extrême droite un peu partout en Europe. En Italie ou en Autriche, elle est entrée au gouvernement, et en Allemagne, son succès aux législatives a entraîné le conflit actuel au sein du camp conservateur de la chancelière.

La CSU, qui se prépare à de difficiles élections régionales en Bavière en octobre face à l’extrême droite Alternative pour l’Allemagne (AfD), a perdu patience, au risque de faire tomber l’alliance datant de 1949 avec le parti démocrate-chrétien (CDU) de Mme Merkel.
Ce conflit politique agite le spectre d’élections anticipées qui pourraient avant tout profiter à l’extrême droite. Celle-ci a fait une entrée tonitruante à la Chambre des députés avec un discours islamophobe et anti-Merkel, et a grandement compliqué la formation d’une coalition de gouvernement.

Source et article complet

 

 

5 commentaires

  1. Posté par mr propre le

    bonjour Donald , les types comme vous sont peu nombreux surtout en europe a part l Italie l Autriche Hongrie la Pologne la Slovaquie la Grèce avec Marion peut être ici etc etc …. il est temps que ça change ici en alfrance car la racaille font la pluie et le beau temps .

  2. Posté par SD-Vintage le

    C’est pourtant ce qu’elle a fait jusqu’ici : « Nous ne voulons pas agir de manière unilatérale, non concertée et dommageable pour des tiers », a-t-elle dit.

  3. Posté par G. Guichard le

    De toute façon, cet Américain est le seul qui ait tapé du pied dans la fourmillière. Reste à souhaiter qu’il dure 🙂 parce qu’aux Etats-Unis, ils ont une fâcheuse tendance démocratique qui fait qu’ils votent souvent

  4. Posté par Bussy le

    Excellent ce Trump qui défend le peuple allemand et les peuples européens dans la foulée !
    Quant à la Führerin, elle devrait démissionner et aller se cacher avant de finir à Nuremberg entre deux soldats !

  5. Posté par Fleeps le

    Fou le camp Merkel et prend la pisseuse et adada et tous les autres traitres avec toi….l’histoire s’occupera de vous plus tard.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.